Passeurs de mort

De
Publié par

Lorsqu’elle chausse les lunettes léguées par son oncle, Angel n’en croit pas ses yeux : elle peut maintenant voir le passage de la vie à la mort. Mais qui sont donc les étranges membres de la famille Cooper ? Et qu’ont-ils à voir avec les inquiétants employés qui accompagnent les esprits aux portes de la mort ? Il lui faudra accepter les conditions du jeune et énigmatique Brandon Cooper pour trouver ses réponses.
Publié le : mercredi 5 février 2014
Lecture(s) : 5
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782081332300
Nombre de pages : 384
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
© Flammarion, 2014 87, quai Panhard et Levassor – 75647 Paris Cedex 13 ISBN : 9782081332317
« L’important, c’est de savoir ce qu’il faut observer. » Edgar A. Poe,Histoires Extraordinaires
Vous ne savez rien de la mort. Ce moment où la vie quitte votre corps comme un oiseau s’envole pour se dissoudre dans le blanc des nuages : quand il arrive, vous êtes tel un enfant. Alors vous imaginez. Que tout devient sombre, aveuglant. Qu’une porte s’ouvre, qui sait ? Qu’une main se tend, qu’un visage paraît. La mort est le seul mystère qui concerne chacun d’entre nous ; notre ignorance à son sujet est pour tant totale. Mais voici qu’une ombre s’avance, tandis que l’éternel poème de la nuit envahit pensivement New York. Voici qu’une silhouette glisse sur les eaux sombres de l’East River, un coup de pagaie après l’autre. Cette ombre, c’est moi et, ce soir, je suis votre messagère. La fille qui sait des choses que tous les autres ignorent.
9
10
La mort n’est pas qu’une marche ratée, un silence entre deux notes, un cri perdu sur la banquise. La mort n’est pas qu’une idée. La mort est un monde. Des gens en font profession. Il existe une entreprise, un système, une procédure. Rendez votre ultime soupir et quelqu’un se trou vera là, à votre chevet, téléphone en main : un homme ou une femme en costume gris, que vous serez seul à voir, que vous ne connaîtrez pas. Vous poserez des questions, quoi de plus natu rel ? Et on vous répondra. Ne vous inquiétez pas, vous diraton. Tout est normal. Normal ? Vous vous retournerez, et vous contem plerez votre cadavre. Des gens autour de votre lit, éplorés. Un médecin, une infirmière, des amis, des membres de votre famille. Ou personne. Mais vous vous en moquerez ; vous serez déjà ail leurs, concentré sur la suite. L’homme ou la femme en costume gris, votre Narconaute, désignera la porte (« Allonsy ! ») et vous le suivrez, non sans un dernier regard pour votre dépouille. Et il n’y aura nulle tristesse, parce qu’on vous montrera le chemin vers la lumière. La suite – la fin – vous appartient.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

11 contes des îles

de flammarion-jeunesse

La Reine des mots

de flammarion-jeunesse

Hôtel des voyageurs

de flammarion-jeunesse

suivant