Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 0,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Trois souvenirs

de bnf-collection-ebooks

Quelqu'un pour quelqu'un

de editions-flammarion

Le triomphe de Casanova

de le-nouvel-observateur

Vous aimerez aussi

Les Trois Sangs

de editions-laska

À toi, à jamais

de editions-laska

La Promise du vicomte

de editions-laska

suivant
Résumé
Shandra a grandi au rythme de sa formation à l’Académie. Il ne lui reste désormais plus qu’une étape avant de devenir maître à son tour. Un dernier apprentissage pour lequel elle se voit assigner un nouvel enseignant : Kalhen Xantar, maître d’armes de la maison impériale. Dès leur premier contact, ses yeux d’or qui ne la lâchent pas troublent Shandra. En a-t-il conscience, le fait-il exprès ? Qu’attend-il réellement d’elle ? Au fil de leurs duels et des épreuves, Shandra va trouver de plus en plus difficile de feindre l’indifférence…
De la même auteure
aux Éditions Laska
Par le sang - épisode 0.5 : Morsure
Par le sang - épisode 2 : L’Œil de Sang
Par le sang - épisode 3 : Larmes de sang
Par le sang - épisode 4 : Magie de sang
Par le sang - épisode 5 : Lunes de sang
PAR LE SANG - ÉPISODE 1 :
PREMIER SANG
Florence Cochet
Résumé Autres publications de l’auteure Page titre Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Merci ! L’auteure Droits d’auteur
Table des matières
Chapitre 1
Dans le couloir désert, j’inspire un bon coup et frappe à la porte. Usée par les ans, la voix du doyen de l’Académie, Lothar Thiresias, retentit : « Entre, mon enfant. » J’obéis. Comme je m’y attendais, il n’est pas seul dans son bureau encombré de livres. Un homme de haute taille, aux cheveux noirs coupés court, au teint hâlé par le soleil des plaines, se tient à ses côtés. Son nez busqué et ses iris mordorés lui donnent un profil d’oiseau de proie, ses lèvres fines et dures ne sourient pas, ses épaules tendent le tissu de sa chemise blanche. Une lourde épée bat son flanc. Un guerrier. « Dame », me salue-t-il d’une voix rauque, presque cassée. Ses yeux plongent dans les miens, profonds, perçants, inquisiteurs, comme pour atteindre mes pensées les plus secrètes. Mal à l’aise, je romps le contact et murmure : « Messire. — Shandra, je te présente Kalhen Xantar, maître d’armes de la maison impériale, intervient Lothar. Il a formé les meilleurs combattants de l’empire. — Vous me faites trop de louanges. » Je m’autorise à le regarder à nouveau. Les prunelles mordorées ne se détournent pas. « Elles sont méritées, réplique le doyen, sans remarquer notre échange silencieux. Shandra, Kalhen sera dorénavant ton maître d’armes. » J’ai attendu ce moment si longtemps ! Et pourtant… « Et les enseignements de Tholsen ? m’inquiété-je d’une voix un peu trop aiguë. — Ils sont terminés. » Mon cœur manque un battement. Cette nouvelle, je l’espère et la redoute depuis plusieurs semaines. Elle signifie que Tholsen m’a appris tout ce qu’il sait… Elle n’en est pas plus facile à encaisser. En effet, les règles sont strictes : quand un maître a transmis ses connaissances à son apprenti, il doit quitter l’Académie… et c’est aussi valable pour sa compagne, Christa. Le désarroi serre ma gorge. Comment tenir en ces murs sans leur fidèle soutien ? « Quand ? parviens-je à articuler. — La fête d’adieu aura lieu ce soir. Ils partiront demain. » Demain ? Déjà ? Je renonce à me rebeller, à manifester ma colère. Les préceptes sont immuables. Et une fois entré à l’Académie, on n’en ressort qu’à son tour maître… ou mort. « À présent, tu vas mener le seigneur Xantar à l’intendant. Nous nous reverrons ce soir », nous congédie-t-il. J’effectue le salut rituel, mains jointes sur la poitrine, tandis que Kalhen se contente d’incliner la tête. Dès que le battant se referme, je me dirige à grandes enjambées vers les quartiers de sieur Anders, l’intendant, sans même vérifier que mon nouveau maître me suit. J’ai besoin de m’isoler, de partir dans les bois pour hurler ma rage et ma douleur. Les couloirs défilent, aussi sombres que mon humeur. Arrivée à destination, je grommelle : « Sieur Anders est sûrement prévenu de votre venue. Je vous laisse ici, messire. — Je te remercie, Shandra. À tout à l’heure. — Sans doute… » Pas si je peux l’éviter. « Dans le cas contraire, rendez-vous demain à l’aube au pied du grand arbre, là-bas. » D’un geste désinvolte en direction de la fenêtre, il désigne le majestueux chêne qui se dresse à l’orée de la forêt. « Il s’agit de l’arbre sacré de la déesse Ashara, messire Xantar. — Si tu le dis… » Je me raidis à son manque de respect envers celle que je sers et me détourne sans le saluer. Il saisit mon poignet au vol et l’approche de son visage. De ma main libre, j’empoigne mon sabre. Sans me laisser le temps de dégainer, il effleure mes doigts de ses lèvres à la
manière des courtisans. Un picotement parcourt mes nerfs. Déstabilisée, je m’immobilise. « À tout à l’heure, dame », répète-t-il d’une voix mesurée. Une lueur amusée filtre entre ses paupières mi-closes. Furieuse, je me précipite sans répondre dans la cage d’escalier...