Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les tribulations d'une coopérante belge au Mali

De
154 pages
Cette chronique, empreinte de l'expérience de l'auteure, retrace avec humour les petits malheurs et grands bonheurs d'une jeune expatriée. On voit se dessiner un portrait, tantôt amusé, tantôt acerbe, mais toujours empli de tendresse, du Mali. Le récit se déroule au rythme des saisons et du fleuve Niger, en laissant place à des réflexions sur la coopération au développement et les différences - plutôt ressemblances - ainsi qu'aux inégalables leçons philosophiques du chauffeur Ibrahim.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Collection Récits
Élisabeth PAUL
Les tribulations d’une coopérante belge au Mali
Carpe (per) diem
Récit romanesque
Les tribulations d’une coopérante belge au Mali
Rue des Écoles Le secteur «Rue des Écoles» est dédié à l’édition de travaux personnels, venus de tous horizons: historique, philosophique, politique, etc. Il accueille également des œuvres de fiction (romans) et des textes autobiographiques. Déjà parus Peyrat (Jean-Michel),Jamais… Tu m’entends, jamais !, 2014. Magnant (Raymond),Elle, dans l’aurore…, 2013. Underwood (Frank),Le Passeur d’éthique, 2013. Destombes-Dufermont (Michel),Pèlerinages, 2013. Mills (Pierre),Des oiseaux pour le chat, 2013. Le Prestre (Claude),Je vais où je m’ignore, 2013. Termolle (Marcelle),L’Insolente, 2013. Breynaert (Jacques),L’Évangile selon Marie-Madeleine, 2013. Minster (Louise),Bébé Blues, 2013. Dalix (Patrice),Chroniques d’un architecte coopérant, 2013. Danzon (Marc),Le révélateur, ou le roman d’un drôle d’enfant juif et toulousain d’après-guerre, 2013. ^^Ces douze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.harmattan.fr
Elisabeth PAULLes tribulations d’une coopérante belge au Mali Carpe (per) diem
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Pariswww. harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02479-0 EAN : 9782343024790
L’émotion est nègre, comme la raison est hellèneLÉOPOLDSÉDARSENGHOR,« CE QUE LHOMME NOIR APPORTE»(1939),REPRIS DANSLIBERTÉI(1964) A Ibrahim, Salif, Issa, Mariam, Marie-Thérèse, Alassane,Sidi Almoctar, Sidiki et les autresMes amis, du fond du cœur
L’harmattan
L’arrivée, un mardi
Je suis arrivée au Mali un mardi, qui est un jour « passable » selon mon chauffeur Ibrahim. Celui-ci, de deux ans mon aîné, ad’embléemis un point d’honneur à tenter dem’apprendre lasignification symbolique des jours de la semaine.D’après lui, lundi est un beau jour car le prophète Mohamed est né un lundi. Le mardi est donc passable, tandis que le mercredi est un bon jour où tout continue: «si tu gagnes du bonheur ça continue, mais si tu gagnes du malheur ça continue aussi ».Bis repetita placent, en somme. Le jeudin’est pas mal non plus, mais le vendredi est une journée lourde: «tout ce que tu trouves comme mal ça s’aggrave, et tout ce que tu trouves comme bien ça s’agrandit aussi ». Ne me demandez pas ladifférence d’avec le mercredi où c’est la même chose, mais où c’est considéré comme favorable. Le samedi aussi, tout se répète : à court ou à long terme, tout ce qui arrive un samediva se répéter. C’est d’ailleurspour cela que les Maliens ne se marient jamais le samedi, ayant l’espoir de nepas devoir se marier deux fois. En effet, non seulement ça coûte cher et ça fatigue, mais surtout ça voudrait dire que le premier mariage s’est soldé soit par un décès, soit par un divorcequi est plus ou ce moins aussi tragique dans leur échelle de valeurs. Ce raisonnement ne vaut pas pour la prise d’une seconde femme évidemment, qui est vue comme une preuve de générosité et de prospérité, mais qui n’a par contre rien à voir avec les jours de la semainene me demandez toujours pas pourquoi! Enfin, le monde a été créé un dimanche, doncil s’agit d’un jour idéal pourcommencer un nouveau travail ou encore se marier, comme l’a immortalisé la chanson «Beaux dimanches à Bamako»d’Amadou et
9