Ramoamina

De
Publié par

Les textes de ce recueil, collectés dans la région de Betsimisaraka, sont des contes de mise en garde. Ils s'adressent à ceux qui dérogent à la tradition, transgressent les interdits, dérangent l'ordre des choses, la nature, ou bien à ceux qui font preuve d'égoïsme, de paresse, de méchanceté, de jalousie, etc.
Publié le : mercredi 1 janvier 2014
Lecture(s) : 16
Tags :
EAN13 : 9782336333588
Nombre de pages : 90
Prix de location à la page : 0,0062€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Monique Djistera
Ramoamiña Contes betsimisaraka de Madagascar
Jeunesse L’Harmattan Collection dirigée par Isabelle Cadoré, Denis Rolland, Joëlle et Marcelle Chassin Dernières parutions Valérie LAVIALLE,L’arbre de Véra, Contes initiatiques, 2013 Didier REUSS et Jessica REUSS-NLIBA,et le petit Nana croco rouge,français-bassa,2013. L’épopée du roi Gilgamesh et de son ami Enkidou, Adaptation libre de Raymond PERRIN, 2013. Annie STAMMLER,Kliko, la petite oie bernache, 2013. Akéouli NOUHOUM BAOUM,Une veillée de contes lokpa du Bénin, 2013. Gyula ILLYES,Le roi à la barbe verte, Contes populaires hongrois, 2013. Sabine PANET et Pauline PENOT,Le baluchon de la création du monde et autres contes yorouba, 2013. Edmond LAPOMPE-PAIRONNE,Touloulou au Pays des Grenouilles, 2013. Annie FERRET,Graines de chagrin et autres contes d'une Afrique rêvée,2013. Pascale PETRIZZELLI,Hugo et le mystère de la Couvertoirade,2013. Anne IMBERT,De la Guadeloupe à l’Afrique, Mots en liberté, 2013. Atelier d’écriture,Il était une fois… Contes sans frontières/Once upon a time… Fairytales without borders, 2013. Tristan CHALON,Les aventures du Chevalier Mylio au pays de Siam (1685-1689), 2013. Armel NONFODJI,Le rêve du singe, Contes du Bénin, 2013. Amarnath HOSANY,Chung et les couleurs de l’arc-en-ciel,2013. Amandine MATISKA,L’empreinte de la louve, 2013. Isabelle TAMBURINI,Assireni petite esclave en France,2013. Patrick Serge BOUTSINDI,La Fête de Ya foufou,2013.
Monique Djistera
Ramoamiña Contes betsimisaraka de Madagascar
© L'HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01819-5 EAN : 9782343018195
Introduction
Madagascar est une île à vocation agricole où les habitants, les Malgaches, ont en partage une civilisation de tradition orale. La parole y est le seul moyen de transmission des idées et des traditions, et donne lieu à l'existence d'une littérature, car selon Lucien Xavier Michel 1 Andrianarahinjaka :La littérature est parole, et la forme la plus importante sous laquelle on appréhende le phénomène littéraire, en milieu de tradition orale, est celle de manifestations verbales. Dans la culture malgache se développe ainsi une littérature orale qui distingue différents systèmes de genres dont celui qui englobe les contes. À Vatomandry, une région (peuplée par des Betsimisaraka du Sud) se situant sur la Côte-Est de l’île de Madagascar, à 180km au sud de la ville de Toamasina, le mot «conte »se ditsasaza, ce qui signifie selon nos sources orales,sahaza ho an’ny zazaou encore: «qui suffit à l’enfant»(pour sa formation, son éducation). Le rôle de conteur incombe au grand-père, les femmes s’affairant autour du foyer pour préparer le repas du soir.
1  LMXAndrianarahinjaka,Le système littéraire betsileo, Éditions Fianarantsoa, 1987, Madagascar, p. 75. 7
Nous avons recueilli, dans la région en question, des contes que nous avons transcrits puis traduits en français. Ceux que nous présentons ici s’intitulent : 1. Ramoamiña (c’est le nom du héros) 2. Indreparavavy (le nom de l’héroïne) 3. Celui qui s’interdisait les femmes qui défèquent 4. Le vorombola (l’oiseau au plumage d’argent) de Ratrimo (le nom d’un personnage) 5. Ravañombe (le nom de l’ogre) et Randiana (le nom du héros) 6. Une belle-mère ignoble 7. Lekamo (ou le paresseux) 8. Les deux époux qui ont abandonné leurs quatre enfants 9. Les quatre sœurs. Ces récits sont des contes de mise en garde. Ils s’adressent à ceux qui dérogent à la tradition, transgressent les interdits, dérangent l’ordre des choses, la nature, ou bien à ceux qui font preuve d’égoïsme, de paresse, de méchanceté, de jalousie, etc. Chaque conte développe,généralement, un 1 « chantplaintif »qui constitue un élément fondamental du récit et revêt une signification particulière en évoquant les événements qui ont provoqué l’accomplissement d’un méfait,et en démasquant les agresseurs. Les conteurs betsimisaraka du Sud donnent libre cours à leur fantaisie et à leur imagination dans le récit des mises à l’épreuve du héros, tout en puisant 1 Vladimir Propp,Morphologie du conte,Éditions du Seuil, 1970, p. 49. 8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.