SADE ET LES FIGURES DU BAROQUE

De
Publié par

Cet essai a pour but de montrer en quoi Sade, dans ses choix esthétiques, a été influencé par le Baroque, qui lui permettra de prendre en défaut le rationalisme triomphant des Lumières ; le pli emblématique du baroque marque bien le mouvement perpétuel entre le corps et la pensée, inséparables chez Sade, et défait la ligne droite d'un intellectualisme transcendant, visant à la perfection, à l'âge d'or pour l'homme.
Publié le : vendredi 1 janvier 1999
Lecture(s) : 34
Tags :
EAN13 : 9782296382442
Nombre de pages : 96
Prix de location à la page : 0,0060€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

SADE ET LES fiGURES DU BAROQUE

Collection Critiques Littéraires dirigée par Maguy Albet, Geneviève Clancy Paule Plouvier et Emmanuelle Moysan
MAILLIS Annie, Michel Leiris, l'écrivain matador, 1998. TCHEUYAP Alexie, Esthétique et folie, l'oeuvre romanesque de Pius Ngandu Nkashama, 1998. GUERMÉS Sophie, La poésie moderne, 1998. RUSZNIEWSKI-DAHAN Myriam, Romanciers de la Shoah, 1998. DELBARD Olivier, Les lieux de Kenneth White, 1998. . DETIS Elizabeth, Daniel Defoe démasqué,1999.

Eric BOUTOUTE

SADE ET LES FIGURES DU BAROQUE

Éditions L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

<0 L'Harmattan, 1999 ISBN: 2-7384-7571-X

Pour Ananda

Cet essai a pour but de montrer en quoi Sade, dans ses choix esthétiques, a été influencé par le baroque, qui lui permettra de prendre en défaut le rationalisme triomphant des Lumières; le pli emblématique du baroque marque bien le mouvement perpétuel entre le corps et la pensée, inséparables chez Sade, et défait la ligne droite d'un intellectualisme transcendant, visant à la perfection, à l'âge d'or pour l'homme. Le baroque, c'est aussi l'illusion, le trompe-l'œil: le théâtre. "Théâtre du monde", règne du masque, du faux-semblant, de l'illusion où la loi revient au crime, l'ordre au chaos. Théâtre qui est avant tout "théâtre de la cruauté". L'illusion révèlera à Sade le monde dans sa réalité, qui est néant, et où la seule extase, celle du plaisir, du pouvoir, de la puissance est extase de la mort. C'est elle qui se cache sous le masque du progrès, de la civilisation, masque que Sade arrache. Finalement, le choix esthétique de Sade débouche sur une interprétation de l'histoire, de la culture et c'est ainsi qu'il va décrire la société, toute forme de société: non plus comme garante d'une certaine stabilité, mais comme l'ultime figure de la subversion. Par cette démarche Sade, qui aura lutté toute da vie contre l'aliénation, et en aura été la victime, demeure l'un des penseurs le plus libre et le plus lucide qui soit.

l'être

baroque

Une charge anti-ecclésiastique Le baroque, entendu comme style historique, est né à Rome à la fin du XYlème siècle. En 1775, deux siècles plus tard, Sade fuyait en Italie. Il y avait déjà trouvé refuge contre la justice en 1772, mais cette fois il laissera une relation de ses impressions. Le Voyage d'Italie, rédigé en 1776, qui veut offrir une vision complète de la péninsule, ne pouvait ignorer le baroque. Certes Sade émet quelques critiques à son égard. Ainsi la richesse des monuments romains lui fait dire: Il Croient-ils par cette barbarie effacer par leur luxe petit et moderne cette inimitable somptuosité des Anciens? Il (227). Mais cette emphase cache des émotions profondes, auxquelles Sade s'abandonnedans le calme: IIEton y voit (...) ces petits cabinets, ces boudoirs et ces lieux de retraite inventés par le luxe et la mollesse mais que l'opulence fait très bien de se procurer en dépit des raisonnements de l'infortune, souvent plus envieuse que justell (143). Baudelaire, pour décrire les impressions ressenties dans les églises baroques, évoquait la sensualité de ces boudoirs reculés d'intérieurs luxueux. Il est bien question sous la plume de Sade du baroque, véritable "invitation au voyage Il des sens vers le plaisir absolu, une fête totale. Plaisir ressenti encore dans les jardins de la villa Aldobrandini, à Frascati, aménagés avec de nombreuses "attrapes faites pour surprendre ceux qui ne sont pas au fait", et qui débouchent sur un "petit salon que lion nomme le Parnasse, à cause que le fond en est orné de la représentation de cette montagne sur laquelle on voit Apollon au milieu des neuf Muses qui forment un concert qu'exécute un orgue que l'eau fait aller et qui est caché derrière cette décoration. On a placé aussi dans cette pièce trois espèces de ventouses par où l'air jaillit avec force et augmente la fraîcheur du local. Cette pièce est ornée du Dominiquin parmi lesquels le plus agréable est celui du dessus de porte représentant Marsyas écorché par Apollon" (350). 9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.