Seuls les plus forts

De
Publié par

Nous pleurons pour les nôtres que nous avons involontairement condamnés. Pour la fin de nos rêves romantiques. Et pour l’espoir de trouver un jour quelqu’un à aimer. Quelqu’un qui porterait la marque.

Publié le : vendredi 25 mars 2016
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791093004518
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait

Les pétales descendent paresseusement comme des feuilles mortes ensanglantées pour s’écraser contre la vitre, juste en face de son visage. C’est moi qui ai posé cette protection transparente. Pas pour éviter que son corps se putréfie, ça, il s’en est déjà chargé de son vivant, mais pour le protéger des enfants, des pèlerins. Ceux qui viennent de loin pour le voir. Par centaines. Par milliers. Ils continuent d’affluer dans ce couloir. Un flot qui semble ne jamais vouloir se tarir.

Ils n’amènent pas leurs amis. Encore moins leurs amours. Le pèlerinage qui les amène jusqu’ici naît des profondeurs cachées de l’amour.


Et de la haine.

Certains restent blottis sur les bancs à moitié défoncés que j’ai récupéré quelques semaines plus tôt dans une église abandonnée de la onzième Rue. Les pèlerins attendent des heures, parfois des jours dans ce terrier de béton humide avant de repartir. Certains portent des costards trois-pièce bleus finement rayés, d’autres des Reeboks et des pantalons de survêtement. D’autres encore des habits de saison, avec plusieurs couches de flanelle sur des T-shirts de coton enfouis sous des parkas vertes d’Esquimaux. Ils leur fallait un endroit ou s’asseoir et se coucher au lieu de se contenter du sol noirci.

Ici, loin en dessous des pulsations rythmiques de la ville, le temps semble tourner au ralenti. Seules les rames de métro rythment son écoulement, brisant le silence glacial par les cliquètements et leurs grincements de freins. A chaque passage, la pièce gronde et vibre, mais reste telle quelle. Rien ne peut l’affecter. Rien ne peut détourner notre attention de ce cadavre figé derrière la paroi de verre. Lui aussi, rien ne peut l’affecter. Et nous… sommes les intouchables.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.