Mangé cochon à Karukera

De
Publié par

On trouve tout dans le "mangé cochon", la tambouille aux cochons en créole. Et plutôt du pas très ragoûtant. Ici se mêlent des politiciens véreux, des syndicalistes corrompus, des nostalgiques des colonies, une administration cynique... Avec, en toile de fond, une Guadeloupe encore envoûtante, mais maltraitée par les hommes et les convulsions de la nature.
Publié le : mardi 1 mai 2012
Lecture(s) : 48
Tags :
EAN13 : 9782296490611
Nombre de pages : 264
Prix de location à la page : 0,0146€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
 
 
 
         
                         
 
« Mangé cochon » à KARUKERA
Lettres des Caraïbes Collection dirigée par Maguy Albet  Déjà parus  Beaudelaine PIERRE, Lenfant qui voulait devenir président , 2012. Jacqueline Q. LOUISON, Lère du serpent, 2012. Joël ROY, Variations sur un thème détestable , 2011. Jean-Claude JANVIER-MODESTE, Un fils différent , 2011. Beaudelaine PIERRE, La Négresse de Saint-Domingue , 2011. SAST, Le Sang des Volcans , 2011. Claire Marie GUERRE, Clone dange , 2011. Sabine ANDRIVON-MILTON, Anatole dans la tourmente du Morne Siphon , 2010. José ROBELOT, Liberté Feuille Banane , 2010. Yollen LOSSEN, La peau sauvée , 2010. Sylviane VAYABOURY, La Crique. Roman , 2009. Camille MOUTOUSSAMY, Princesse Sit ā . Aux sources des lépopée du R ā m ā yana , 2009. Gérard CHENET, Transes vaudou dHaïti pour Amélie chérie , 2009. Julia LEX, La saison des papillons , 2009. Marie-Lou NAZAIRE, Chronique naïve dHaïti , 2009. Edmond LAPOMPE-PAIRONNE, La Rivière du Pont-de-Chaînes , 2009. Hervé JOSEPH, Un NegMawon en terre originelle. Un périple africain , 2008. Josaphat-Robert LARGE, Partir sur un coursier de nuage s, 2008. Max DIOMAR, 1 bis, rue Schoelcher , 2008. Gabriel CIBRELIS, La Yole volante , 2008. Nathalie ISSAC, Sous un soleil froid. Chroniques de vies croisées , 2008. Raphaël CADDY, Les trois tanbou du vieux coolie , 2007. Ernest BAVARIN, Les nègres ont la peau dure , 2007. Jacqueline Q. LOUISON, Le crocodile assassiné , 2006. Claude Michel PRIVAT, La mort du colibri Madère , 2006. Danielle GOBARDHAN VALLENET, Dumanoir, lincroyable destinée , 2006.
        
                     
 
Germain Sensbras
« Mangé cochon » à Karukéra
LH ARMATTAN
         
 
 
   
    
              © L'H ARMATTAN , 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris   http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-96364-1 EAN : 9782296963641
 
 
   A mon fils, qui ma donné lidée de cette histoire, devant un civet de lièvre, dans un bistrot de la rue Paul Bert
Avertissement Cette histoire, même si son contexte peut sinspirer de choses observées ou vécues, est évidemment totalement imaginaire. Les faits évoqués ne renvoient à aucune situation réelle, les personnages sont totalement fictifs, les autorités décrites ne reflètent pas la réalité des pouvoirs en Guadeloupe.  Bien sûr, ici ou là, le lecteur pourra retrouver quelques traits familiers, que lauteur nespère pas trop grossiers. Mais en aucun cas il na sagit de produire un ouvrage à message ou à clef. Ce modeste récit se veut un simple divertissement, sans autre prétention que de distraire le lecteur indulgent, avec juste quelques clins dil en passant.  Pour lessentiel, cette histoire a été écrite avant les évènements sociaux du premier semestre 2009 dans lîle. Elle ne sen est donc nullement inspirée même si quelques similitudes peuvent apparaître. Si lauteur avait été moins fainéant, le récit aurait été terminé bien avant ce qui, à la limite, aurait pu lui donner une légère touche prémonitoire.  Dernière précision : une lecture inattentive, ou idéologiquement biaisée, pourrait laisser limpression dune vision trop négative de la Guadeloupe et de certaines des murs politiques ou administratives qui y ont cours. Ce nest pas le cas. Lauteur est et demeure profondément attaché à ce petit bout de terre. Tout juste si, avec beaucoup de ceux qui y vivent ou y ont vécu, il déplore le cours des choses qui, inexorablement, semble lentraîner à sa perte didentité et dauthenticité, y compris sous laction des forces qui sen revendiquent.
 
9
 Alors, on pourra trouver dans les lignes qui suivent un peu de pessimisme, un zeste daffection déçue, mais aucune volonté de rejet, a fortiori de dénigrement. Les paniers de crabes se répartissent très équitablement entre les deux rives de lAtlantique.  Et puis, heureusement, le pire nest jamais sûr.  ¶Alors, kimbè rèd, pa molli 1 !
 
                                                     1 Tenez bon ; ne mollissez pas !
 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.