Meurtre au collège

De
Publié par

La vie d'un collège de Nancy est soudainement perturbée par l'assassinat de la conseillère principale d'éducation. François Dhotel est chargé de l'enquête. Un retour aux sources pour cet ancien élève de l'établissement qui doit lever le voile sur ce meurtre mystérieux. Sexe, violence, trafics, délinquance, inimitiés farouches, galerie de portraits cocasses et plus sombres, le lecteur découvre à travers le regard sensible de Dhotel les coulisses de ce petit monde.
Publié le : dimanche 1 septembre 2013
Lecture(s) : 13
EAN13 : 9782336323701
Nombre de pages : 190
Prix de location à la page : 0,0112€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Jean-Luc Emmanuel Chassard
Meurtre au collège Roman
MEURTREAU COLLÈGE
Jean-Luc Emmanuel Chassard MEURTREAU COLLÈGERoman
© L'HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01426-5 EAN : 9782343014265
À Jean-Louis. Je remercie particulièrement Chantal pour son aide précieuse.
I
 Lesélèves s’agitaient de plus en plus : 17h 30 et la sonnerie n’avait toujours pas retenti. Mademoiselle Blanchot commençait à s’impatienter sérieusement et peinait de plus en plus à maintenir à leur place ses sixièmes déjà fortement énervés en cette fin de journée. Tous les six mois c’était la même ritournelle. Le passage à l’heure d’été ou d’hiver déréglait la sonnerie automatique qui annonçait le début et la fin des cours, et c’est manuellement que, depuis son bureau, la conseillère principale d’éducationdevait actionner le signal qui ferait s’éparpiller dans les couloirs et dans la cour les élèves ravis d’échapper à leur immobilisme forcé.  -Mais que fait-elle ? Je ne pourrai pas les tenir bien longtemps !  MademoiselleBlanchot s’impatientait de plus en plus, sa conscience professionnelle lui interdisant de libérer ses élèves alors même que le signal officiel n’était pas donné. Il faut dire qu’elle était de la «vieille école» ; ancienne institutrice dans le privé, elle avait, à une époque où les collèges manquaient d’enseignants, intégré le corps des maîtres auxiliaires de Français puis, par ancienneté et grâce à son sérieux sinon à ses grandes capacités pédagogiques, elle avait été titularisée. Mais elle avait retenu les mises en garde de ses anciens professeurs de l’école normale : «Vous êtes responsables des élèves qui
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.