Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Mon petit diable

De
252 pages
À la mort de sa mère, Joseph, un petit garçon de dix ans, est envoyé dans un pensionnat par son père. Triste, il quitte Magan, son meilleur ami, et le village de son enfance pour connaître une nouvelle vie. Sa nouvelle résidence est dirigée par des missionnaires catholiques sévères mais bienveillants. Petit à petit, mais non sans incidents, Joseph apprend à aimer et à être aimé par les gens de l’école, sa nouvelle famille. C’est dans ce pensionnat sur le littoral de l’océan Indien qu’il fera, durant la récréation, une rencontre qui changera son existence à tout jamais : celle de Sandu, un adolescent vivant dans une extrême pauvreté. Révolté par une telle injustice, Joseph décide d’aider son nouvel ami. Tous les jours, le petit Joseph « emprunte » du pain à la cuisine de l’école pour le donner à Sandu et sa famille… jusqu’au moment où il se fait prendre la main dans le sac.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Comme enfant je suis cuit

de les-editions-quebec-amerique

Wallaby

de les-editions-du-vermillon

Rock DemeRs pRésente C O N T E S P O U R T O U S # 1 8
Roman de
Sonia Sarfati
Extrait de la publicationExtrait de la publicationRock DemeRs pRésente
C O N T E S P O U R T O U SDe la même auteure
chez Québec Amérique
Pour les jeunes :
Le Pari d’Agathe, Coll. Gulliver, 1988.
Sauvetages, 1989.
Mon petit diable,  coll.  Contes  pour  tous, 
2002.
Extrait de la publicationmon petit Diable
Extrait de la publicationDonnées de catalogage avant publication (Canada)
Sarfati, Sonia
Mon petit diable
(Collection Contes pour tous ; 18)
Pour enfants de 7 à 13 ans.
ISBN 978-2-7644-0195-8 (Version imprimée)
ISBN 978-2-7644-2267-0 (PDF)
78-2-7644-2268-7 (ePub)
I. Titre. II. Collection.
PS8587.A376M66 2002 jC843’.54 C2002-941707-4
PS9587.A376M66 2002
PZ23.S27Mo 2002
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par
l’entremise du Programme d’aide au développement de l’industrie de
l’édition (PADIÉ) pour nos activités d’édition.
Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour
l’édition de livres – Gestion SODEC.
Les Éditions Québec Amérique bénéficient du programme de sub­
vention globale du Conseil des Arts du Canada. Elles reçoivent aussi
l’appui financier de la SODEC, qu’elles remercient.
Québec Amérique
e329, rue de la Commune Ouest, 3 étage
Montréal (Québec) Canada H2Y 2E1
Tél. : (514) 499­3000, Téléc. : (514) 499­3010
Pour le Canada en langue française :
©2002 Les Éditions Québec Amérique inc.
©2002 Éditions La Fête
Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés
Ventes internationales : Éditions La Fête
387, rue Saint­Paul Ouest
Montréal (Québec) Canada H2Y 2A7
Tél. : (514) 848­0417, Téléc. : (514) 848­0064
www.lafete.com
eDépôt légal : 4 trimestre 2002
Bibliothèque nationale du Québec
Bibliothèque nationale du Canada
Chansons en français : Serge Fiori et Majoly
Révision linguistique : Andrée Laprise
Mise en pages: Andréa Joseph [P ageXpress]
© 2002 Éditions Québec Amérique inc.
www.quebec-amerique.com Extrait de la publicationmon petit Diable
s O N i A s A R f A t i
ROMAN
18
Q U É B E C A M É R I Q U E JEUNESSE
Extrait de la publicationDans la même collection
Contes pour tous
1 LA GUERRE DES TUQUES
Danyèle Patenaude et Roger Cantin
02 OPÉRATION BEURRE DE PINOTTES
Micheal Rubbo
03 BACH ET BOTTINE
Bernadette Renaud
04 LE JEUNE MAGICIEN
Viviane Julien
05 C’EST PAS PARCE QU’ON EST PETIT
QU’ON PEUT PAS ÊTRE GRAND
Viviane Julien
06 LA GRENOUILLE ET LA BALEINE

07 LES AVENTURIERS DU TIMBRE PERDU
Micheal Rubbo
08 FIERRO… L’ÉTÉ DES SECRETS
Viviane Julien
09 BYE BYE CHAPERON ROUGE

10 PAS DE RÉPIT POUR MÉLANIE
Stella Goulet
11 VINCENT ET MOI
Micheal Rubbo
12 LA CHAMPIONNE
Viviane Julien
13 TIRELIRE COMBINES ET CIE
Jacques A. Desjardins
14 DANGER PLEINE LUNE
Viviane Julien
15 LE RETOUR DES AVENTURIERS
DU TIMBRE PERDU
Viviane Julien
16 VIENS DANSER… SUR LA LUNE

17 LA FORTERESSE SUSPENDUE
Roger Cantin
18 MON PETIT DIABLE
Sonia Sarfati
19 RÉGINA!
Patrick Leimgruber
Sélection « Club la Fête »
LE MARTIEN DE NOËL
Roch CarrierParce qu’enfance ne devrait jamais
rimer avec souffrance.
Sonia Sarfati
Extrait de la publicationExtrait de la publicationLe scénario de Mon petit diable est 
basé  sur  un  incident  raconté  dans  le 
roman  Lohi No Sambandh – a Rekha
Chitra,  où  l’auteur,  Joseph  Macwan, 
évoque  ses  mémoires  de  jeunesse.  La 
réalisatrice  Gopi  Desai,  charmée  par 
le  récit,  y  a  mêlé  des  éléments  de  sa 
propre enfance puisqu’elle a fréquenté 
une  école  dirigée  par  des  mission­
naires.
Extrait de la publicationExtrait de la publicationAujourd’hui
Un train arrive dans la petite gare. 
Sur  le  quai,  un  groupe  d’hommes 
attend en buvant du thé. Ils discutent 
amicalement, rient. Le regard observa­
teur  de  l’un  d’eux,  celui  qui  porte  un 
sac en bandoulière sur la tunique rouge 
tombant sur ses jeans, s’attarde sur les 
passagers qui descendent des wagons. 
Puis sur les employés de la compagnie 
de  chemin  de  fer,  vêtus  de  la  tenue 
bleue usuelle. 
Le conducteur est le dernier à quit­
ter la locomotive. Il est grand. Sa peau 
est  sombre.  Sa  démarche  a  quelque 
chose  de  félin.  Le  jeune  homme  en 
rouge  remarque  tout  cela.  Sourcille. 
Suit des yeux la main de l’homme qui 
s’empare de la tasse de thé tendue par 
quelqu’un. Une tasse qu’il porte à ses 
Extrait de la publicationlèvres avec la rapidité de ceux qui, un 
jour,  ont  connu  la  soif.  La  vraie  soif. 
Compagne de la vraie faim.
À  cette  pensée,  un  nuage  passe 
dans  les  yeux  jusqu’ici  rieurs  de 
l’homme.  Un  regard  dont,  bientôt,  le 
conducteur  du  train  sent  le  poids.  Il 
se  tourne.  Aperçoit  l’autre.  L’observe 
avec  attention.  Hésite.  Tous  deux 
hésitent. Soudain, le déclic se fait. 
Et le temps commence à remonter.Il y a vingt ans…
Extrait de la publicationExtrait de la publicationChapitre 1
La coupure
Il  s’appelle  Joseph  Ignas.  Ses  amis 
l’appellent  Jessya.  Pourquoi ?  Il  n’a 
pas  posé  la  question.  Il  ne  pose  pas 
de  questions,  Joseph  Ignas.  Jessya. 
Son père lui a dit qu’à son âge, mieux 
vaut écouter. Alors, il écoute. Les ques­
tions,  il  les  place  quelque  part  dans 
sa  tête.  Il  les  amasse,  tel  un  écureuil 
faisant des provisions.
Un  jour,  il  aura  assez  écouté.  Il 
espère  que  quelqu’un  l’avertira.  Son 
père,  peut­être,  même  s’il  en  doute. 
Et  ce  jour­là,  Joseph  posera  toutes 
les  ques tions  qu’il  a  soigneusement 
entre posées dans sa mémoire. Il faudra 
des  jours  et  des  jours,  ou  peut­être 
des  se maines  ou  des  mois,  pour  que chaque point d’interrogation trouve sa 
ré ponse. Pourtant, Joseph n’a que dix 
ans. Dix ans et tant de questions !
Aucune  toutefois  n’a  plus  d’im­
portance  que  celle  qui  lui  monte  au 
cœur  aujourd  ’hui.  Car  dans  quelques 
heures,  Joseph  quittera  son  village. 
À  cause  d’événements  dont  il  ne  veut 
pas  parler.  Pas  encore.  Pas  tout  de 
suite.  Cert aines  choses  font  trop  mal 
pour  pou voir  franchir  les  lèvres.  Les 
mots  pourraient  se  mettre  à  saigner. 
Chut !  Il  parlera  quand  il  le  pourra. 
Cela vien dra bientôt.
En attendant, il y a le départ. Partir 
ainsi,  c’est  comme  fermer  une  porte 
sans avoir le droit d’emporter la clé.
Les  pieds  pendant  dans  le  vide, 
assis  à  l’entrée  de  la  petite  grotte  qui 
s’ouvre  dans  les  collines  rocheuses 
dominant  son  village,  Joseph  regarde. 
Il  remplit  ses  yeux  et  son  âme  du 
paysage familier et aimé.
Le village de Joseph se nomme Ode. 
Il  est  situé  au  Gujarat,  qui  n’est  pas 
1un  pays  mais  un  État .  Une  sorte  de 
1.  Peuplée  de  quelque  968  millions  de  per­
sonnes,  l’Inde  est  divisée  en  26  États  et 
7 terr  itoires.  Le  Gujarat  se  trouve  à  la 
pointe  ouest  de  l’Inde.  Gandhi,  l’homme 
Extrait de la publicationprovince. Le pays de Joseph s’ap pelle 
l’Inde. Un pays en forme de triangle à 
l’envers dont la base, au nord, s’appuie 
sur l’Himalaya et dont la pointe plonge 
dans l’océan Indien. 
Cela, Joseph l’ignore. Tout ce qu’il 
connaît de son pays, c’est Ode. 
Ode.  S’il  parlait  français,  Joseph 
saurait que ce mot signifie poème. Ou 
chanson.  Ce  nom  va  bien  au  village. 
Les  cris  des  perroquets  se  mêlent  à 
ceux des paons et des moineaux. L’eau 
qui  court  dans  les  canaux  glougloute. 
Les  cloches  qui  pendent  au  cou  des 
chèvres  et  des  vaches  tintinnabulent. 
Et puis, il y a le claquement des billes 
les unes contre les autres quand, après 
avoir roulé sur la terre ocre sous l’im­
pul sion  d’une  chiquenaude,  elles  se 
heurtent les unes aux autres. Clac !  Et 
clac ! encore.
À  cette  pensée,  Joseph  porte 
la  main  à  sa  poche.  Il  sent  sous  ses 
doigts  l’arrondi  des  petites  sphères 
de  verre.  Elles  sont  nombreuses.  Plus 
qui prôna toute sa vie la non­violence, l’hu­
ma nité,  la  compassion  et  l’amour  entre 
tous, peu importe la religion, la caste et la 
cou leur de la peau, y est né en 1869. qu’hier.  Ce  matin,  il  en  a  gagné  une 
dou zaine. Il avait une rage. Une rage de 
tout, qui s’est muée en celle de ga gner. 
Joseph  est  ainsi.  Quand  les  émotions 
se bousculent et qu’elles cognent en lui 
telles  des  billes  plus  grosses  que  des 
noix de coco, la colère monte. Parfois, 
il fait des bêtises. De plus en plus sou­
vent. Avant, cela était plus rare. Parce 
qu’avant, il y avait…
Non.  Pas  encore.  Il  ne  veut  pas  y 
penser. Ne peut pas. Il serre seulement 
la médaille qui tient à son cou par un 
mince  lacet  de  cuir.  Il  ferme  les  yeux 
en  même  temps  que  ses  doigts  sur  le 
métal.  Il  respire  fort.  La  douleur  s’en­
dort. Pour un moment. Bientôt, Joseph 
peut  rouvrir  les  yeux.  Et  cares ser  de 
nouveau du regard les petites maisons 
faites de planches ou de briques, avec 
leur toit de tuiles roses ou de tôle ondu­
lée.  Ode.  Ode  qui,  soudain,  semble 
l’appeler. 
Aujourd’hui  plus  que  jamais,  il 
répond au village, son village, dont les 
rues  sont  autant  de  bras  tendus  vers 
lui.  Il  court  à  Ode.  Petit  garçon  sur 
le  sentier  poussiéreux.  Chant  joyeux 
des  billes  qui  s’entrechoquent  dans 
la poche du pantalon de toile. Pierres Extrait de la publicationRock DemeRs pRésente C O N T E S P O U R T O U S # 1 8
mon petit diable
Bernadette RenaudRoman de
Sonia Sarfati
À la mort de sa mère, Joseph, un garçon
de dix ans, est envoyé dans un pensionnat
par son père. Profondément triste, il quitte
Magan, son meilleur ami, et le village de son
enfance. Sa nouvelle école est dirigée par
des missionnaires catholiques sévères, mais
bienveillants. Il n’est pas facile de s’adapter
à la vie dans ce pensionnat et les incidents
fâcheux se multiplient. Heureusement qu’il
y a Karsan, Tom Cha-Cha, Arvind, Sandu…
De nouveaux visages, de nouveaux noms, de
nouveaux amis!
En plus d’être un roman, Mon petit diable est
aussi un film écrit et réalisé par Gopi Desai,
produit par Rock Demers et le National Film
Development Corporation of India. Il a
remporté, en 2000, les prix Humanitas et CIFEJ
du Caroussel international
du film de Rimouski.
Sonia Sarfati est journaliste et
auteure de nombreux livres pour
les jeunes. e lle a reçu le prix du
Gouverneur général 1995 pour
son roman Comme une peau de
chagrin. C’est avec beaucoup de maîtrise et de
sensibilité qu’elle raconte Mon petit diable, un récit vrai
et touchant.
www.quebec-amerique.comExtrait de la publication
Photo : © La Presse/
Martin Chamberland
Images : Nayan Dave Umesh

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin