Mort à vingt ans

De
Publié par

Charles Versini a choisi la période de l'adolescence dans l'île d'Ajaccio, un lieu de mémoire auquel il reste attaché comme les plantes marines aux rochers. Le texte s'articule autour de l'enfance, de la découverte de la sexualité, des simples plaisirs, de la vie mais aussi de la mort. L'allusion à la mort à vingt ans qui va s'ouvrir sur une nouvelle vie est au coeur même du récit. L'auteur a écrit le roman de l'initiation, d'une initiation qui ne pourrait s'accomplir qu'au terme de la mort selon la loi initiatique.
Publié le : dimanche 1 juillet 2012
Lecture(s) : 17
EAN13 : 9782296498303
Nombre de pages : 111
Prix de location à la page : 0,0070€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
 
 
 
 
 
 
 
 
 
MORT À 20 ANS
© LHarmattan, 2012 5-7, rue de lEcole polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-96567-6 EAN : 9782296965676
    
 
     
Charles Versini
MORT À 20 ANS
Roman initiatique
           LHarmattan
 
 
 
 
Une carrière reste trop souvent un chantier
qui n'élève que des maisons posthumes.
    Toi qui cherches la perfection technique, tu rencontreras des répétitions car mêlant la vie écrite à la vie concrète pour atteindre l'identité je ne pouvais ni relire ni corriger. Toi qui jusqu'à présent aimais l'harmonie, apprends qu'un homme n'est pas un roman et qu'il faut savoir le suivre pour être intéressé même si parfois il ne te semble plus intéressant. Toi qui aimes ne voir s'illustrer qu'un grand sujet dans un écrit, sache que l'homme comprend tous les sujets du berceau au cercueil, de l'amour à la mort. Toi qui en d'autres termes aimes voir dans un écrit une trame simple, une seule colonne vertébrale, apprends que ton squelette a des côtes et d'autres os qu'il faut nourrir même s'il nous oblige à faire des détours. Toi qui aimes les beaux mensonges, les livres humains où l'amour amorcé connaît un prolongement, va ailleurs. Toi qui attendais plusieurs jours de lecture, un roman-fleuve, va-t-en, ce n'est pas Schéhérazade qui parle, ce n'est pas la Comédie humaine qui se déroule majestueusement devant tes yeux comme la queue d'un paon. C'est une tragédie, une lance, un couteau ; court, bref, qui passe, comme la vie d'un homme. Toi qui jettes ce livre au feu, ressens les brûlures car c'est toi mon ami. Je me suis confié à toi et tu n'as rien voulu entendre. Au moins si tu avais fait comme moi ! Toi enfin qui n'es pas de ceux-là, donne-moi la main !
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.