Magimaux

De
Publié par

Dylan s'est sacrifié pour enfermer les esprits dans leur propre monde. Et maintenant ? Harumi est bien décidée à le ramener, soutenue par Hélène et Kitori. Colin doit suivre. C'est dans un monde pas si diffèrent du leur qu'ils vont arriver, mais comment retrouver une personne précise au milieu de cette foule, surtout quand, comme Colin, on n'a jamais vraiment quitté l'enceinte du château ? Qu'importe, on n'a rien sans rien. Malgré les risques, ils vont tous de même partir à sa recherche. Tommy, pendant ce temps, s'inquiète un peu de savoir d'où vient vraiment Dylan…
Publié le : vendredi 17 juin 2011
Lecture(s) : 76
Tags :
EAN13 : 9782304003567
Nombre de pages : 117
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

2 Titre
Magimaux

3Titre
Rachel Guilleminot
Magimaux
Tome 3
Roman fantastique
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit, 2007
www.manuscrit.com

ISBN : 978-2-304-00356-7 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304003567 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-00357-4 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782304003574 (livre numérique)

6 Titre






À Silver_Altaria, merci pour ton soutien.
7Éditions Le Manuscrit
8 Chapitre 1 : L’arrivée

CHAPITRE I
L’ARRIVÉE
L’imagination est sans limite. Elle ne connaît
aucune frontière, aucune barrière, elle est
synonyme de liberté. Quelquefois, notre
imagination nous emmène bien plus loin que
nous ne l’aurions voulu, et nous fait rêver de
choses dont nous n’oserions même pas
prononcer le nom. De temps en temps, de
vieilles histoires, parfois des légendes nous
reviennent en tête, sans que nous sachions
pourquoi. Certaines d’entre elles sont vraies,
d’autres sont inventées de toute pièce. Que ce
soit événement étrange, catastrophe non
expliquée ou bien encore miracle, chacun est
libre d’y croire ou de ne pas y croire.
Personnellement, je connais une personne qui
croit dur comme fer en un mythe : celui des
Magimaux. Sa preuve, c’est que son meilleur
ami en est un. Plusieurs fois, ils ont eu affaire à
des phénomènes d’ordre magique. Ils avaient
déjà perdu un de leurs proches à cause de cela,
9 Magimaux
et aujourd’hui, ils étaient bien décidés à le
retrouver, que ce soit à leur portée ou pas.
– Ouah !
La jeune fille, ébahie par la beauté du
paysage, s’exclama :
– C’est vraiment magnifique ! Alors c’est ça,
ton monde ?
– Oui, répondit le garçon qui l’accompagnait,
et encore, tu n’as pas tout vu.
Tous les deux perchés au sommet d’une
colline, ils oublièrent pendant un instant leurs
soucis. La vie leur sembla plus belle, l’air plus
limpide.
– On passerait sa vie ici sans voir le temps
passer, déclara l’adolescente qui portait le doux
nom d’Hélène. C’est si paisible…
Elle avait de longs cheveux blonds qui
ondulaient au vent et des yeux marron illuminés
par sa joie de vivre. De taille moyenne, elle était
assez fine et portait une robe bleue.
– Tu sais, ce n’est pas comme ça partout,
sinon, je n’aurai pas quitté ce monde-ci !
rétorqua son ami.
Lui avait les yeux et les cheveux de la même
couleur : un bleu presque noir assez étrange. À
peine plus grand qu’Hélène, il portait une paire
de lunettes qui mettaient en valeur son regard
calme.
– Colin, fit Hélène, pourquoi est-ce que tu ne
veux jamais parler de l’époque où tu vivais ici ?
10 L’arrivée
– C’est vrai, je ne t’en ai jamais parlé. Et je ne
compte pas commencer aujourd’hui ! rit-il.
Ceci dit, il descendit dans la vallée sans crier
gare. Hélène courut à sa poursuite, mais il allait
plus vite qu’elle.

En bas, le spectacle était peut-être moins
beau, mais tout aussi impressionnant. La ville,
les gens, tout était très différent du monde que
nous connaissons. Les bâtiments étaient tous
plus arrondis que les nôtres, et les gens étaient
quelque peu anormaux : certains avaient les
cheveux d’une couleur émeraude, d’autre une
sorte d’antenne sur la tête, ou une partie du
corps difforme. Bref, tous étaient très
différents. Mais leur expression inquiéta Hélène.
Colin ne s’en rendait même pas compte, il était
trop occupé à regarder partout à la fois. Après
avoir rapidement vu tout ce qu’il y avait à voir,
il glissa à l’oreille d’Hélène :
– C’est la première fois que je viens en ville.
Un peu surprise, elle le scruta. Il n’avait pas
l’air de mentir.

Ils passèrent la nuit dehors, malgré les
protestations d’Hélène.
– Il fait bon, on n’aura pas froid.
– Je pense qu’il vaut mieux dormir sous un
toit !
– Oh, ma pauvre Hélène ! fit-il.
11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.