//img.uscri.be/pth/c3d0e009464f12973ca62687525c054ba927991a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Les temps d'hiver, naissance d'un roman, flocons de neige

De

Les temps d'hiver, Naissance d'un roman et Flocons de neige

Les temps d’hiver

Jérôme et Isabelle se retrouvent seuls et sans abri, au cœur de l’hiver 1789. Leur père est mort, leur mère a été incarcérée à la Bastille. Comment survivre se questionne si souvent le jeune Jérôme ? Sans compter qu’il doit veiller sur sa petite sœur...

Naissance d’un roman

Un petit texte autobiographique sur la naissance du best-seller « Ma vie assassinée », vendu à plus de 140 000 exemplaires.

Flocons de neige

Benjamin a brillamment réussi ses études d’avocat et il exerce dans un prestigieux cabinet. Tout pourrait bien aller. Sauf que sa mère a quitté la maison lorsqu’il avait 10 ans. Pourquoi sent-il toujours un malaise persistant malgré toutes ces années sans elle ?

Agnès Ruiz est l’auteur de best-sellers vendus à plus de 300 000 exemplaires dont "Ma vie assassinée", "L'ombre d'une autre vie", "Et si c'était ma vie ?" et le roman policier qui met en scène la détective Rachel Toury pour la première fois "La main étrangère"... Elle écrit également des nouvelles populaires dont "Assassinat d'un prêtre", "La belle naufragée", "Le cadeau de noces" etc... sans oublier sa série jeunesse "Pom-pom girls" .


Voir plus Voir moins


Agnès Ruiz


Les temps d'hiver
Naissance d'un roman
Flocons de neige


Nouvelles





Édition originale 2013 

Copyright © Agnès Ruiz pour la couverture et le texte

ISBN : 979-10-91305-58-7

Du même auteur :

Ma vie assassinée - Édition du Cherche-Midi – 2011 
Première édition 2001 JCL

L’ombre d’une autre vie - Edition Hugo Romans - 2014
Première édition 2002 JCL

La main étrangere  - Edition City - 2014
Première édition 2003 JCL

Et si c’était ma vie ? (suite de Ma vie assassinée) – Edition Numeriklivres 2014
Première édition 2006 JCL sous le titre "Le rêve de Mady"

Les larmes du Cameron - Edition Numeriklivres 2014

Metro Stories, Vol. 1 - Edition Numeriklivres 2014
- Mélodie en mémoire et Trois pâtisseries, au siècle passé 

Coeur romance - Edition Numeriklivres 2014
- La belle naufragée et - Le cadeau de noces
- L'indomptable Molly et Le voyage de Colonel

Série Fantasy Élias Sparte :

Tome 1 – L’oracle des trois soleils
Premiere édition 2009 Boomerang jeunesse

Tome 2 – Les œufs sacrés du Sudoku
Première édition 2009 Boomerang jeunesse

Tome 3 – Le sanglier de Calydon
Première édition 2009 Boomerang jeunesse

Série jeunesse "Pom-pom girls" :

Tome 1 - Une équipe du tonnerre
Édition Parfum d'encre 2012

Tome 2 - Le secret de Brittany
Édition Parfum d'encre 2012

Tome 3 - Tous les coups sont permis
Edition Parfum d'encre 2013

Tome 4 - Coup dur
Edition Parfum d'encre 2013

A tous les voyageurs

Les temps d'hiver


La tristesse, le malheur, la rage et la faim sortaient de chaque pore de sa peau. Jérôme se serra plus fort contre sa jeune sœur Isabelle. 

La neige était présente partout en ce début de janvier 1789. Cela faisait deux mois que ça durait ce froid, cet enfer, cette faim! Jérôme n’arrivait presque plus à se souvenir du visage de sa mère, des rires si précieux de cette douce maman qui le prenait par la main et dansait avec lui, pied nu sur l’herbe chaude de l’été. Cette mère était là, si près et pourtant si loin. 

Elle était enfermée à la Bastille.

Comment était son visage? s’interrogea encore le garçonnet de sept ans. Jérôme versa une grosse larme. Il croyait l’avoir oublié. Il ferma très fort les yeux pour essayer de retrouver la force de ce regard, la force de son amour, mais l’image demeurait floue et fugace. Les contours disparaissaient si vite. Toujours trop vite au moment où il croyait pouvoir les saisir.

Le père de Jérôme et d’Isabelle n’était plus avec eux non plus. Il avait été emporté par la maladie au dernier hiver. Jérôme s’était mis à détester l’hiver… Il entendait encore sa mère souffler, au seuil de son profond chagrin. 

— Les enfants vont manger quoi maintenant? Même en mourant, il n’y en aura pas plus pour eux…

Aussi jeune était-il alors, Jérôme avait compris qu’il devait emmener sa petite sœur jouer dehors malgré le froid. Il savait intuitivement que sa mère voulait rester seule. Qu’elle voulait pleurer sa misère sans témoin. Ce jour funeste était resté gravé en lui comme aujourd’hui, car aujourd’hui, il faisait encore froid. Il faisait encore faim.

Sa mère était enfermée à la Bastille depuis plusieurs semaines. 

Peu de temps après, les deux enfants avaient été expulsés de leur maison. Une autre famille avait pris la place. L’homme était vigoureux. Il pourra travailler aux champs, à la saison venue. La récolte de cette année avait été un véritable désastre. C’était une année exécrable pour beaucoup d’ailleurs, une année de misère noire. 

Il y avait trois enfants dans cette nouvelle famille qui avait revendiqué des droits sur cette masure. Jérôme et Isabelle les avaient épiés quelquefois, à leur insu, les enviant un peu de leurs jeux espiègles. Eux deux n’avaient plus cette insouciance. Puis les enfants les avaient surpris à les observer et leur avaient lancé des pierres en criant. Les hurlements mêlés aux rires hideux avaient alerté la femme qui s’y était mise aussi. Sortant sur le pas de la porte, elle avait brandi une longue cuiller en bois sortie à peine du chaudron où un repas mijotait doucement, car la cuiller fumait encore. Jérôme et sa sœur s’étaient sauvés et n’étaient plus revenus en ces lieux de souvenirs, de liens familiaux qui s’effilochaient irrémédiablement. 

À présent, les deux enfants rôdaient aux alentours de la Bastille, comme si l’amour de leur mère pouvait les atteindre. La masse imposante et lugubre ne les rassurait pas. Ils ne comprenaient toujours pas pourquoi leur mère était là-bas. On avait confié à Jérôme que c’était là qu’on conduisait les prisonniers de marque. Jérôme n’avait pas compris ce que cela voulait dire. L’homme, patient, le lui avait expliqué. Jérôme avait encore moins compris. Pourquoi sa mère était-elle enfermée dans un endroit pour les riches? 

D’autres voix lui parvenaient aussi concernant cette Bastille haïe :

— Pendant l’hiver, ces caves sont de vraies glacières...