//img.uscri.be/pth/e136d22c59421f9717fac4ac56a2810efd7b64ee
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Passions et vanités

De
87 pages
La Comtesse Anna de Noailles (1876-1933) a été l'une des figures les plus marquantes du monde littéraire du début du XXème siècle. A la fois aristocrate séduisante et femme de lettres incontournable, elle fascinait ses pairs par son génie poétique, incarnant une sorte d'icône féminine. Sa mort l'a pourtant plongée dans l'oubli. Nous la redécouvrons aujourd'hui avec cette première édition de Passions et Vanités, recueil de trois chroniques parues dans la revue Vogue en 1926 et de deux textes lyriques datant de 1912 et 1913.
Voir plus Voir moins

PASSIONS ET VANITES

1ère édition, <QLa Comtesse de Noailles,

1926.

<QL'Hannattan,2005 ISBN: 2-7475-8621-9 EAN:9782747586214

PASSIONS

ET VANITÉS
PAR

LA COMTESSE

DE NOAILLES

L'Harmattan
5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Konyvesbolt 1053 Budapest Kossuth L.u. 14-16 HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE

Collection

Les Introuvables dirigée par Thierry Paquot et Sylvie Carnet

La collection Les Introuvables désigne son projet à travers son titre même. Les grands absents du Catalogue Général de la Librairie retrouvent ici vitalité et existence. Disparus des éventaires depuis des années, bien des ouvrages font défaut au lecteur sans qu'on puisse expliquer toujours rationnellement leur éclipse. Oeuvres littéraires, historiques, culturelles, qui se désignent par leur solidité théorique, leur qualité stylistique, ou se présentent parfois comme des objets de curiosité pour l'amateur, toutes peuvent susciter une intéressante réédition. L 'Harmattan propose au public un fac-similé de textes anciens réduisant de ce fait l'écart entre le lecteur contemporain et le lecteur d'autrefois comme réunis par une mise en page, une typographie, une approche au caractère désuet et quelque peu nostalgiq ue.

Déjà parus STERN Daniel, Pensées, réflexions et maximes, 2005. Mme L. SURVILLE, Balzac sa vie et ses oeuvres, 2005. GIRAUD Albert, Pierrot lunaire, 2004. HALEVY Ludovic, L'abbé Constantin, 2004. CHERBULIEZ Victor, Meta Holdenis, 2004. IBANEZ V. B., Terres maudites, 2004. MOREAU Hégésippe, Contes à ma soeur, 2004. FLEURIOT Mlle Z., Raoul Daubry, 2004. MaNIER René, L'origine de la fonction économique des villes, 2004. LORRAIN Jean, Portraits de femmes, par Pascal Noir, 2004. W.J. LOCKE, Simon l'ironiste, 2003. GOMEZ CARRILLO E., L'évangile de l'amour, 2003. De GONCOURT Edmont et Jules, Armande, 2003 NEGRI A., Les solitaires, 2002. GORKI M., En Gagnant mon pain. Mémoires autobiographiques,2002. REINACH S., Orpheus, 2002. NOIR Pascal, Jean Lorrain: La Dame aux Lèvres rouges, 2001. BAKOUNINE, Confession, 2001.

Préface

La comtesse Anna de Noailles (1876-1933) a été l'une des figures les plus marquantes du monde littéraire du début de siècle. En épousant le comte Mathieu de Noailles en 1897, cette jeune et belle princesse issue d'une grande famille roumaine est devenue la reine du « Tout Paris ». Femme du monde, elle brillait par son art de recevoir ses visiteurs dans le décor de son salon, fréquentait des personnalités telles que Colette, Jean Cocteau, Mauriac... et entretenait des amitiés illustres avec Maurice Barrès, Marcel Proust et Paul Valéry. Très admirée des écrivains, des hommes politiques et des savants pour son génie poétique, la comtesse Noailles fascinait telle une « princesse grecque, (...) [qui] paraissait descendre tout droit du Parnasse avec le trépied de la Pythie pour prononcer ses oracles ». Le portrait de Philip Alexius de Laszlo nous révèle l'image d'une femme charmante au profil persan et à l'orientalisme exacerbé, accoutumée au luxe et aux louanges: «merveillement d'autant plus doux que la Comtesse avait un visage plus séduisant, dévoré par ses admirables yeux sur les

paupières desquels tombaient la frange de ses cheveux noirs» 1. Anna de Noailles s'est exercée très jeune à la versification. Tour à tour, elle a subi l'influence des Parnassiens, de Musset, puis de Jean-Jacques Rousseau et d'Heinrich Heine, de Maurice Barrès, mais plus que tous les autres, de Victor Hugo dont le génie la subjugua. Son œuvre ne compte pas moins de dix-huit titres, dont huit ouvrages en vers (les deux derniers étant posthumes), et trois romans à tendance autobiographique. C'est en 1901 qu'elle publia son premier recueil de poèmes, Le Cœur innombrable, qui reçut un accueil enthousiaste et connut un succès éclatant. Elle s'imposa ainsi durablement aux yeux du public comme la « muse des jardins », successeur féminin de Victor Hugo. Ces vers témoignaient déjà de la sensibilité, de la mélancolie et du goût de la volupté qui seront exprimés encore davantage par ses écrits suivants. Couronnée par l'Académie française, ce recueil lui conféra alors une célébrité qu'elle conserva jusqu'à sa mort survenue le 30 avril 1933. Elle a été la première femme à recevoir la cravate de commandeur de la Légion d'honneur, devenant une sorte de personnage officiel. Son état de santé s'aggravant à partir de 1912, ses derniers
1 Emmanuel Berl. Écrivain et journaliste français (Le Vésinet, 1892Paris, 1976), il analysa la décadence spirituelle de la bourgeoisie (Mort de la pensée bourgeoise, 1929) et poursuivit sa réflexion sur la civilisation dans ses romans (Sylvia, 1951). II