Rivages du Mékong

De
Publié par

Une conseillère culturelle, tout juste affectée à Hanoi, raconte la vie de sa mère qui a vécu la colonisation française, la guerre américaine et la réunification du Viêt-Nam. Elle relate aussi l'histoire de son père envoyé dans un camp de rééducation en 1975. Ce roman témoigne de l'amour et du courage d'une mère et plaide pour plus d'humanité entre les hommes.
Publié le : samedi 1 septembre 2012
Lecture(s) : 12
Tags :
EAN13 : 9782296505346
Nombre de pages : 166
Prix de location à la page : 0,0093€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
BACH MAI
Rivages du Mékong Roman
LettresAsiatiques Vietnam
Rivages du Mékong
Du même auteur Hier encore Saigon, Éditions L’Harmattan, Paris, 2009. . D’ivoire et d’opium, Éditions Naaman (Québec), 1985. Révision : Lise Lortie Relecture : Marc Gosselin Conception graphique : Florence Payette © L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-99226-9 EAN : 9782296992269
Bach Mai Rivages du Mékong Roman
Lettres asiatiques Collection dirigée par Maguy Albet Déjà parus VO THI TRANG,Les maîtres de la cité pourpre, 2012. MA MA Lay, Adaptation Jean-Claude Augé,Thway, Le Sang, 2011. GUAN Jian,La clé de mes songes, 2011. VO THI TRANG,Entre les neuf bouches du dragon, 2010. TU TRI Jean,L'ombre du passé, 2010. BALAIZE Claude,Saigon ! Regard d’éternité…, 2010. PREMCHAMD,La Marche vers la liberté, trad. du hindi par Fernand OUELLET, 2008. LIYANARATNE Jinadasa,Les esclaves et autres nouvelles, 2007. TRAN Thi Hao,La jeune fille et la guerre, 2007. PREMCHAND,Godan. Le don d’une vache, 2006. HOURCADE Etsuko,Adieu Capitaine Kamimura, 2001. KIM Sok Bom,La mort du corbeau,2000. LARROCHE Christine de,Rencontres en Corée, 1999. POOPUT Wanee, D'HONT Annick,Le Bodhisattva Mahosot l'Intelligent, 1999. PREMCHAND,Délivrance, 1999. RIGAUDIS Marc,Japon, mépris... passion...,1998. SINGHASENI Anchalee,Bangkok - Rennes.Le chemin d’une vie, 1997. VOISSET Georges,Histoire du genre pantoun, 1997. PREMCHAND,asiatiques Lettres, trad. du hindi par Fernand Ouellet, 1996. WICKRAMA SINGHE Martin,Virogaya. Le non-attachement, trad. du cinghalais par M. Pannawansa, 1995. JOURNAL-GYAW MA MA LAY,La Mal-Aimée, trad.du birman par J.-C. Augé et Kh. L. Myint, 1994. PHAN HUY DUONG,Un amour métèque, 1994.
« Allez au-delà du chemin, vers un rivage plus lointain où le monde se dissout et tout devient clair. Au-delà de ce rivage et du rivage plus lointain, au-delà de l'au-delà, où il n'y a ni début, ni fin, sans crainte, allez-y. » Bouddha À mes amies Katia et Gigi À Georges Alexandre Céline & Brian Daniel & Lise Lise & Denis Valérie Denis
1 J’entends son murmure avant même de l’apercevoir. Un clapotis comme le sang qui frappe les parois de mon cœur. Je me faufile sur un sentier sablonneux et à travers la longue chevelure des eucalyptus, j’aperçois le Mékong comme un serpentinvert émeraude. Semblable à un poisson qui remonte à sa source originelle, j’ai besoin de revenir dans le delta du Mékong,patrie de ma mère.J’aurais beauvoyager par monts et par vaux, là où je me sens le mieuxc’estsur ce rivage.J’ai besoin de revoir ce fleuve et ce paysage. Nous sommes des gens de terre et deau.J’appartiens bien à cette terre de soleil et de moussons dans ce Sud lointain. Vite, vite, je longe un quai en bois et, agenouillée à son bout, je laisse courir ma maindans l’eau fraîche.Le Mékong évoque en moi mille images: des jonques ventrues chargées de riz, des barques au toit de chaume et des batelières aux chapeaux coniques. Ici, le fleuve est le grand maître, il se repose dans son « delta ».Il s’y ramifie en un éventail géant, éponge saturée d’eau.Par ses crues et ses décrues, il irrigue la terre et l’enrichit d’alluvions drainées sur six pays. Les gens du delta du Mékong vivent au fil de l’eau et au rythme du fleuve qui leur dicte le temps des semailles et des moissons, des mariages et des funérailles. Rien qu’en contemplant le fleuve, je remonte le fil du temps. Le Mékong a parcouru près de cinq mille kilomètres pour parvenir jusqu’ici. Source de montagne, il prend naissance à cinq cents mètres d’altitudesur le
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.