//img.uscri.be/pth/25a1325365a9c67ce931b4dc98143e9cf6debcc2
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Points d'orgue

De
158 pages
Les personnages de ces courtes nouvelles, saisis dans leur quotidien, sont souvent des solitaires. Ils ont un passé que l'on devine lourd. Qui met parfois de longues années à resurgir. Mais quelque chose, un jour, se produit. Surgit alors dans leur vie, un moment de grande intensité qui tout à coup, qui change le regard que les autres portaient sur eux. Luka, Jérémie, Corentin, Jeanne sont alors perçus dans leur vérité, et n'en deviennent que plus proches du lecteur. Jusqu'à devenir nos complices.
Voir plus Voir moins
daŶs uŶ asĐeŶseuƌ de MaŶhaTaŶ… autaŶt de ďƌefs fƌagŵeŶts de
Les peƌsoŶŶages de Đes Đouƌtes Ŷouvelles, saîsîs daŶs leuƌ ƋuoïdîeŶ, soŶt souveŶt des solîtaîƌes. La vîe Ŷe leuƌ est pas toujouƌs faĐîle. Le ƌegaƌd Ƌue les autƌes poƌteŶt suƌ eudž Ŷ’est pas foƌĐéŵeŶt ďîeŶveîllaŶt. Ils oŶt uŶ passé Ƌue l’oŶ devîŶe louƌd. Quî ŵet paƌfoîs de loŶgues
Maîs ƋuelƋue Đhose, uŶ jouƌ, se pƌoduît : uŶ évéŶeŵeŶt îŶaTeŶdu suƌvîeŶt, paƌfoîs fƌuît du hasaƌd ; uŶe oŵďƌe ƌevîeŶt haŶteƌ la ŵéŵoîƌe ; des ŵots soŶt dîts Ƌue l’oŶ Ŷ’eŶteŶdaît plus.
L’eFet de suƌpƌîse iŶal déĐoŶĐeƌte et paƌĐe Ƌu’îls soŶt aloƌs peƌçus daŶs leuƌ véƌîté, Luka, Jéƌéŵîe, CoƌeŶïŶ, JeaŶŶe Ŷ’eŶ devîeŶŶeŶt
IllustƌaïoŶ de Đouveƌtuƌe : © PîdžaďaLJ
JeanMarc Le Guern
Points d’orgue Nouvelles
Points d’orgue
Écritures Collection fondée par Maguy Albet Verdun (Franck),Le métal dont nous sommes faits, 2017. Adriaensen (Walther),L’escale écossaise, 2017. Sandral (André),Chacun son cirque, 2017. Cathelin (Annie),En attendant les matins clairs, 2017. Chambaud (Henri),Des rencontres nécessaires, 2017. Lissorgues (Yvan),Sous la pierre, 2017. Pommier (Pierre),Masques, 2017. Bejjani Raad (Nada),Le jour où l’agave crie, 2017. Lamy (Laurya),Marée montante, 2017. Payet (Sylvie),Camélia rouge, 2017. Maeght (Brigitte),Puisque c’est écrit, 2017. Serrie (Gérard),Au bord du Gouf, 2017. Noël (Sébastien),Conquête du pouvoir, 2017. Steinling (Geneviève),Histoires d’amour, de folie et de mort, 2017. Augé (François),Début de roman, 2017. * ** Ces quinze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.harmattan.fr
Jean-Marc Le Guern Points d’orgue Nouvelles
Du même auteur Sillages, L’Harmattan, coll. "Écritures", 2013.
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http ://www.editions-harmattan.fr
ISBN : 978-2-343-11921-2 EAN : 9782343119212
All the world’s a stage, And all the men and women merely players, They have their exits and their entrances, And one man in his time plays many parts… Le monde entier est une scène de théâtre, Et tous, hommes et femmes, n'en sont que les acteurs ; Ils y ont leurs sorties et leurs entrées, Et dans le temps qui lui est imparti, un homme y joue différents rôles… William Shakespeare Comme il vous plaira(II, 7)
La petite fille en rouge
La première fois que je l'ai vue, je travaillais dans mon jardin. Je n'ai jamais été un très bon jardinier, mais, bénéficiant de quelques arpents en friche, je tentais, sans trop y croire, d'y faire pousser deux ou trois sortes de légumes, que les limaces mangeaient plus vite que moi, et quelques fleurs qui se débrouillaient toutes seules. Je bêchais un nouveau carré, ce matin de printemps, plus souvent le nez en l'air que sur la glaise, et je l'entendis avant même de la voir. Une petite voix triste chantait sur trois notes une comptine mélancolique dont je ne parvenais pas à comprendre les paroles, dans une langue inventée de toutes pièces. Je jetai un œil vers le muret qui me séparait de la rue et découvris une petite fille d'une dizaine d'années, un cartable sur le dos, vêtue d'un manteau rouge, qui musait sur le chemin de l'école. Elle avait le nez dans le caniveau et traînait les pieds. Je ne pus distinguer son visage mais elle était charmante, et je lui lançai un joyeux "bonjour, mademoiselle". Elle détala sans me répondre, comme si elle avait le diable aux trousses. Je m'en voulus un peu d'avoir troublé sa sérénité. Ne l'ayant jamais vue auparavant, alors que le chemin qui menait à l'école passait visiblement devant chez moi, j'en tirai la conclusion qu'elle était nouvelle dans le quartier et espérai bien avoir tout le temps de l'apprivoiser, en dépit de sa méfiance farouche. Les vieux solitaires aiment bien pouvoir échanger deux ou trois mots de temps à autre. Ça leur donne le sentiment de ne pas vivre seulement pour eux-mêmes. J'oubliai mon petit chaperon rouge mais,
9