//img.uscri.be/pth/5f81f588553e8bd30b876050ba05597550b4dd6e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Mes amis de la forêt enchantée - tome 3 : Elie Bec-Plume est en danger

De
35 pages


Deux petites filles découvrent un monde enchanté où d'adorables animaux sont menacés par une cruelle sorcière !

Élie Bec-Plume a invité tous ses amis à son anniversaire ! Mais, catastrophe ! Grizelda la sorcière vient gâcher la fête. Ses gnomes s'emparent de la péniche des Bec-Plume, et Élie est resté seul à bord... Lili et Manon parviendront-elles à sauver le caneton ?



Voir plus Voir moins
couverture
Daisy Meadows
image

Élie Bec-Plume
est en danger

Tome 3

image

Pour Ann Dymond
en souvenir des soirées avec Jaime

image
image

image

1

Les amis de la Forêt

Piou ! Piou !

— Papa, les canetons ont faim ! s’écria Lili Brunet.

— Donne-leur un peu de maïs, ça les fera patienter. Je m’occupe d’eux dès que j’ai fini.

M. Brunet nettoyait la table sur laquelle il soignait les animaux. Avec sa femme, ils avaient créé le refuge des animaux. Ils avaient transformé leur grange et installé des enclos dans leur jardin. Lili et sa meilleure amie Manon aimaient beaucoup y travailler.

Manon prit deux poignées de graines dans un sac.

— J’adore aider tes parents, dit-elle. Et je suis tellement contente qu’on soit amies !

Les canetons engloutirent vite toutes les graines.

— À ton tour, petit gourmand, dit M. Brunet en déposant l’un des canetons sur la table. Voyons si tu es en forme…

— Qu’est-ce qui va leur arriver maintenant ? demanda Manon.

— Si Papa pense qu’ils sont en bonne santé, nous les relâcherons près du ruisseau, expliqua Lili. C’est là que nous les avons trouvés, seuls et affamés. Les pauvres, ils ont été abandonnés par leur mère !

image

— Plumes … impeccables ! Bec… parfait ! Pattes… très bien ! Poids… correct ! dit M. Brunet.

Il déposa le caneton dans une boîte en carton.

— Au suivant !

Lili lui amena un deuxième petit canard pendant que Manon en câlinait un troisième.

— Ses plumes sont si douces, dit-elle. Est- ce qu’ils seront capables de trouver de la nourriture dans la nature ?

— Bien sûr ! répondit Lili. Ils se débrouillent déjà seuls depuis plusieurs jours. Ils vivent près de notre mare et ils mangent ce qu’il y a : des lentilles d’eau, de l’herbe, des vers, des limaces…

— Beurk ! s’exclama Manon.

Avec un frisson, elle agita ses boucles blondes.

M. Brunet éclata de rire.

— Les limaces, c’est répugnant pour toi, dit-il à Manon, pas pour un canard !

Bientôt, il déposa le dernier caneton dans le carton.

— Voilà ! Ils sont prêts à revivre en liberté !

— Je peux les relâcher avec Manon ? demanda Lili.

— Oh, oui… S’il vous plaît ? insista Manon.

— D’accord, dit M. Brunet. Lili connaît l’endroit où nous les avons trouvés. Amusez-vous bien, les filles !

Elles partirent aussitôt.

Elles entendaient les canetons gratter à l’intérieur du carton et elles marchaient lentement pour ne pas les secouer.

— Papa n’a pas besoin de nous le dire, on s’amuse tout le temps, dit Lili en souriant. Et encore plus quand nous allons chez Goldie !

image

La chatte Goldie habitait la Forêt Enchantée, un monde magique où tous les animaux parlaient. Grâce à Goldie, les filles y avaient vécu deux fantastiques aventures. Chaque fois, Lili et Manon avaient aidé leur amie Goldie à combattre Grizelda, l’horrible sorcière qui ne pensait qu’à une chose : chasser les animaux de la forêt !

— J’espère qu’on reverra bientôt Goldie, dit Manon.

Lili hocha la tête.

— Elle a promis de venir nous chercher si Grizelda les menace encore.

Les filles déposèrent doucement les canetons dans le ruisseau.

— Ils ont l’air super contents ! s’écria Manon.

Les canetons s’agitaient dans tous les sens et plongeaient leur bec dans l’eau. Peu à peu, ils devinrent plus courageux, l’un d’entre eux monta sur la rive pour picorer des brins d’herbe.

Soudain, Lili sentit quelque chose toucher sa jambe. Elle baissa les yeux, pensant voir l’un des canetons…

— Goldie ! s’écria-t-elle avec joie.

La chatte au pelage doré la regardait avec ses grands yeux verts. Les filles la caressèrent et Goldie ronronna. Elle se frotta à leurs bottes en miaulant. Et, tout à coup, elle bondit. Elle sauta de pierre en pierre pour traverser le ruisseau. Lili et Manon avaient déjà compris ce qu’elle voulait.

image

— On retourne dans la Forêt Enchantée ! lança Manon. Vite ! Dépêchons-nous !

Elles rejoignirent la chatte dorée sur l’autre rive près d’un vieux chêne. Il semblait mort, mais, dès que Goldie s’en approcha, il se couvrit d’un merveilleux feuillage ! Il scintillait sous le soleil ! Manon et Lili en eurent le souffle coupé. C’était magique !

Goldie posa la patte sur l’écorce du chêne, là où quelques mots étaient gravés. Les filles savaient qu’elles devaient lire d’une seule voix :

— La Forêt Enchantée !

Et une petite porte, pas plus haute que leurs épaules, apparut dans le tronc. Manon tourna la poignée en forme de feuille et ouvrit. Aussitôt une lumière étincelante s’échappa de l’arbre.

Goldie passa la porte. Manon et Lili la suivirent, tête baissée. Elles sentaient des picotements sur leur peau car elles étaient en train de rapetisser.

Quand la lumière dorée s’adoucit, les filles se retrouvèrent au milieu d’une clairière ensoleillée.

— La Clairière du Champignon Vénéneux est toujours aussi magnifique ! Regarde toutes ces fleurs, Manon !

Il y avait de jolies petites maisons nichées près des arbres qui entouraient la clairière. C’est là que vivaient de nombreux animaux de la Forêt Enchantée.

— Bienvenue chez nous, dit une voix douce.

Les filles se retournèrent vers Goldie. Debout sur ses pattes arrière, la chatte dorée portait maintenant un beau foulard à paillettes autour du cou.

Manon et Lili la serrèrent dans leurs bras. D’autres animaux approchaient.

— Coucou ! Je m’appelle Bernard, dit un jeune blaireau. J’ai beaucoup entendu parler de vous ! On m’a raconté que vous avez vaincu les gnomes !

Les gnomes étaient les affreux serviteurs de la sorcière Grizelda. Ils étaient sales, puants et ils faisaient tout ce qu’elle demandait. Ils avaient essayé de détruire le Buisson Magique et l’Arbre aux Trésors qui donnait leur nourriture à tous les habitants de la forêt.

— Nous sommes ravies de vous rencontrer, Bernard ! s’exclama Manon.

image

Elle lui serra la patte et chuchota à Lili :

— C’est toujours aussi génial de pouvoir parler avec les animaux !

Lili n’eut pas le temps de lui répondre.

— Marie Trotti-Trotta ! s’écria-t-elle en se penchant vers une minuscule souris.

Marie Trotti-Trotta portait un énorme paquet.

image

— C’est l’anniversaire de quelqu’un ? lui demanda Manon.