//img.uscri.be/pth/205c9ec2adcc1e512344e763a86a5118b8955949
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Marrakech photo

De
215 pages
Parmi la foule de la place Djemaa el Fna à Marrakech, Yolande hèle Victor Meung, photographe reconnu dans le milieu artistique. Depuis vingt ans, ils ne se sont plus vus. Les souvenirs les interpellent sur leur relation passée, avec en filigrane, l'évocation des réminiscences de l'histoire commune des civilisations arabo-berbères et espagnoles qui se sont affrontées, mêlées puis séparées. Autour d'eux, les personnages se découvrent, se rapprochent, s'éloignent au gré des rencontres, des sentiments et des passions où se mêlent les inclinaisons de chacun.
Voir plus Voir moins
e
arïsïque. Depuîs vîngt ans, îls ne se sont plus vus, depuîs le temps où elle étudîaît l’art mudéjar et que luî débutaît dans la photo. Les souvenîrs les înterpellent sur leur relaïon passée, avec en ilîgrane, de Tîn Mâl dans le Haut Atlas à Tobed en Aragon, l’évocaïon des rémînîscences de l’hîstoîre commune des cîvîlîsaïons arabo-berbères et espagnoles quî se sont arontées, mêlées puîs séparées. Autour d’eux, les personnages marocaîns et européens se découvrent, se rapprochent, s’éloîgnent au gré des rencontres, des senïments et des passîons où se mêlent les înclînaîsons de chacun entre spontanéîté et calcul, conformîsme et lîberté. Des préoccupaïons bîen fuïles pour un jeune berbère îdéalîste, éprîs d’îslam et nostalgîque de la cîvîlîsaïon Almohade.
ChRIsîaN Henri
Après des études de leTres, il a enseigné le français au Maroc,
France, avant de devenir personnel de direcIon de l’ÉducaIon naIonale.
En couverture :
ISBN : 978-2-343-12593-0 19,50
, huîle sur toîle de Franck Henrî.
ChristianHENRI
Marrakech photo Roman
Marrakech photo
Écritures Collection fondée par Maguy Albet Jullien (Claudine),Comme un verre brisé, des éclats de mémoire, 2017. Hillion (Joël),Une île sur le fleuve, 2017. Winling (François),L’âge d’or de l’avenir, 2017. Labbé (Michelle),Le brise-lames, 2017. Rigot-Muller (Hervé),Des gens sans histoire, 2017. Nouvelot (Eudes),La maison sur la plage, 2017. Layani (Jacques),Des journées insolites, 2017. Renoux (Jean-Paul),Une chanson pour Miss S., 2017. Banhakeia (Hassan),Le coupable, 2017. Akgönül (Samim),La proie, 2017. Francis (Raoul R.),À corps défendant, 2017. Mallinson (Adrian),Paris entre deux eaux, 2017. Le Guern (Jean-Marc),Points d’orgue, 2017. Verdun (Franck),Le métal dont nous sommes faits, 2017. Adriaensen (Walther),L’escale écossaise, 2017. * ** Ces quinze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.harmattan.fr
Christian HENRIMarrakech photo Roman
Du même auteur Masque noir, L’Harmattan, 2016. © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr
ISBN : 978-2-343-12593-0 EAN : 9782343125930
À Jackie, à nos souvenirs.
I Sur la place Djemaa el fna : « Houhou ! » je me retourne ou pas ? Il y a tellement d'appels et de sollicitations… Et les Gnaouas, allez donc ! Non, ceci est un « houhou » - un vrai. « Vic ! » Un temps mort et puis encore : « Vic ! Vic ! » Cette fois je me retourne. Je ne la reconnais pas. Qu'est-ce à dire ? « Bélek ! Bélek ! » L'avertissement est clair. J'ai juste le temps de faire une esquive dans le plus pur style des écarteurs landais. Un grand diable de Noir lourdement chargé d'un tapisanciense fraye un passage dans la foule. La crieuse s'est engouffrée derrière lui et s'arrête à ma hauteur : « Vic ! Tu ne me reconnais pas ? » Je ne la reconnaissais pas. J'aurais dû pourtant. En cette terre d'Islam on ne m'avait jamais interpellé par mon diminutif. Je cherchais parmi les membres de ma famille - j'avais l'air sot - sûrement très sot, moi qui identifiais toujours les autres avant qu'ils ne se souviennent de moi. J'étais vexé, confus aussi et surtout défilaient devant moi toutes sortes d'images anthropomorphiques des femmes de ma famille, de face et de profil. J'aurais fait un mauvais enquêteur. Rien. Je croyais voir des numéros et des références de fichiers. Qui pouvait bien m'appeler « Vic » à Marrakech ? « Oh ! » finis-je par lâcher soudain, gagné par une lassitude qui m'envahit totalement au moment où je comprenais que c'était Yolande. Mais comme elle avait changé ! Cela faisait une bonne vingtaine d'années que je ne l'avais vue. « Mon Dieu ! » m'exclamai-je, « mon Dieu ! » Je n'osais pas lui lancer au visage : "Comme tu as changé ! Comme tu as vieilli, comme tu t'es rabougrie, toi
9