Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

On va gagner!

De
208 pages
Bertin Lesperance est maintenant surtout traducteur et s'occupe principalement de Jacques, mais il a quelquefois d'autres métiers, professions, occupations, dépendances et dépendants. Il a en général cinquante-trois ans, mais rien n'empêche qu'il soit jeune, boutonneux, vieux, gâteux; parfois presque mort. Il est mari, gay, ex, célibataire, chaud lapin, pourvoyeur, retraité, l'un n'empêchant pas l'autre. Il vit et travaille dans différents milieux, ce qui lui permet de nouvelles aventures : distribution de fruits et légumes, gardiennage de sécurité, organisation politique, commerce d'alimentation, création publicitaire, recel, vente de drogue; et il ne peut évidemment se sauver d'être parfois bibliothécaire. Les gens qui l'entourent, qu'il rencontre, qu'il écoute, qu'il épie, dont il a à se préoccuper, avec qui il doit passer la journée ont maintenant des noms. Certains sont aussi avatars que lui : Charlotte, Théo, Myriam, Francesca, Jeannine, Béatrice et Béatrice. En fait, les noms ne sont pas tellement importants - sauf pour ce qui est des chiens, ces enfants choisis.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

MICHEL LEFEBVRE ON VA GAGNER! LES HERBES ROUGES / NOUVELLES
ON VA GAGNER !
DU MÊME AUTEUR
chez le même éditeur
La douceur du foyer,roman, 1996. Les avatars de Bertin Lespérance,nouvelles, 1999. Le changement comme passe-temps,roman, 2002.
autre éditeur
Je suis né en 53… je me souviens,coll. AmÉrica, HMH, 2005.
MICHEL LEFEBVRE
On va gagner !
nouvelles
LES HERBES ROUGES
Les Herbes rouges remercient le Conseil des arts du Canada, ainsi que le ministère du Patrimoine canadien et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec pour leur soutien Inancier.
Les Herbes rouges bénéIcient également du Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres du gouvernement du Québec.
L’auteur remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec pour le soutien à l’écriture de ce livre.
© 2007 Éditions Les Herbes rouges Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec,  Bibliothèque et Archives Canada, 2007 ISBN : 978-2-89419-561-1
À Hildegard, Zombi et Gourou
JE LEUR PARLERAI DE NOUS TOUS
Je n’ai jamais vu une femme acheter un vêtement aussi rapidement que Charlotte l’autre avant-midi. Aus-sitôt dans le magasin, elle a couru à l’arrière, pris sans l’inspecter le pull bleu sur la tablette, maille, tache, teinture, on s’en fout, elle est revenue à la course vers moi en riant, Tu m’as pas crue, hein ?, elle a disparu au détour d’une allée. Même que la cherchant dans les bas et petites culottes, c’est aussi mon rayon préféré, je l’ai un moment confondue de dos avec une blonde aux cheveux courts, menue, vive, veste de jeans, qui venait d’échapper une aubergine de son sac à provi-sions et qui la poursuivait, penchée, belles fesses. Charlotte était déjà dehors, feignant l’attente. — Une aubergine à pattes ? ! Elle a eu un de ses airs, amusée, qui me fait fondre. On a ensuite marché. C’était jusque-là une mer-veilleuse journée d’octobre jaune et bleu, bonhomme, enjouée. On est arrivés à une grande intersection où la vie semblait arrêtée. Des gens étaient groupés comme des oiseaux sur trois coins de rue tandis que sur le quatrième un grand type tiraillait une fille par les che-veux et lui cognait la tête sur le capot d’une voiture.
9
La fille hurlait. Elle était en t-shirt et culotte d’exer-cice, pieds nus. Ça tapait dru avec un bruit de métal sourd. Un singe sur le trottoir encourageait le type. Les gens sur les coins de rue ne parlaient pas, les au-tos ne roulaient plus. J’ai cinquante-sept ans, le type devait en avoir vingt-cinq du genre motard, je regar-dais moi aussi. Charlotte, après un moment de stu-peur, a voulu traverser la rue, aider la fille. J’ai suivi pour la retenir, on s’est retrouvés entre les spectateurs et la scène, au milieu de la chaussée, moi, grand, cos-taud, grosse soupe, essayant de convaincre une jeune fille de cent livres de ne pas se mêler des affaires d’uneprostituée et de son maquereau. Je l’ai ramenée dans les gradins, on a entendu des sirènes, le type s’est éloigné à reculons, en sautillant, pointant la fille écra-sée par terre, ce n’était pas fini, et qu’il la voie encore traîner dans le coin, criait-il. Charlotte l’a applaudi, scandant en-core en-core en-core, elle s’est tournée par dérision vers les spectateurs, les encourageant à scander avec elle. On est ensuite allés manger vietnamien, et je n’ai plus été là où j’étais, en octobre jaune et bleu, envieux d’un type comme moi, père d’une fille comme elle.
*
Une fois, avant les grands voyages, dans le métro, elle se tenait tout près de la fosse, elle mimait la perte d’équilibre, de connaissance, de raison, elle me regar-dait la regarder mimer, comme si elle était vraiment en humeur de se jeter sous la rame, à son âge, et elle m’avait lancé, à l’intention des spectateurs, Si je tombe
1
0
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin