Procès à la mémoire de mon ombre

De
Publié par

Ce roman est bâti d'après le manuscrit éclaté que Franz Kafka a laissé de son roman : Le Procès. L'auteur s'en inspire et dans son architecture éclatée et dans la recherche des idées, des questions, de l'esthétique.
Publié le : jeudi 8 octobre 2015
Lecture(s) : 1
EAN13 : 9782336392189
Nombre de pages : 202
Prix de location à la page : 0,0112€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Jean-Pierre Barbier-Jardet
Procès à la mémoire de mon ombre
Littératures
Daniel Cohen éditeur www.editionsorizons.fr Littératures, collection dirigée par Daniel Cohen
Littératuresest une collection ouverte àl’écrire, quelle qu’en soit la forme : roman, récit, nouvelles, autofiction, journal ; démarche éditoriale aussi vieille que l’édition elle-même. S’il est difficile de blâmer les ténors de celle-ci d’avoir eu le goût des genres qui lui ont rallié un large public, il reste que, prescripteurs ici, concepteurs de la forme romanesque là, comptables de ces prescriptions et de ces conceptions ailleurs, ont, jusqu’à un degré critique, asséché le vivier des talents. L’approche deLittératures, chez Orizons, est simple — il eût été vain de l’indiquer en d’autres temps : publier des auteurs qui, par leur force personnelle, leur attachement aux formes multiples du littéraire, ont eu le désir de faire partager leur expérience intérieure. Du texte dépouillé à l’écrit porté par le souffle de l’aventure mentale et physique, nous vénérons, entre tous les critères supposant déterminer l’œuvre littéraire, le style. Flaubert écrivant : « J’estime par-dessus tout d’abord le style, et ensuite le vrai » ; plus tard, le philosophe Alain professant : « c’est toujours le goût qui éclaire le jugement », ils savaient avoir raison contre nos dépérissements. Nous en faisons notre credo. D.C.
ISBN : 979-10-309-0047-7 © Orizons, Paris,2015
Procès à la mémoire de mon ombre
Du même auteur
L’Allumette et le Soleil(Recueil de poésies), Éditions Pierre-Jean Oswald,1960. En Cours de Vie(Recueil de poésies), Éditions Pierre-Jean Oswald, 1987. Nature Morte au Miroirs aux Alouettes(Recueil de poésies), Édi-tions Belfond,1988.  Édité avec le concours du Centre National des lettres. Le Brasier(Roman), Éditions Le Pré aux Clercs — Pierre Belfond, 1991. Le Soleil et la Mort en Face(Roman), Éditions Swing — Jean-Pierre Fiore,1994. Feus les Autoportraits(Recueil de poésies), ÉditionsA.R.C.A.M.Gérard Murail,1998. Du Sang sur la Méthode RoseÉditions les Presses de (Roman), Valmy — Daniel Bontemps,2001. Bufo(Nouvelles), Éditions In Octavo — Gil Fonlladosa,2006. Et Cætera,(Roman), Éditions Orizons 2009. Amarré à un corps-mort(Roman), Éditions Orizons,2010. L’effroyable Chanson du poète voyantPièce de théâtre en neuf. ( mouvements ) Éditions L’Harmattan,2011. Les Embrasses(Roman), Éditions Orizons,2013.
Jean-Pierre Barbier-Jardet
Procès à la mémoire de mon ombre
2015
Dans la même collection
Patrick Denys,Épidaure,2012 Pierre Fréha,Nous irons voir la Tour Eiffel,2012Jean Gillibert,De la chair et des cendres,2012 Jean Gillibert,À coups de théâtre,2012 Nicole Hatem,Surabondance,2012 Didier Mansuy,Facettes,2012 Didier Mansuy,Les Porteurs de feu,2012 Lucette Mouline,L’Horreur parturiente,2012 Lucette Mouline,Museum verbum,2012Bahjat Rizk,Monologues intérieurs,2012Dominique Rouche,Œdipe le chien,2012Antoine de Vial,ObéiràGavrinis,2012
Éric Colombo,Par où passe la lumière...,2013 Raymond Espinose,Lisières,Carnets2009-2012,2013 Henri Heinemann,Chants d’Opale,2013 Lucette Mouline,Zapping à New York,2013 Antoine de Vial,Americadire,2013 Guy R. Vincent,Séceph l’Hispéen,2013
Jean-Louis Delvolvé,Le gerfaut,2014 Toufic El-Khoury,Léthéapolis,2014 Gérard Laplace,La façon des Insulaires,2014 Andrée Montero,Le frère,2014 Laurent Peireire,Ostentation,2014 Michèle Ramond,Les saisons du jardin,2014 Michèle Ramond,Les rêveries de Madame Halley,2014
Michel Arouimi,Quatre adieux,2015 Patrick Corneau,Vies épinglées,2015 Chantal Danjou,Les cueilleurs de Lévy pommes,2015 Raymond Espinose,Villa Dampierre,2015 Henri Heinemann,L’Éternitépliée, Journal,Le Voyageur éparpillé, tomeV,2015 Fanny Lévy,Une existence au fil de son passage en ce monde,2015 A. Lichtenbaum,Éphraïm égaré ou la justice des nations,2015 Béatrix Ulysse,Sur la route du réel,2015
Mieux vaut que quatre-vingt-dix-neufcoupables échappent à la peine plutôt qu’un seul innocent soit condamné à tort.
James Joyce, Ulysse
Seul m’importe donc ce tribunal des hommes que par surcroît je veux tromper sans toutefois commettre de fraude.
Franz Kafka, Journal,28septembre1917
Un procès n’est pas long lorsque le juge a prononcé d’avance la sentence.
Walter Scott, Ivanhoé
a sonnette du portail retentit à maintes reprises dans l’en-L trée. Guillaume crut entendre les cloches carillonner à toute volée. Son chien, un labrit, tournoyait tel un derviche et aboyait follement dans le couloir. Réveillé en sursaut, il consulta l’heure — midi et demi — et se sentit honteux d’avoir dormi si tard. Qui était-ce ? Si les volets de la fenêtre de la salle de séjour n’avaient pas été fermés hier au soir, il avait des chances d’aper-cevoir l’intrus. S’avançant à pas comptés en prenant une attitude de soldat en embuscade qui le fit pouffer de rire, ou celle d’un chasseur à l’espère, son labrit marquant l’arrêt, une patte en l’air telle un point d’interrogation, il s’approcha de la fenêtre et, tout en notant que les vitres n’avaient pas été nettoyées par Flora, la femme de ménage, que découvrit-il soudain devant le portail à travers le rideau plein jour ? Un quidam en uniforme et derrière lui un véhicule qui portait sur ses flancs, écrit en capitales,PO-LICE NATIONALE. Le représentant de l’ordre n’avait aucune intention de re-partir. Les deux pieds arrimés au bitume, il s’accouda à la por-tière et échangea quelques mots avec le chauffeur — Guillaume s’imagina qu’ils s’embrassaient —, sans doute des blagues sa-laces car ils éclatèrent de rire tous deux. À écouter ces rires, il en éprouva une profonde vexation. Derrière eux, sur le chemin troué de nids de poules, le voisin qui habitait juste au-dessus de chez lui, passait, en tenant son chien en laisse, un basset, qui pis-sait sur les plus graciles graminées. Pourquoi portait-il un treillis
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.