Mémoires virtuelles

De
Publié par

Il était une fois un chevalier pas très brave, qui volait malgré lui au secours de sa princesse, prisonnière des griffes de Saroumane le fourbe. Sur la montagne du Destin, Gédéon aura-t-il le courage d’affronter ses peurs, dans un monde où tout ne tient qu’à un fil ?

Le périple d’un chevalier attachant et naïf, aux prises avec un univers qui nous dépasse.


Publié le : samedi 23 avril 2016
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782372223287
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
MÉMOIRES VIRTUELLES Sarah Kirschner Nouvelle
© Sarah KIRSCHNER Bookless-Editions Tous droits réservés Avril 2016
Mémoires virtuelles
La vallée Mordorée s’illumina tout à coup par la fenêtre du palais, éclairée des toutes premières lueurs de l’aurore. Telle fut la première image qui frappa mon esprit embrumé, ce matin-là, tandis que je me préparais à entrer dans la salle du trône. J’avais eu toutes les peines du monde à quitter mon lit de plumes, convoqué en cette heure terriblement matinale par mon oncle Jarred, vénérable roi de la vallée Mordorée. Lorsque je fus planté devant lui, il m’annonça d’une voix grave que l’heure était venue pour moi d’accomplir ma destinée :
« Gédéon, l’heure est venue pour toi d’accomplir ta destinée… Saroumane, mon ennemi juré, a enlevé ma fille adorée. Toi que j’ai recueilli, toi dont j’ai donné ma parole à ton défunt père que tu épouserais la princesse et engendrerais ainsi ma noble descendance, sache que, de tous les prétendants à l’aventure, c’est en toi que j’ai placé ma foi. Cette aventure démontrera ta bravoure, et tu épouseras ainsi légitimement celle qui t’est promise depuis sa naissance. Voilà pourquoi je te le demande solennellement : acceptes-tu d’affronter Saroumane le fourbe pour sauver la princesse Griselda ? »
Les yeux encore bouffis de sommeil, j’acceptai machinalement. Si je ne l’avais pas fait, mon protecteur m’aurait posé la question sans relâche jusqu’à ce que, de guerre lasse, je finisse par capituler. Toute résistance était inutile.
« Fort bien, dit-il d’un ton solennel. Ne laisse personne prendre la place qui te revient. Tu suivras le sentier des Braves, le long de la montagne du Destin, jusqu’au Pic des Enfers : c’est là que se trouve le donjon de Saroumane. Pégasus, mon fidèle destrier, t’attend aux écuries pour t’accompagner dans ta quête glorieuse. Que nos dieux soient avec toi ! »
Au nom de Pégasus, mon sang se figea. Les aventures de l’étalon légendaire avaient certes bercé mon enfance, et maintes fois oncle Jarred m’avait signifié qu’un jour moi aussi, j’accomplirais avec lui quelque fameux exploit. Cependant, ma mère bien-aimée m’avait souvent défendu d’approcher cette bête, dont on murmurait qu’elle avait été engendrée par le Malin, et je vécus l’honneur qui m’était fait non sans quelque appréhension : si je pouvais monter sans trop de mal un cheval ordinaire, il...
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.