Proverbes et dictons algériens

Publié par

Publié le : lundi 1 janvier 0001
Lecture(s) : 58
Tags :
EAN13 : 9782296372092
Nombre de pages : 144
Prix de location à la page : 0,0075€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Proverbes et dictons algériens

COLLECTION «HISTOIRE ET PERSPECTIVES MEDITERRANEENNES»

Ouvrages paros dans la collection:
AKT AR Cengiz, l'Occidentalisation de la Turquie, préface de A. Caillé AL DIB Fathi, Abdel Nasser et la Révolution algérienne. BESSIS Juliette, les Fondateurs: index biographique des cadres syndicalistes tunisiens (1920-1956). BESSIS Juliette, la Libye contemporaine. «Camus et la politique», actes du colloque international de Nanterre Ouin 1985), sous la dir. Jeanyves Guérin. DELCROIX Catherine, Espoirs et réalités de la femme arabe. Egypte-Algérie. DERMENJIAN Geneviève, la Crise anti-juive oranaise 1895-1905 : l'antisémitisme dans l'Algérie coloniale, 272 p. «Familles et biens en Grèce et à Chypre» sous la dir. de Colette Piault. TAPIA Claude, les Juifs sépharades en France (1965-1985): études psychologiques et historiques. SOURIAU Christiane, Libye: l'économie des f...:mmes. STORA Benjamin, Messali Hadj (réédition). Ouvrages à paraître en 1986 :
BRAC DE LA PERRIERE Caroline, les Employées de maison musulmanes chez les Européens à Alger pendant la guerre d'Algérie (1954-1962) CHICLET EINAUDI Claude, Jean-Luc, le Parti communiste Pour l'exemple: Contribution de l'Empire en Grèce (1941-1948) l'affaire Yveton. Enquête. organe à la lecture d'El MOUDJAHID, ottoman d'occupation dans l'Aurès: et sociale en service

GADAN BENZINE Monique, central du FLN (1956-1962) GURSEL Seyfettin, l'Économie JEMAA-GOUZON Danièle, le cas de BENI-SOUIK. KHANEBOUBI (1269-1331) Ahmed,

Logiques

traditionnelles Sultans mérinides

les Premiers

: histoire politique

KOULAKSSIS Ahmed, le Parti socialiste SFIO et l'Afrique du Nord: de Jaurès au Front populaire. LACROIX-RIZ Annie, les Protectorats d'Afrique du Nord entre la . France et Washington du débarquement à l'indépendance (1942-1956) MEYNIER Gilbert et KOULAKSSIS Ahmed, l'Emir Khaled, premier Zaïm : identité algérienne et colonialisme français. POIZAT COSTA M.F. Pour une philosophie du problème corse. RIVET Daniel, Lyautey et le protectorat marocain. ZEROUKI Brahim, l'Imamat de Tahar.

Rabah BELAMRI

Proverbes et dictons algériens

Editions L'HARMATTAN 5-7, rue de l'Ecole-Polytechnique 75005 PARIS

J'adresse mes remerciements à tous ceux qui m'ont aidé à recueillir les proverbes et les dictons réunis dans cet ouvrage. Je nommerai tout particulièrement Mokhtar Lounès, Mesdames Messaâdi et mon frère Bachir. Aux uns et aux autres, je dédie ce livre.

@

L'Harmattan, 1986

ISBN 2-85802-704-8

PRÉSENTATION

En Algérie, proverbes et dictons émaillent la parole du quotidien. Ces formules patinées, polies par le temps et l'usage sont apprises et restituées de façon quasi mécanique. Elles sont dans toutes les bouches, celles des hommes et des femmes, des citadins et des campagnards, des lettrés et des analphabètes, des riches et des pauvres. Leur usage, cependant, demeure réservé aux seuls adultes, apparaissant ainsi comme une marque de maturité affective et intellectuelle de l'individu. En milieu traditionnel, les personnes qui truffent leurs discours de proverbes et de dictons jouissent, en règle générale, d'un grand prestige. Elles passent pour les dépositaires de la sagesse, des êtres introduits, par la magie des mots, dans l'intelligence de l'unÏvers. Par l'économie du verbe, la force de l'image, la condensation du sens (trois attributs de l'expression poétique), ces formules sonnent comme parole de vérité, parole essentiellement prosaïque, mais tout autant écoutée et répercutée que la parole sacrée. L'autorité dont jouit cette parole provient en partie de son anonymat. Produit de la communauté, portant trace de la mémoire collective, elle se tient au-dessus de tout énoncé individuel et se prévaut d'authenticité. A la limite, elle est irrécusable. Elle doit aussi sa prépondérance à son caractère impératif et sentencieux, à son organisation particulière (images contrastées), au dépaysement métaphorique qu'elle suscite (déplacement de l'image vers le monde des objets, des plantes et des animaux) et enfin au jeu captivant des sonorités.

On recourt aux proverbes et aux dictons pour résumer un propos, rendre plus significatif un sentiment, conférer plus de force à un argument, illustrer de manière frappante une situation, un comportement, une conception philosophique. Le recours à ces belles formules, qui ne sont souvent que des clichés témoins d'une mentalité frileuse, n'est pas exempt de danger. Outre qu'elles favorisent la paresse intellectuelle, elles consolident les préjugés, permettent à leurs utilisateurs de se dérober à un discours réfléchi et de rejeter les idées qui heurtent leur conformisme. Si ces fragments de pensée et d'imaginaire qui ont l'homme pour sujet peuvent être des paroles de sagesse, de bon sens, de prudence, de charité, de solidarité, d'amitié et d'humour, il n'en demeure pas moins vrai qu'ils peuvent aussi développer une morale étriquée et douteuse où misogynie, duplicité, individualisme, cupidité, mépris et moquerie se cultivent à pleines métaphores. Les proverbes et les dictons algériens manquent, en effet, d'homogénéité, et les idées contradictoires qu'ils véhiculent ne sont que le reflet des contradictions des hommes et de la société qui les ont produits. Les proverbes et les dictons algériens ne sont pas rigoureusement chevillés à une forme de conjugaison arrêtée. Il n'est pas rare, en effet, d'entendre la même formule énoncée tantôt au passé, tantôt au présent (et au futur). On peut tout aussi bien dire: «Ne ressent la brûlure de la braise que celui qui a posé le pied sur elle.», que: «Ne ressentit la brûlure de la braise que celui qui avait posé le pied sur elle.» La même liberté peut également affecter la distribution des pronoms personnels. Dans nombre de formules, selon que l'énoncé est pris en charge par le locuteur ou adressé à un interlocuteur réel ou fictif, la première et la deuxième personne peuvent se substituer l'une à l'autre. Exemple: «Je me garderai bien de faire le nœud avec mes mains / pour ne pas avoir à le défaire avec mes dents.» «Garde-toi bien de faire le nœud avec tes mains / pour ne pas avoir à le défaire avec tes dents.» Pour accentuer l'interpellation et donner plus de solennité au propos, on fait précéder le pronom personnel toi du ô vocatif. Exemple: «0 toi dont les dehors sont colorés, / comment es-tu de l'intérieur 1» Toutes les formules ne sont pas des conseils, des sentences et des exclamations. Beaucoup se présentent sous forme de

séquences narratives relatant un fait situé dans un passé indéfini - «Quand les éperviers sont partis, lIa chouette s'est mise à parader.» - ou une situation appelée à se produire - «Quand le chacal n'atteint pas la grappe, I il dit: le raisin est acide.» D'autres formules rapportent un dialogue imaginaire - «On a demandé au chacal: qui est ton témoin? I Il a répondu: c'est ma queue.» En règle générale, ces formules se composent de propositions entretenant entre elles un rapport nécessaire à l'élaboration du sens général et à son affirmation. Ce rapport peut être un rapport logique dicté par les lois de la nature: - «N'introduis pas le doigt dans le trou I et tu ne sera pas piqué par le serpent.» - ; un rapport suggéré par le bon sens - « Qui veut les mûres, appuie sa poitrine contre les ronces.» - ; un rapport d'opposition - «Il bâtit des maisons, I mais la sienne est en ruine.» - ; un rapport de similitude - «Jamais la jument ne doit passer la nuit avec son mors, I et jamais la fille ne doit passer la nuit avec sa ceinture.» - ; un rapport thématique - «Déjeune et allonge-toi, I dîne et promène-toi.» -, etc. Les images utilisées appartiennent à l'univers quotidien - social, culturel, économique et physique - d'une communauté traditionnelle rurale et citadine. Les références à la vie moderne sont quasi inexistantes. Les proverbes et les dictons réunis dans cet ouvrage ont été recueillis en arabe dialectal dans différentes régions d'Algérie entre 1980 et 1985. La transcription en caractères arabes que nous proposons est beaucoup plus phonétique que grammaticale, ce qui nous permet de rester fidèle aux adaptations et prononciations locales. Pour notre traduction, aussi séduisantes qu'elles soient, les équivalences que nous offre la langue française n'ont pas été retenues. Au risque de paraître singulier ou simpliste, nous avons veillé à rester aussi près que possible de la formule d'origine tant du point de vue structurel et syntaxique que du point de vue rhétorique et métaphorique. Quand nous soulignons le sujet par un pléonasme - «Le corbeau, I il voulait imiter la démarche de la perdrix, I il a perdu la sienne.» au lieu de : «Le corbeau voulait imiter la démarche de la perdrix, il a perdu la sienne.» -, nous ne voulons que capter un peu de cette saveur sémantique propre à l'expression

populaire. La disposition en vers, outre que dans bien des cas elle correspond réellement à des énoncés ponctués d'allitérations et de rimes<*),trouve sa justification dans la forme d'élocution (articulation, intonation, pause) que requiert cette parole au statut particulier. Nous avons opté pour une classification par thèmes. Pour éviter un trop grand éparpillement, nous avons dû opérer, à plusieurs reprises, un rapprochement entre thèmes.

* * *

(*) Certains proverbes sont des vers de poèmes populaires anciens.

SOMMAIRE

L'amitié.

....................................................

10

Les relations de voisinage
La courtoisie. .... ......................................... Les hôtes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

16
20

22

Le mariage et le divorce La femme Les parents et les enfants La famille L'imprudence et l'inconséquence Assumer sa condition La gratification La patience et la prudence Le travail et l'efficacité L'audace, l'impertinence et la malice Les naïfs et les sots Les avares et les profiteurs L'argent et la propriété La satiété et la gourmandise La précipitation et l'excès Les apparences et la réalité L' hypocrisie et la flatterie
L' ingrati tude. ..............................................

26 30 36 42 50 58 62 64 66 74 78 84 88 92 94 98 100
104

La fatui té et l'opportunisme La mauvaise foi et le mensonge La fanfaronnade et la curiosité Les capricieux Situations et comportements singuliers
Divers. ......................................................

106 110 114 116 120
126

L'AMITIE

1- Qui t'aime, aime-le, et dans ton amitié, sois sans défaut, mais celui que tu n'aimes pas, ne le couvre pas d'injures, oublie-le et ton âme sera en paix.

2- Qui tu aimes, regarde-le en face, qui tu hais, regarde-le du coin de l'œil. (L'ennemi doit être discrètement surveillé.)
3- Qui t'aime ne te bâtit pas château, qui te hait ne te bâtit pas caveau.

4- De la main de l'ami, la pierre est une pomme. 5- Si tu rencontres ton ami monté sur un bâton, félicite-le pour le cheval. (Il faut toujours flatter son ami.)

- 10 -

, ~

,:. ,:.,:.-:.

J!-1

, ~~

ùfi ,.~:.:.;~ ~,J ..~ ~'J ,~._~ l.o J~

.~I~I ~

~

,~li ,. ~._~J!-2 .~ ,~~ J,J

,

~

;.11:

":';

l.o

".(.< J!-3
J,J

.~ :"I:~:.:.o ,~~ l

.b~ ~

~ ~ b~n-4
. .J yJ1 d "'Jo:'-O Ji :

, ..I~. ~I~ ':'::'L.c. :~.:/1;:-5

- Il -

6- Si ton ami devient un âne, ne monte pas sur son dos. 7- Si ton ami est de miel, ne le mange pas entièrement. (Il ne faut pas trop exploiter son ami.) 8- La pauvreté et l'exil sont préférables à l'amitié d'un malhonnête. 9- Qui n'a pas reçu de son ami le dard, \, ne connaît pas le goût du fiel. (Terrible est le mal venant de l'ami.)
10- Les gens de bien reconnaissent les gens de bien et ils savent séparer l'argent du cuivre. 11- Avoir trop d'amis fait perdre les meilleurs d'entre eux. 12- Jamais l'ennemi ne deviendra ami, et jamais le son ne deviendra de la farine. 13- Après la dispersion apparaissent les vrais amis. (L'amitié sincère ne meurt pas avec la dispersion des amis.)

14- Qui n'aime que sa propre personne ne peut pas faire un bon ami.

- 12 -

4

~,~ ;".~~Lo

J~ J-6
~

.~;p.)
4~ ~Lo /.,," ° .~1 ~~
0..

'~!-7
~

. -U:, ~

r-!

.

(J',J.'yw,J ~

't' L

0_ ~o" ~_ -8 ;;'0"

, ~Lo

~:J

L.

JI -9

. J':"': J'~ ~

~W,

.....i

~W, -10
.)~~~~

.~k..:J' 0-0 ~,

.~~~

.)jj:J ~~I

b~-l1

~~
.~

J~ L. J~I-12
Jj:J L. tI~IJ

.~W, ù~ 6~'

~ -13

I .~\...c,;C

~,J~ ~Lo . .. .. ",
~,JÂ

-14
.

.

\-0

- 13 -

15- 0 toi qui appelles du seuil de la porte, appelle et sois discret, rien ne brouille plus les amis, que les femmes et l'argent. (Le seuil de la porte du gynécée.)

- 14 -

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.