Ma Belle soeur

De
Publié par

Cet ouvrage est une mosaïque de clichés instantanés rapportés par l'auteur d'une Afrique urbaine en pleine mutation socioculturelle. Chacune des nouvelles se révèle un voyage d'aventures, une inquisition dans l'intimité des communautés urbaines africaines. Les personnages sont pris en étau, entre les travers d'une tradition superstitieuse omniprésente, et les vices du modernisme auquel ils s'adonnent avec effronterie. Ma belle-soeur est une peinture surréaliste d'une Afrique dévoyée, qui offre beaucoup de sujets à reflexion pour la quête d'une identité plus valorisante du continent noir...
Publié le : dimanche 1 avril 2012
Lecture(s) : 87
EAN13 : 9782296487987
Nombre de pages : 143
Prix de location à la page : 0,0082€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
 
 
 
Ma belle-sur
( & quatre autres nouvelles
)
Écrire lAfrique Collection dirigée par Denis Pryen
 Romans, récits, témoignages littéraires et sociologiques, cette collection reflète les multiples aspects du quotidien des Africains.   Dernières parutions  Joseph NGATCHOU-WANDJI, Le Vent du Printemps , 2012. Faustin KEOUA LETURMY, Dans le couloir du campus , 2012. Abdou DIAGNE, Les Larmes dune martyre , 2012. René GRAUWET, Au service du Katanga. Mémoires , 2012.  Antoine MANSON VIGOU,  Journal dun demandeur dasile , 2012. Brigitte KEHRER, Poudre dAfrique, 2012. Patrick Serge Boutsindi, Bal des Sapeurs à Bacongo , 2011. Alice Toulaye SOW, Une illusion généreuse , 2011 Kapashika DIKUYI, Le Camouflet , 2011. André-Hubert ONANA MFEGE, Le cimetière des immigrants subsahariens , 2011. José MAMBWINI KIVUILA KIAKU, Le Combat dun Congolais en exil , 2011.  Aboubacar Eros SISSOKO, Mais qui a tué Sambala ? , 2011.  Gilbert GBESSAYA, La danse du changer-changer au pays des pieds déformés , 2011. Blommaert KEMPS, Confidences dun mari désabusé , 2011. Nacrita LEP-BIBOM, Tourbillons démotions , 2011.  Eric DIBAS-FRANCK, Destins maudits , 2011. Zounga BONGOLO, Larbre aux mille feuilles , 2011. Otitié KIRI, Comme il était au commencement , 2011. Mamadou SY TOUNKARA, Trouble à l'ordre public, 2011. Liss KIHINDOU, Lexpression du métissage dans la littérature africaine. Cheikh Hamidou Kane, Henri Lopes et Ahmadou Kourouma , 2011. Jacques ATANGANA ATANGANA, Les fourberies d'Essomba , 2011. Frédéric TRAORE, La guerre des pauvres et le destin de Hassan Guibrilou. La dent de laïeule, tome III , 2011.
                   
Jules C. AGBOTON
     Ma belle-sur
Et quatre autres nouvelles
 LH ARMATTAN
         
 
   
    
              © L'H ARMATTAN , 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris   http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-96351-1 EAN : 9782296963511
       À mon épouse et à nos chers enfants
Ma belle-sur
Épuisés par le déménagement de la veille, Fiossi et Amêlé sétaient réveillés ce dimanche plus tard que dhabitude. Les rayons solaires avaient totalement dissipé lobscurité dans la petite pièce où ils venaient de passer la nuit. Amêlé jeta sur son mari un regard quil narrivait pas à déchiffrer.
 Pourquoi me regardes-tu ainsi ? lui demanda-t-il.
 Bonjour chéri ! répondit-elle, ignorant la question avant de marmonner en se levant du lit, je ne sais toujours pas où ranger les cartons qui encombrent le salon.
Fiossi ne répondit pas. Il avait dautres soucis que ces cartons qui préoccupaient sa femme. Il naimait pas du tout le deux-pièces où le couple venait demménager. Il ne le trouvait pas à son goût et, dailleurs, il était trop étroit. Fiossi avait perdu son emploi depuis neuf mois et il éprouvait beaucoup de difficultés à payer le loyer du trois-pièces quil occupait au quartier Belleville. Il ne voulait cependant pas déménager, car il ne désespérait pas de voir sa situation saméliorer dans les mois à venir. Mais un jour, en rentrant chez lui, il découvrit que sa mère et Sènami, sa sur aînée, lattendaient. Dès quil franchit la porte, il comprit à leur mine renfrognée quil ne sagissait pas dune visite de courtoisie. Il dit quelques mots à peine audibles à leur adresse et disparut dans le couloir qui menait aux chambres.
 Nous sommes arrivées depuis longtemps déjà. Ne nous fais pas attendre davantage, lança Sènami dans son dos.
9
Il ne répondit pas. Sa femme, Amêlé, sortit précipitamment de la cuisine le rejoindre dans la chambre, lair préoccupée.
Quy a-t-il de si grave pour que ta mère et ta sur débarquent si fâchées au point de rejeter leau que jai offerte pour les accueillir ?
 Comment veux-tu que je le sache ? Je rentre à peine, je ne les ai pas encore écoutées ! Dis-moi, tu aurais au moins pu mappeler pour me prévenir de leur présence.
Toute surprise et se sentant injustement accusée, Amêlé écarquilla de gros yeux.
Elles viennent à peine darriver. Quand tu es rentré, je métais dit que vous étiez venus ensemble et que toi, tu étais retenu au portail pour quelque raison !
 Ah bon ! réagit lhomme, se rappelant les paroles de sa sur qui lavait enjoint de ne pas les laisser attendre plus longtemps. Il ny a certainement rien de grave. Ce sont les miens. Je les connais. Reste calme, ma chérie. Je sors les écouter, lui dit-il en tapotant affectueusement sur son épaule.
 Qui est mort pour que vous arboriez cette mine denterrement ? lança-t-il dès quil eut pris place en face de sa mère.
 Personne encore, mais bientôt cest moi que la mort emportera par ta faute ! répondit la mère sur un ton accusateur.
Fiossi tourna son regard vers sa sur comme sil cherchait la confirmation des propos de sa mère. Sènami acquiesça en silence. Sans prêter attention à leur manège, la mère continua :
 Lorsquau mépris du bon sens, tu es allé choisir pour épouse cette fille, dont le quatrième doigt de pied, 10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.