//img.uscri.be/pth/340b27db12cc37aa71fccc1048384b2051c2936d
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Quand la nuit est profonde. Roman

De
156 pages
Ce roman est une description des tribulations d'un jeune enseignant affecté à Kongodjan, une localité difficile d'accès avec très peu d'infrastructures de base. L'auteur met en relief la situation de ces jeunes fonctionnaires qui oeuvrent dans des conditions de vie pénibles, pour l'essor économique de leur pays.
Voir plus Voir moins
BADIBen Diébley
QUAND LA NUIT EST PROFONDE Roman
Quand la nuit est profonde
Badi Ben Diébley QUAND LA NUIT EST PROFONDERomanL’Harmattan
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-10506-2 EAN : 9782343105062
Dédicace À « Dogbo généalogie » et particulièrement à feu Bernard BADI, mon père quim’a donné le goût de la lecture. À Odile Sophie Ève mon épouse et à nos enfants. Je salue Chef Guisso et mes frères etsœursde Broudoumé. Je pense ensuite à tous mes amis,à l’amicale desanciens élèves du lycée moderne de Gagnoa. À tous les acteurs (en vos rangs, titres et qualités) du ministère en charge de l’éducation nationaledans mon pays. Je pense également à tous les bodhisattvas sortis de terre. Mention spéciale à Dr Déhanzon et monsieur Yépié Jean, les guides de mes premiers pas sur la voie du milieu qui a débouché sur Kongodjan, le lointain, mais nécessaire passage. À Dao Baffessiné et Koné Moussa, mes autres jeunes frères, rendez-vous à Poniakélé et nous verrons "ce que le chien a vu". Je ne saurais terminer sans saluer toutes les personnes qui ont contribué à la parution de ce roman (particulièrement M. Etien N’dah Amon, Directeur des éditions L’Harmattan-Côte d’Ivoire,qui m’a encouragé et Mme Claire Renaud pour la pertinence de ses observations).Qu’ellestrouvent icil’expression de ma profonde gratitude.
Devoir de mémoire
A Gbazoukou Diébley Goubo Iroko au pied duquel mon esprit s’estFortifié aux vicissitudes de la vie À Zoua Dobo, Ozoua, fille de Titiro Gbagroh. Ici comme là- bas à Yopohué Le lit d’unfleuve ne se tarit jamais. Et voici que j’ai toujours du souffle,Ce souffle que vous m’avezTransmis. Alors mon regard se porte à Nagadoukou Vers Djédjé Djessoh “Gbouaziè”, l’undes éléments Du triangle. Mon triangle de feu. Et l’épreuve du feu, on le sait,Purifie l’or…Le grain a germé depuis lors. Regardez cette forêt là-bas, c’est le grain,Votre petit grain. Pour vous j’élève une stèle,Dans mon cœur, un sanctuaireintérieur. De la nuit naît le jour, vous le savez, Ce jour qui est proche. Que c’est merveilleux! Vraiment merveilleux !