//img.uscri.be/pth/9ce83f7536b3a8301352923c829d8080e9694d32
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Perry Rhodan n°292 - Le destin des métamorphes

De

ENTREZ DANS LA PLUS GRANDE SAGA DE SCIENCE-FICTION DU MONDE !


Vivez le futur d'une Humanité dispersée dans l'Univers, confrontée à d'autres peuples stellaires et à des puissances d'ordre supérieur, poussée à se lancer dans des incursions aux conséquences imprévisibles par-delà des gouffres d'espace et de temps !
PERRY RHODAN : une invitation à l'aventure humaine et spatiale la plus dépaysante, à une captivante réflexion sur la place de l'Homme dans le cosmos, son origine, son évolution, sa destinée...




ONZIÈME VOLUME DU CYCLE " BARDIOC "




LE DESTIN DES MÉTAMORPHES




Une Galaxie à peine libérée d'une dictature militariste, quel espoir de fortune pour de tranquilles chasseurs d'épaves spatiales ! De coups de chance en pêches miraculeuses, les lendemains semblent chaque jour chanter davantage. Encore faudrait-il savoir identifier à temps ce qui peut s'avérer une nouvelle boîte de Pandore...
À côté des coureurs d'aventure en quête d'une richesse qu'ils n'ont jamais eue, d'autres se regroupent en cherchant à reconstituer ce que leurs ancêtres ont bâti, puis que des révoltes ont brisé dans la violence. Les Humains seront-ils capables de décrypter les motivations et l'appel à l'aide de ces inquiétants visiteurs ?



INÉDIT






Voir plus Voir moins
couverture
K.H. SCHEER et CLARK DARLTON

LE DESTIN
 DES MÉTAMORPHES

PERRY RHODAN – 292

images

Face aux superintelligences...

Dans la tourmente des hautes sphères

De l’Impératrice de Therm à Bardioc et ses multiples Incarnations, Perry Rhodan découvre la nature des puissances suprêmes de l’Univers et doit se plier à leur jeu parfois trouble.

 

La résurrection de l’Humanité terrestre

L’Immortel de Délos libère les esprits des Hommes disparus, et les Concepts s’éveillent à leur destinée multidimensionnelle.

 

La fin de l’hégémonie galactique du Concile des Sept

Le Plan de Quatre-Vingts Ans touche à son terme : les tyrans de la Voie Lactée tombent dans le piège tendu par les hypermathématiciens kéloskèrs.

 

Le retour de la Terre – et le retour à la Terre

Sol III retrouve sa place légitime, puis se repeuple avec l’Opération Pères Pèlerins.

 

Bardioc, les Sept Puissants et le Pan-Thau-Ra

Des aperçus vertigineux sur l’histoire de l’Univers, l’expansion de la vie et de l’intelligence, tandis que se profile une nouvelle mission cruciale pour Perry Rhodan et l’Humanité.

 

Le plus fabuleux vaisseau-monde de tous les temps

Pilotée par l’Immortel de Délos, la construction du Basis prélude à une épopée au-delà de l’imaginable…

CHRONOLOGIE GÉNÉRALE
 DES ONZE PREMIERS CYCLES1
 DE LA SÉRIE PERRY RHODAN

De la Troisième Force à l’Aphilie

1971 : avec la fusée Astrée, Perry Rhodan se pose sur la Lune. Il y rencontre les Arkonides Thora et Krest, naufragés lors d’une expédition spatiale.

1972 : la supertechnologie arkonide et l’appui de la Milice des Mutants permettent la constitution de la Troisième Force et l’unification de l’humanité terrestre.

1976 : l’être spirituel collectif qui règne sur la planète Délos accorde l’immortalité relative à Perry Rhodan et à ses plus proches compagnons.

1984 : de grandes puissances galactiques hostiles, les Arkonides, les Francs-Passeurs, les Arras et les Lourds, tentent de soumettre l’humanité terrestre qui entame son expansion interstellaire.

2040 : l’Empire Solaire vient de naître ; il incarne désormais un facteur politique et économique de premier plan dans la Voie Lactée. L’Arkonide immortel Atlan, exilé sur Terre depuis près de dix mille ans, fait son apparition et devient l’un des proches de Perry Rhodan.

2326-2328 : des colonies terraniennes sont menacées par les Acridocères et les monstrueux Annélicères. Les Humains entrent en conflit contre les Bleus qui dominent l’Est galactique.

2400-2406 : Perry Rhodan découvre la Route des Transmetteurs qui relie la Voie Lactée à Andromède. Plusieurs tentatives d’invasion de la Galaxie, orchestrées depuis la Nébuleuse, sont déjouées de justesse. Portant la lutte en territoire ennemi, les Terraniens libèrent les peuples d’Andromède de la tyrannie des Maîtres Insulaires.

2435-2437 : la forteresse-robot géante Old Man menace la Voie Lactée ; les Bi-Conditionnés surgissent, à bord de leurs Dolans, pour punir l’Humanité d’avoir effectué des expérimentations temporelles. Perry Rhodan est expédié dans la très lointaine galaxie M 87. Après son retour, la victoire sur les Ulebs – encore appelés la Première Puissance Fréquentielle – sera chèrement acquise.

2909 : la Crise de la Seconde Genèse provoque la mort de presque tous les mutants de la Milice.

3430-3434 : près d’un millénaire s’est écoulé ; l’Humanité, éparpillée dans la Galaxie, connaît de graves dissensions. Afin d’éviter une guerre fratricide, Perry Rhodan fait déphaser le Système Solaire de cinq minutes dans le futur. De nouvelles menaces, comme le Supermutant Ribald Corello, se font jour et seront vaincues – à l’exception du satellite tueur qui orbite à l’intérieur de la couronne du Soleil. Pour empêcher que l’astre ne se transforme en nova, Perry Rhodan doit effectuer plusieurs voyages dans un passé vieux de deux cent mille ans et y rencontre le Cappin Ovaron, qui s’avère le seul capable de neutraliser l’engin autrefois installé par ses frères de race.

3437 : depuis Gruelfin, la lointaine galaxie-patrie des Cappins, une invasion d’un genre inédit se prépare contre l’ensemble de la Voie Lactée. Perry Rhodan se lance vers cet univers-île inconnu dans une expédition d’envergure dont le but est double : d’une part, contrer le plan des envahisseurs ; d’autre part, rétablir le bon droit en faveur d’Ovaron, souverain légitime dont l’exil a duré deux cent mille ans. Là-bas, les Takérans ont imposé leur hégémonie par la violence et règnent par la répression. Sitôt arrivés, les Terraniens entament la lutte contre les maîtres de Gruelfin puis ils repèrent la trace des Ganjasis, qui s’était apparemment perdue. Elle aboutit à la galaxie naine Morshatzas, isolée du continuum standard dans une bulle hyperspatiale. Ovaron y est confronté à la Mère Originelle, un cerveau-robot géant dont il avait jadis programmé la construction ainsi que la mission, et qui l’identifie comme l’authentique Ganjo. Alors que la puissance des Takérans est brisée à l’intérieur de Gruelfin, la Mère elle-même intervient dans la Voie Lactée pour faire échec à l’invasion et elle se sacrifie avec son armada de Collecteurs, entraînant aussi la destruction de Pluton.

3438-3443 : suite au sabotage de ses convertisseurs hexadim alors qu’il effectue son vol de retour de Gruelfin, le Marco Polo subit une dilatation temporelle et n’atteint la périphérie de son objectif que début juin 3441. Dès leur rentrée dans la Galaxie, Perry Rhodan et ses compagnons découvrent qu’elle a été balayée par une vague d’abrutissement imputable à l’Essaim, un conglomérat stellaire vagabond qui est en train de la traverser. À de rares exceptions près, tous les êtres doués d’intelligence ont été crétinisés et il règne désormais un chaos sans précédent.

Tandis qu’une poignée d’immunisés se regroupent et tentent d’abord de résister, puis de trouver une parade au fléau et éventuellement de contre-attaquer, l’Empire Secret des Cynos commence à faire parler de lui. Ses mystérieux ressortissants finissent par reprendre le contrôle de l’Essaim – car telle était la mission originelle de ce peuple qui a failli tout perdre à cause d’une lamentable erreur dont seuls les Terraniens et leurs alliés ont pu aider à effacer les conséquences dramatiques.

3444 : après bien des incompréhensions et des affrontements en chaîne, les esprits désincarnés des huit Vieux-Mutants projetés dans l’hyperespace durant la Crise de la Seconde Genèse sont enfin conduits à l’intérieur d’une météorite géante regorgeant de semper, un métalloïde à rayonnement quintidimensionnel indispensable à leur survie. Mais l’énorme astéroïde, en réalité un gigantesque vaisseau spatial, s’arrache alors à la croûte du monde dans lequel il était encastré depuis plusieurs siècles. Les Terraniens le suivent jusqu’au Système Brisé, patrie des inquiétants Paramags qui, des dizaines de millénaires plus tôt, se sont lancés tous azimuts dans la recherche de semper à travers la Galaxie en utilisant les fragments de leur planète-mère reconvertis en nefs interstellaires.

Après avoir désamorcé la menace immémoriale que ces créatures faisaient planer sur Sol et ses satellites, Perry Rhodan et ses proches offrent enfin aux Vieux-Mutants un asile durable au sein d’un planétoïde riche en semper, acheminé jusqu’à un secteur isolé et calme de la Voie Lactée.

Décembre 3458 à août 3460 : au nom du mystérieux Concile des Sept, les Larenns annexent la Voie Lactée grâce à leur supériorité technologique et militaire écrasante. Débute une période d’occupation sans précédent, marquée par de révoltantes exactions assimilables à une mise en esclavage. Plus menacée que jamais, la Terre disparaît en empruntant un transmetteur stellaire qui doit la faire resurgir dans la Nébuleuse d’Andromède. Hélas, cette réémersion s’accomplit à l’autre bout de l’Univers, dans le Maelström des Étoiles, une région totalement inconnue où règnent de très violentes turbulences.

Avec le départ de la planète-mère, du Stellarque et de ses proches, l’Empire Solaire cesse définitivement d’exister.

Jusqu’en 3580, l’Arkonide Atlan réussit à soustraire plusieurs milliards de descendants de colons terraniens à la tyrannie des Larenns en les conduisant à un refuge aménagé en secret dans une zone cachée de la Voie Lactée. Face à la dictature qui leur est imposée de l’extérieur, les peuples opprimés se rassemblent en une vaste coalition, l’Alliance des Galactes.

3460 à 3540 : à cinq cents millions d’années-lumière de là, la Terre, qui s’est installée en orbite stable autour du soleil Médaillon, voit ses habitants peu à peu affligés d’une perte totale des émotions, de la sensibilité et de l’amour du prochain. Le règne de l’aphilie exclut tout ce qui échappe à la raison et à l’instinct.

3540 : les rares immunisés, dont Perry Rhodan, sont condamnés à l’exil et, à bord du Sol, un vaisseau géant multigénérationnel, se lancent sur le chemin de la Galaxie-patrie perdue. Au cours de cette odyssée sans précédent qui dure jusqu’en 3581, plusieurs mystères inhérents au Concile sont élucidés, et un plan qui permettra à moyen terme d’expulser les Larenns commence à se bâtir.

Mais l’heure de la libération est loin d’avoir sonné. La situation critique dans la Voie Lactée et les menaces encourues contraignent très vite le Sol à repartir pour le Maelström des Étoiles. Cette fois, Atlan accompagne son ami de toujours. Hélas, la Terre ne les attend plus à sa place antérieure, car elle a entre-temps plongé dans un gouffre cosmique et disparu avec le système de Médaillon.

 

Le cycle « bardioc » en cours

 

3582-3583 : seule une entité énigmatique appelée l’Impératrice de Therm semble disposer de données à son sujet. Pour obtenir ces informations, les passagers du Sol doivent porter assistance à la souveraine en s’immisçant dans plusieurs conflits qui l’opposent à une puissance rivale. Ce faisant, les Terraniens entrent dans la cour des grands et se voient dès lors devenir acteurs dans les plans des superintelligences qui se partagent l’Univers.

Terrible est le choc lorsqu’enfin, Perry Rhodan et ses compagnons retrouvent leur planète-mère qui a été transférée dans une galaxie encore plus lointaine et est presque totalement dépeuplée. D’inquiétantes créatures étrangères l’occupent et y édifient les bases d’une nouvelle hégémonie : celle de la superintelligence Bardioc, qui assoit son règne par le biais de ses Incarnations et des Petites Majestés. La lutte contre ces adversaires face auxquels l’ex-Stellarque de Sol n’est peut-être pas de taille constitue désormais pour lui le principal motif d’action.

Octobre 3583 : dans une station-relais abandonnée de l’ancien Empire Solaire surgit un inquiétant personnage dont le corps semble héberger plusieurs consciences différenciées. C’est le premier Concept, ces êtres en lesquels l’Immortel de Délos réincarne peu à peu les esprits de tous les Humains qu’il a absorbés, lors du plongeon de la Terre dans le Gouffre, afin de les sauver et de les soustraire à Bardioc.

En parallèle, les Larenns subissent une crise d’approvisionnement énergétique de leurs vaisseaux, tout en luttant contre la résistance larvée qui œuvre pour libérer la Voie Lactée. Le Concept Kershyll Vanne, fusion de surdoués techniques et scientifiques, s’ingénie à rendre leur position encore plus intenable. Il reçoit l’aide inattendue d’un véritable revenant que son corps doit soudain héberger : l’esprit désincarné d’Ernst Ellert, l’Errant de l’Éternité ! Remontant la piste de la Terre disparue, Ellert a été attiré jusqu’au « réservoir psychique » où l’Immortel de Délos abrite les consciences des Humains sauvés avant la chute de la Terre dans le Gouffre. Il a appris le sort de la planète-mère et sait quel plan permettra son repeuplement, une fois qu’elle aura été ramenée à sa place. De retour dans la Voie Lactée, Ellert utilise Kershyll Vanne pour relayer ces informations capitales vers les forces d’opposition au Concile.

Obnubilés par la volonté de survivre, les Larenns suivent à la lettre les instructions des Kéloskèrs, les hypermathématiciens qu’ils croient être leurs alliés. La transformation d’une étoile en trou noir doit leur donner accès vers un refuge supradimensionnel. Mais le processus s’emballe et les Kéloskèrs appellent à l’aide Kershyll Vanne, « l’homme multidimensionnel » en qui, bien à tort, les exécutants du Concile ont toute confiance.

Mars 3584 à mars 3585 : d’autres Concepts continuent d’œuvrer aux côtés des résistants du Nouvel Impérium Einsteinien pour le Plan de Quatre-Vingts Ans des Kéloskèrs. Et ils mènent un habile double jeu auprès des Larenns focalisés sur la création du trou noir qui leur ouvrira l’accès salvateur à la bulle Dakkar des Zgmahkones, le plus sûr des refuges – ou ce qu’ils croient comme tel. D’autres acteurs inattendus vont soudain accroître le chaos déjà considérable par leur irruption qui se fera dans le fracas et la brutalité sans que quiconque puisse leur faire obstacle. Il y a des millénaires, les Halutiens avaient failli dévaster totalement la Voie Lactée. Leurs descendants, qui ont fui la dictature du Concile en se réfugiant dans les Nuages de Magellan et sont devenus enragés, y réussiront assurément s’ils livrent l’assaut colossal qu’ils ont prévu. Mais les deux Terraniens immortels, captifs des colosses noirs dont ils ont découvert l’origine de la démence meurtrière, trouvent un moyen de les ramener à la raison. Aussitôt, les géants noirs se lancent vers la Voie Lactée où ils vont activement contribuer à la déroute des Larenns, uniquement préoccupés par la stabilisation du trou noir qui doit leur donner accès à la bulle extradimensionnelle des Zgmahkones.

Dès le passage prêt, les Kéloskèrs l’empruntent pour rallier le secteur cosmique de l’Impératrice de Therm. Peu après, la flotte des Larenns plonge dans le tunnel mais, au dernier moment, Hotrénor-Taak s’échappe avec une navette car il se croit encore indispensable dans la Voie Lactée. Loin d’avoir gagné la tranquillité espérée, ses semblables en fuite se heurtent à des Zgmahkones qui ont repris du poil de la bête et ne vont pas les accepter aussi facilement dans leur domaine…

Dans la Galaxie, où se prépare l’Opération Pères Pèlerins, qui permettra aux peuples opprimés par le Concile de revenir sur leurs mondes d’origine, l’Immortel révèle à plusieurs Concepts le destin idéal qui les attend sur Eden II. L’ultime étape, plus qu’enviable, sera pour eux la fusion en une nouvelle superintelligence. Mais Kershyll Vanne, « l’homme multidimensionnel », va vite décliner l’invitation, car il a choisi de continuer à vivre en Humain.

Fin octobre 3583 : talonné par les escadres des Hulkoos, un peuple auxiliaire de Bardioc, le Sol est attiré dans un système stellaire habité par les Varbes, d’étonnantes créatures qui savent contrôler et utiliser les lignes des champs gravitationnels. Les Terraniens découvrent avec curiosité la civilisation de ces êtres amicaux, entièrement conditionnée par leur aptitude naturelle. Mais, très vite, des disparitions se produisent et le poids d’une influence négative se fait sentir.

Atlan et des agents de Rhodan se lancent sur la piste du Mage Lourd, le souverain des Varbes, sans se douter qu’ils vont à nouveau se heurter à l’Incarnation polymorphe Vernoc, et que celle-ci vient de refermer sur les aventuriers du Sol un piège qui doit leur être fatal. En effet, tout est prévu pour que les intrus soient tôt ou tard contraints de se rendre dans le système-mère des Varbes, le Nid Originel, qui abrite le point nodal de leur prodigieux réseau de déplacement. Mais le but des Incarnations de Bardioc n’est pas la perte corps et biens du vaisseau. Elles comptent ainsi déterminer quelle est la place de Perry Rhodan dans le jeu des superintelligences. Pour cela, les Solaniens sont précipités dans le rôle des fauteurs de troubles, accusés de provoquer des incidents en cascade dont va résulter l’effondrement de toute la trame gravitationnelle assurant la cohésion de la civilisation des Varbes.

Le Sol devra prendre la fuite in extremis mais, quelques mois plus tard, il réapparaît dans le Nid Originel. Tandis que se déroule un plan d’assistance aux Varbes, Perry Rhodan déploie une ruse qui frise l’audace la plus démente – et réussit à emprisonner les quatre Incarnations de Bardioc à bord du navire intergalactique !

Simultanément, dans le système de Médaillon, les premiers Concepts se manifestent et prennent d’abord sous leur contrôle le cerveau lunaire Nathan. Puis ils annoncent la création prochaine, à partir de la planète Goshmo’s Castle, de la future patrie des intellects absorbés par l’Immortel lorsque la Terre a plongé dans le Gouffre.

Début 3584 : dès son éveil à bord du Sol, Bulloc, quatrième Incarnation de Bardioc, neutralise les trois autres avatars et s’empare du vaisseau géant qu’elle destine à la superintelligence souveraine. Face à cette nouvelle menace, les Choolks décident d’anéantir le navire et ses occupants. Perry Rhodan pousse Bulloc à fuir et s’offre comme otage. La sphère de l’Incarnation disparaît dans les profondeurs de l’espace tandis que le Sol, sous les ordres d’Atlan, repart pour le système de Médaillon.

Là-bas, les Concepts toujours plus nombreux s’activent avec frénésie, notamment sur Goshmo’s Castle. Sur la Terre, des Concepts particuliers formés de deux consciences, dont une aphile, surgissent et sèment le trouble. Se sentant peu utiles dans un tel contexte, les aventuriers du Sol – excepté mille d’entre eux qui décident de se réinstaller sur leur monde natal – optent pour se lancer sur les traces de Perry Rhodan. Grâce au cristal de l’Impératrice de Therm que Rhodan a laissé à bord du Sol, l’amorce d’une piste va se dessiner au sein de la galaxie Ganuhr tandis que s’aggrave le conflit entre les deux superintelligences.

Bulloc et son otage ont fait escale sur le Monde de Verre, où l’Immortel a trouvé un artifice pour entrer en contact avec le Terrien. Mais à l’arrivée du Sol, l’Incarnation et son captif sont déjà repartis et filent vers Barxöft, la galaxie voisine – le fief de Bardioc…

Novembre 3584 : les Concepts organisent l’évacuation totale de Goshmo’s Castle en prélude à la séparation de la planète en deux moitiés… L’une deviendra Éden II, copie conforme de Délos, le monde de l’Immortel, et sera la patrie de tous les Concepts. L’autre, convertie en énergie quintidimensionnelle, permettra d’assurer la pérennité d’Éden II et son transfert vers sa destination précise, le « centre spirituel » de la superintelligence.

Sitôt le processus accompli, le superordinateur lunaire Nathan est « libéré » et se consacre à rétablir des conditions favorables sur Terre, où toujours davantage d’Humains se rematérialisent. Petit à petit, le repeuplement de la patrie originelle de l’Humanité se prépare.

En parallèle, plusieurs êtres inquiétants venus de diverses galaxies ont entrepris de se retrouver et de profiter des Humains pour reconstituer le Tba, à la fois empire stellaire perdu et garant d’un ordre universel durable. Ceux qui se manifestent sur les planètes de Médaillon n’y simplifient pas la situation déjà épineuse.

Avril 3585 : dans la Voie Lactée, un adversaire que l’on avait cru disparu à jamais va faire son retour et se heurter à la puissance même qui le servait jadis. Et simultanément, d’autres créatures étranges commencent à opérer dans la Galaxie déjà bien perturbée. Elles aussi ont pour but la reconstruction du Tba, car tel est LE DESTIN DES MÉTAMORPHES

1. Téléchargez gratuitement, à partir des pages PERRY RHODAN des sites FLEUVE NOIR et POCKET ou du site http://www.perry-rhodan.fr, le guide spécial DESTINÉE COSMIQUE II (1971 – 3583) qui présente toute l’action antérieure des onze premiers cycles de la série PERRY RHODAN en version française.

CHAPITRE PREMIER

Voie Lactée, 3 avril 3585.

Le Fleur de Lotus ne faisait pas honneur à son nom. En fait de fleur, c’était plutôt une plante fanée. La coque, totalement délabrée, était déformée par les fissures et fortement corrodée. La moindre étape linéaire constituait un risque incalculable.

— Les dernières années-lumière d’un vol pitoyable, murmura Patricia dela Baree.

Elle regardait son reflet dans un miroir. La surface tachetée montrait non seulement la morosité sur son visage maculé d’huile mais aussi une profonde résignation. Elle ramassa une serviette et commença lentement à se nettoyer.

Elle en avait assez.

Dégoûtée, elle jeta le linge souillé dans le destructeur de déchets mais il ne fit que se déchirer au lieu de se décomposer. Une odeur atroce se dégagea.

Patricia méprisait sa corvette et se sentait vieille, misérable et inutile. Dans une heure, un jour ou une semaine, le Fleur de Lotus pouvait se transformer en piège mortel.

L’intercom se manifesta avec un bourdonnement discordant. L’image vacillante de son fils Sol, âgé de dix ans, apparut.

— Jason veut aller dans le frigo ! Et Borstian vient juste de réparer la climatisation avec le gros marteau.

— Si Jason est à côté, dis-lui que je serai au central dans dix minutes ! Sinon, pas de mauvaises nouvelles ?

Sol ricana. Il était le plus jeune à bord mais sa grande intelligence le mettait à égalité avec les autres.

— Pas encore, mais je suis sûr que…

Patricia coupa la liaison. Elle pensait au caisson qu’ils avaient récupéré sur l’orbite d’une lune. La chose pouvait être pleine d’or, de papier… ou vide. Tout était possible.

Elle quitta sa cabine non sans avoir jeté un regard prudent sur l’indicateur. Il restait encore de l’air respirable dans la coursive. Méfiante, elle observa sur son chemin les tuyaux et faisceaux de câbles malpropres qui, par manque de pièces de rechange, étaient réparés de plus en plus négligemment.

Le panneau d’accès au central coulissa en grinçant. Jason Wisenth la regarda entrer depuis le poste de navigation.

— Nous devons tenter le coup !

Il indiqua le spatiandre posé devant lui, la tenue la plus moderne qu’il y ait eu… cent ans plus tôt. À présent, elle ressemblait plutôt à un sac informe avec des cercles d’acier et des bandes de cuir.

— Je pense que le risque est trop grand.

— Patricia… fit Jason sur le ton incroyablement charmant qu’il pouvait prendre quand cela l’arrangeait. Nous devons réparer notre épave !

— Je le sais mieux que toi, fils de nomade !

Wisenth avait trente-trois ans. C’était un homme mince aux mouvements souples, à l’intelligence aiguisée, et doué en tout. Chaque fois que la commandante le regardait, elle réalisait qu’ils ne connaissaient qu’une fraction de ses talents. Avec lui, on n’était jamais au bout de ses surprises.

— À supposer que nous trouvions un moyen de réparer, que ferons-nous ensuite ?

Équipé d’une minuscule lampe à souder, Jason essayait de colmater plusieurs trous dans son spatiandre. Il n’utilisait pas les bons matériaux mais il n’y avait rien de mieux à bord. La pâte de fortune employée se figeait et se craquelait après trois heures dans le vide.

— Alors, nous négocierons, troquerons, paierons, répondit Patricia.

Elle s’étonnait que le pilote automatique n’ait pas encore montré des signes de défaillance. Apparemment immobiles, les étoiles brillaient sur une partie de la galerie panoramique. Quatre écrans demeuraient sombres.

— Et avec quoi paierons-nous, Patricia dela Baree ? demanda Jason avec un sourire narquois.

— Avec ce que nous avons dans le frigo.

— Si nous trouvons un idiot qui voudra de ce bric-à-brac. Je te dis que notre unique chance, c’est le caisson.

Patricia désigna le spatiandre.

— Nous ne pouvons pas nous permettre un seul mort. Tu es trop précieux et tu ne dois pas mourir dans ce costume délabré.

— C’est mon problème, patronne. Nous devons savoir ce qu’il y a dans ce coffre. Cela vaut tous les risques.

— Nous plongeons dans l’entr’espace dans deux heures !

— Une heure et demie me suffira.

— Je te l’interdis quand même !

Imperturbable, il continua à réparer les fentes, trous et accrocs dans le spatiandre. Tandis que Patricia commençait à lui répondre avec fureur, un sourd grondement sortit des profondeurs du navire. Le bruit s’amplifia et se termina par un violent coup métallique. Puis ce fut le silence, inquiétant. D’innombrables objets se mirent à flotter lentement dans le central.

— La gravité artificielle… Le générateur a lâché !

Les cheveux blonds de la femme formaient une étrange corolle autour de sa tête. De rage, elle agita les bras pour se déplacer.

C’était la quatrième panne de suite.

Jason la saisit par une épaule et la poussa en direction de la sortie. Côte à côte, ils progressèrent en flottant, rejetant de côté tout le fatras.

— Le Fleur de Lotus est au bout du rouleau, dit sourdement Patricia.

— La question d’obtenir de l’argent pour payer les réparations devient d’autant plus pressante. Je vais me rendre dehors dès que nous aurons rafistolé ce maudit générateur, si besoin avec le marteau de Borstian.

Patricia pensa au caisson. Son contenu garantirait-il leur survie ?

*

En tant qu’ancienne unité embarquée d’un croiseur, le Fleur de Lotus était construit pour la robustesse et l’efficacité. Cinq personnes suffisaient pour le faire fonctionner. Il y avait peu d’entrepôts, l’essentiel de la place étant pris par la technique. Les blocs-propulsion, les systèmes de détection, les hypercoms et tout ce qui garantissait la mobilité du navire étaient plus résistants et plus gros que d’habitude. Sans ces précautions, la corvette affaiblie par l’âge aurait été depuis longtemps grillée ou serait tombée en morceaux. Le convertisseur linéaire continuait à remplir sa mission comme au premier jour.

En raison du manque de place, nombre des marchandises trouvées, échangées ou volées étaient bourrés dans le frigo. Dès qu’ils avaient commencé à collecter du matériel, la question s’était posée de savoir ce qu’il fallait faire des objets les plus volumineux. Les prospecteurs s’étaient finalement souvenus du procédé qui consistait à fixer à la coque du vaisseau un vaste conteneur.

Peu avant que Patricia et Jason n’atteignent la salle des machines près du sas polaire inférieur, ils entendirent quelqu’un jurer devant eux puis deux chocs énergiques.

— Fellner est déjà là, grogna Wisenth.

Il avait beau connaître les étonnants résultats de ses coups de marteau, il haïssait cette méthode brutale de réparation.

Quelques instants plus tard, ils virent Borstian Fellner. Les pieds coincés entre deux traverses, il frappait sur les boulons du revêtement.

— Ça marchera mieux avec une clé et un appareil de mesure ! lui lança Jason.

— Gros malin.

— Je sais que tu es plus vieux, plus intelligent et plus fort – mais tu es aussi le plus mal rasé !

Le coup suivant fit voler en éclats la plaque recouvrant le distributeur, révélant des faisceaux de câbles, des dérivations et des amplificateurs.

— Arriveras-tu à remettre ce truc en marche ? demanda Fellner. Du moins pour le central et les salles les plus importantes ?

— Pour un moment, seulement. Cette épave part en morceaux de jour en jour.

Un silence inquiet se fit. Jason commença à démonter le générateur. Borstian et lui fixèrent les pièces avec du papier adhésif pour éviter qu’elles ne flottent. Personne ne parlait. Ils étaient bien conscients que la corvette n’était plus viable.

— Quand nous aurons remis en marche ce fichu appareil, j’irai récupérer le caisson, annonça Wisenth quelque temps plus tard. Peut-être est-il plein d’howalgonium. Nous trouverons alors partout des personnes prêtes à réparer notre Fleur de Détritus.

Patricia savait qu’il ne servait pas à grand-chose de le contredire. Sortir était une entreprise suicidaire mais Jason avait les meilleurs arguments.

Plus d’une heure s’écoula puis la pesanteur artificielle se rétablit. Il y eut plusieurs à-coups et elle retrouva sa valeur habituelle.

— Je vais maintenant récupérer le coffre, décida Wisenth.

La femme haussa les épaules.

— Prends bien conscience que je continue à être opposée à cette idée. Certes, j’espère qu’il est plein de choses précieuses, mais j’ai un mauvais pressentiment.

*

Livre de bord du Fleur de Lotus, enregistré par le commandant Patricia dela Baree, date standard : 3 avril 3585, 23 h 15.

 

« Le vaisseau continue à se délabrer. Nous avons pu jusqu’à présent affronter la situation avec de l’humour noir mais nos vies sont maintenant en danger. Seuls les appareils les plus importants travaillent de façon fiable. Nous venons à l’instant d’utiliser les dernières pièces de rechange pour réparer le générateur de gravité. Les deux prochaines étapes linéaires doivent nous amener dans une région où le Fleur de Lotus pourra subir une révision générale.

« Nous ne savons pas si nous devons croire les rumeurs que nous recevons depuis un mois environ. S’il est exact que les Larenns se sont retirés de la Voie Lactée et que les Lourds ont cessé leurs activités, nos chances se sont nettement accrues.

« Nous filons en vol infraluminique à cent dix-sept virgule trois années-lumière d’Arcur B. Si les messages diffusés sont exacts, les Larenns ont quitté ce secteur. Knothe exige avec véhémence que nous nous dirigions vers ces coordonnées car non seulement il s’agit actuellement d’une mine de richesses mais cela offrira également une multitude d’occasions d’effectuer des réparations.

« Jason est en train de récupérer le caisson dans le frigo.

« Dela Baree, Terminé.

*

Jason Wisenth savait qu’il travaillait contre le temps. Il se tenait dans le petit sas, grand ouvert, faisant face au panorama des étoiles. Le frigo se trouvait sur sa gauche, un vaste conteneur fixé à la coque par trois barres d’ancrage.

— Tout va bien ? demanda la voix claire de Sol.

— Naturellement. Un moment, petit !

Il ne se faisait plus d’illusion en ce qui concernait Patricia. Elle semblait avoir refermé le chapitre « hommes ». Par moments, quand elle changeait ses vêtements maculés de graisse pour de nouveaux ou qu’elle ne se présentait pas comme un commandant exigeant, sa beauté redevenait visible. Cela mettait ses nerfs à rude épreuve.