//img.uscri.be/pth/396a52721dbf73c978d066f5b3c09e29cc10b5ae
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Saigon jazz

De
182 pages

Sur le paquebot qui les amène de Saigon à Marseille, un couple accompagné de leurs quatre fils, se remémore leur rencontre. Une rencontre improbable entre un Martiniquais musicien de jazz et une jeune Vietnamienne élevée dans les traditions ancestrales.

Publié par :
Ajouté le : 01 mai 2013
Lecture(s) : 13
EAN13 : 9782296536401
Signaler un abus
Martin Ravi
Saigon jazz
Roman
© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00335-1 EAN : 9782343003351
Saigon Jazz
ÉcrituresCollectionfondéeparMaguyAlbetZen(Claude),Secteurpostal14200,2013.Danbakli(Yves),LestribulationsorientalesdubarondeCastelfigeac,2013.Lecocq(JeanȬMichel),PortraitȬrobot,2013.Pons(FrançoisȬMarie),FilsȬpère,2013.Carrère(Pascal),Demémoireetdegouache,2013.Prével(JeanȬMarie),LabêteduGévaudan,2013.Rode(JeanȬFrançois),L’enfantprojeté,2013.Hermans(Anaële),Bananessaucegombos,2013.Jamet(Michel),Jouteassassine,2013.Tirvaudey(Robert),Parolesenchemin,2013.Mahdi(Falih),Dieunem’apasvu,2013.Labbé(François),L’Imbécileheureux,2012.LeForestier(Louis),LaVie,laMort,l’Amour,2012.Dini(Yasmina),Soroma(Joseph),L’Amantereligieuse,2012.Mandon(Bernard),L’ExilàSaigon,2012.***Cesquinzedernierstitresdelacollectionsontclassésparordrechronologiqueencommençantparleplusrécent.Lalistecomplètedesparutions,avecunecourteprésentationducontenudesouvrages,peutêtreconsultéesurlesitewww.harmattan.fr
Martin Ravi
Saigon Jazz
Roman
L’Harmattan
Les remerciements vont à toutes les personnes qui ont entouré de leur affectueuse fidélité ce livre dont Alain Flamand, Annette Maurice, ainsi que le Docteur Gilbert Desfosses et l'équipe de soins palliatifs du groupe hospitalier Diaconesses/Croix Saint-Simon.
À ma famille
PRÉFACE
Ce beau récit invite des tranches de vie à tenir tête à l’oubli. Il faut savoir qu’il fut composé dans les heures du dernier combat qu’un homme injustement touché dans sa chair mena contre la mort. Pour les proches de Martin, pour ses amis, c’est un moment d’émotion. Mais au-delà du cercle des âmes qui ont connu cet homme affable, cultivé, souriant, le récit parle à tous, parce qu’il vit du seul langage qui vaille : celui qui se nourrit du réel, du monde sensible, traversé de gestes, de croyances, de doutes, d’espérances, de tradi-tions, de rites, de générosités silencieuses, d’accueil à l’humain jusque dans sa part de contingence, – langage se déroulant en filigrane sur la page de la grande Histoire. Et parce que ce langage est concret, parce que les personnages sont de quasi-personnes, à la fois réelles et rêvées, objets de mémoire et de reconstruction, il noue à lui l’émo-tion du lecteur, réalisant ainsi la promesse de toute littérature : dire l’aspiration à l’Universel, par la voie du cœur ! Un homme jeune, artiste, une jeune femme, un grand-père, son petit-fils, une maison, un domaine, les traditions et le choc d’une ren-contre, une famille se construisant, un mariage, Saigon, les bars, l’al-cool, le jazz, la présence coloniale, la sagesse du bouddhisme et la force d’attraction du christianisme… Martin Ravi place sous le signe de la grâce la rencontre des civilisations, des hommes, des désirs. À l’image de l’homme qu’il fut, sa mémoire est douce, pacifiée. La seule histoire qui ait sens, dans ce monde dégradé qui passe d’une