Rêve de Verre

De
Publié par

Une jeune fille à la peau sombre, au charme insolite et insolent, enceinte d'une « copie conforme » de Jésus-Christ. Une clique intégriste catholique qui crie au blasphème et la traque sans pitié. Si le clone du Christ qui doit bientôt naître était en fait l'antéchrist ? Si le « père » du clone, un généticien afro-américain, ne préparait pas autre chose que l'avènement d'une nouvelle Marie, icône des peuples noirs et de leur fierté retrouvée ? Mais ceux qui aiment vraiment pour ce qu'elle est cette improbable Marie noire – ils sont plusieurs – se posent la vraie question : comment préserver l'innocence et la liberté de celle qui à leurs yeux aura toujours bien plus d'importance que tous les délires mystiques et autres rêves de cloneries.
Publié le : dimanche 19 juin 2011
Lecture(s) : 155
EAN13 : 9782748179682
Nombre de pages : 311
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
RÊVE DE VERRE
3
Titre Christian BALLANDRAS
RÊVE DE VERRE
L’Annonciation et l’Icône
Roman
5 Editions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2006 www.manuscrit.com ISBN : 2-7481-7969-2 livre numérique ISBN 13 : 9782748179699 livre numérique ISBN : 2-7481-7968-4 livre imprimé ISBN 13 : 9782748179682 livre imprimé
6
7
8
PRODROME
Dans une chambre baignée de nuit, un homme blond, jeune encore, assis en tailleur sur un lit défait, embrasse les noirs cheveux d’une adolescente blottie contre sa large poitrine. Elle tremble un peu, il frictionne doucement son dos gracile, couvre ses jambes brunes qu’une nuisette trop courte laisse nues bien au-delà des genoux, tu as froid dit-il, pourtant il sait que ce n’est pas de froid qu’elle frissonne, il sent la chaleur de ce petit corps contre le sien mais il remonte encore les draps, il s’interdit le contact de ses grandes mains avec cette peau moite et le contact de son regard avec ces formes dont il s’efforce chaque jour de ne pas épier l’inexorable épanouissement. Je ne sais si c’était un rêve ou un cauchemar dit-elle. Un cauchemar qui serait passé au travers de mon attrape-rêve, est-ce possible ? Je n’aurais pas dû venir te réveiller. Bien sûr que si, ma Liberté. Les Sioux enseignent qu’en pareil cas l’on doit au plus vite raconter son rêve, c’est le seul moyen de
9
lui retirer tout pouvoir funeste. Alors raconte-moi. Dans mon rêve, le jour se levait, la lumière me tirait du lit, si intense que je me précipitais à la fenêtre, et ce que je voyais était surnaturel, tellement beau, comment trouverai-je les mots pour te décrire dit-elle. Elle parle d’une fresque céleste, de couleurs éclatantes au-dessus des brumes de l’aube. Elle vibre quand elle dit que tout le ciel était un immense portrait de la Vierge Marie, lumineuse, tenant son bébé, son Fils, éblouissant. Si seulement je pouvais cauchemarder de la sorte, dit-il en souriant. Après, dit-elle, cela se gâte un peu. L’apparition s’estompait tandis que je marchais à travers la ville, et puis je marchais à travers champs, je portais un bébé moi aussi, mon bébé, j’escaladais une montagne et des foules me suivaient, une foule noire qui chantait dans la langue de mes ancêtres qui chantait l’annonciation d’un monde nouveau qui chantait pleine d’amour pour mon enfant et il y avait une autre foule une foule blanche qui n’était que haine invoquait la foudre vengeresse de Yaweh Sabaoth et hurlait en une cacophonie d’idiomes des paroles effrayantes que je pouvais comprendre mais que je ne veux pas me rappeler.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.