Prime time Roman

De
Publié par

Les chemins de Sébastien Horay obstétricien, Emillie Prunier productrice, Nedjma Faham ventriloque et de Fierce et Palisse multinationale du médicament, n'auraient jamais dû se croiser. Leur improbable rencontre advient sous les pires auspices : ceux d'un programme de télé-réalité destiné à faire ingurgiter aux téléspectateurs messages et drogues de la firme. Cette embardée aura, pour le docteur Horay, de terribles conséquences.
Publié le : dimanche 1 avril 2012
Lecture(s) : 23
EAN13 : 9782296489165
Nombre de pages : 208
Prix de location à la page : 0,0118€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
  
     
Prime
time  
Écritures Collection fondée par Maguy Albet Directeur : Daniel Cohen   Dernières parutions
 Michel REDON, Leocadia et autres petits éloges de la mélancolie , 2012. Denise LARKING-COSTE, Partitions , 2012. Henri SOUCHON, Une félicité languissantes et autres fables , 2012. Robert TIRVAUDEY, Un monde obscur , 2012. Anne RENAULT, La petite Dame dOstende , 2012. Christelle ABRAHAM VALETTE, Tout est Fraternel en Toi , 2012. Christophe ROSER, La Sherpa , 2012. Christophe SAMARSKY, Naufrage sillonne , 2012. Nicolas VIGNOLES, Le sentiment dêtre , 2012. Anne-Valérie MÜNCH, Seule dans la nuit de lautre , 2012. Emmanuelle MÉNARD, Deux Jours Comme lHiver , 2012. Marc LANGLOIS, Exercices de véridiction , 2012. François DUTREILLAS, Le Vieux Chêne et lEnfant , 2012. Olivier VIGNA, Regarder le soleil , 2012. Gilbert BOILLOT, Le regard du fils , 2012. Lionel COUTINOT, Complaintes de la perte , 2012. Max GARNIER, La griserie de lipéca , 2011. Alain DULOT, Amicales pensées , 2011. Manou SHE, Les Dames de Vestonice , 2011. Jean-Claude NATTEAU, Noir dorigine , 2011. Jean-François LE TEXIER, Brisure indienne , 2011. Catherine CLEMENSON, LHomme sur le banc , 2011. Vincent LAMBERT, Havana Club , 2011.
  
Derri Berkani          PRIME TIME Roman  
 
 
 
   
LHarmattan
 
 
 
 
 
 
  
                               © LHarmattan, 2012 5-7, rue de lÉcole-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-96829-5 EAN : 9782296968295
   Verra la morte e avrà i tuoi occhi.  La mort viendra et elle aura tes yeux.   Cesare PAVESE   
                     
À M.
 
riép ddes irsos niamet je conclus immaerédisom ej ,r isis
 
 
 
9    
ert , quand je me penche sur mon C c  on depuis des mois dans cette sor nquablement, quà tout bien prison, parce que jai eu la déveine de compter parmi mes patientes, deux femmes : une ventriloque paumée, Nedjma-Stella -que Dieu ait son âme- et une star de la télévision carnivore et vorace, Emilie Prunier. Cest elle qui ma précipité dans ce trou. Jattends, pourtant, chacune de ses visites avec la même impatience, la même lubricité, mais aussi avec la même angoisse, la même culpabilité. Aujourdhui samedi, jour des épouses, des fiancées, des concubines, je guette son arrivée, dans la position précaire de lescrimeur en fente, écartelé, un pied sur la lunette des chiottes, lautre posé à plat sur le lave-mains scellé dans le coin du mur opposé. En me hissant en force, je discerne, entre les barreaux, le chemin qui longe les fortifications, juste au-dessus de la mer maintenant étale. Les bancs de sable saturés deau, semblables à des flaques de mercure, captent les rayons erratiques dun maigre soleil dhiver qui percent difficilement un ciel laiteux.  Étincelante, elle apparaît, à lannonce du flot, dans un ensemble bouton dor. Elle fend la grisaille ambiante dun pas décidé qui, par intermittence, dénude presque entièrement sa cuisse droite.  Elle avance, jambes légèrement écartées, pubis en proue, habituée à dompter et casser les vagues furieuses du désir des hommes. Du haut de mon perchoir, ma libido gronde gonfle comme une déferlante un jour de suroît. Émilie le sait. Émilie en joue. En représentation, à chacune de nos rencontres, elle adapte son comportement à la tenue quelle porte. Ici lhabit fait la nonne.
 Une visite en jupe portefeuille, cest jour de liesse. Elle me comble après mavoir soigneusement encapuchonné...  -On-ne-sait-jamais mon chou, ce qui se passe dans une cellule de prison !  Théâtrale, elle écarte les pans de son vêtement, me chevauche, pour me guider en elle doucement, puis se met à monter et descendre agrippée à mon cou comme si sa vie en dépendait.  Visage renversé, narines pincées, lèvres palpitantes, souffle rauque, elle y met tant de fougue, de passion que personne ne peut croire que la même femme, à lune de ses prochaines visites, serrée dans un tailleur strict, va lustrer avec la même aisance, la même conviction, une autre facette de son personnage, celle de la perverse sadique.  Il lui arrive de me tendre, dans un geste las de diva, parfois un mouchoir humide de ses sucs, parfois une culotte froissée en boule, quelle hume au passage comme une rose fanée.  -Sens ! respire à fond, sature tes sinus de mon odeur, je lai portée pour toi, toute la semaine... pour tes heures de solitude.  Je les fourre vite, dans ma poche en écoutant le pas du maton séloigner dans le couloir. Il ne perd pas une miette de la conversation.  Ces parloirs libres où les détenus peuvent recevoir leurs femmes sont très courus par les gardiens qui trouvent là loccasion de se rincer loeil. LAdministration sait ce quil sy passe, feint de lignorer car elle y trouve son compte. Les détenus visités sont beaucoup plus faciles à tenir.  Quoique ni épouse, ni fiancée, ni concubine, Emilie Prunier a obtenu sans difficulté un droit de visite qui lui permet de minterpréter tout son répertoire, de peaufiner ses rôles.
10       
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.