Si nombreux !

De
Publié par

Lorsque la charité tourne à l’obsession… Mais est-ce vraiment de la charité ? Ou une sourde manipulation ?
Publié le : mardi 30 juin 2015
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791093004099
Nombre de pages : 27
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait


Jack les voyait devant la gare. Et aussi le long du trottoir qui surplombait les voies. Combien pouvait-il y en avoir ? Il ne serait pas allé jusqu’à les compter. Mais beaucoup, en tout cas.
Depuis combien de temps étaient-ils là ? Ça non plus, il n’aurait su le dire. Si on lui avait posé la question, il aurait été tenté de répondre : depuis toujours. Ce qui n’avait aucun sens, évidemment. Le plus probable, c’est qu’au départ, lorsque Jack et Mary avaient emménagé dans le quartier, ils n’avaient été que quelques-uns, une poignée, pas assez pour être remarqués. Et puis, peu à peu…
Quand il passait en voiture, le matin en allant au travail et le soir en rentrant chez lui, Jack ralentissait. Ce n’était pas un réflexe conscient, pas vraiment. Mais son pied se faisait plus léger sur la pédale des gaz lorsqu’il longeait la façade de briques rouge sombre de la gare et, plus loin, les grilles épointées qui, protégeant les usagers du trottoir d’une chute sur les voies en contrebas, s’allongeaient sur une perspective de près d’un kilomètre en direction de la banlieue nord.
Là, assis à même le sol, tassés contre le muret couleur de sang séché, ils étaient nombreux, oui, de plus en plus nombreux. Des dizaines ? Des dizaines et des dizaines, certainement. Y avait-il des femmes, parmi eux ? C’était encore question à laquelle il aurait été incapable de répondre.
Comment faire la différence, aussi ? Ils étaient alignés les uns à côté des autres, fondus dans une même masse grise, et tellement immobiles… Ils se ressemblaient tous. Jack ne parvenait pas à trouver des dissemblances, à distinguer avec précision les corps ou les visages. Il est vrai que la luminosité était plus que médiocre quand il longeait la gare et ses alentours, le matin vers 8 heures 30, le soir aux environs de 19 heures.
L’automne était arrivé, avec la brutalité habituelle d’octobre, déversant dans les rues une grisaille givrée et rampante venue des montagnes toutes proches, refermant sur la ville une pénombre permanente.
Devant la gare, la lumière d’huile chaude passant au travers des fenêtres à croisillons maintenait par contraste la façade dans un bain de pénombre louche, particulièrement épaisse au niveau du sol. Et le long du grillage de protection, seuls de rares lampadaires haut perchés jetaient des flaques de sodium sur le trottoir. Cette lumière plongeante, qui frappait les échines courbées, enfonçait du même coup dans un bain de poix les visages affaissés, que l’ombre des chapeaux ou des capuchons achevait de dissoudre. Pas étonnant que Jack, malgré une observation attentive, ne pût saisir aucun détail anatomique.
Il prit l’habitude de ralentir autant qu’il pouvait en passant devant eux. Mais toujours, dans son dos, un Klaxon rageur – quand ce n’était pas un véritable concert – le rappelait à l’ordre. Dans la circulation confuse du matin ou du soir, il ne pouvait faire ce qu’il voulait, c’est sûr. Cette incertitude l’agaçait. Un soir, chez lui, il se surprit à marmonner :
— Je me demande s’il y a des femmes, parmi eux… ou même des enfants ?
Il devait sortir avec Mary, une soirée chez des gens sans importance. Il était en train de fixer son nœud papillon, il vit dans le miroir de la salle de bain le regard vaguement interloqué de sa femme, qui portait une très belle robe en satin rose foncé. Du satin, ou quelque chose d’approchant.

— Chez les Barley ? Qu’est-ce que tu racontes ? Barbara sera là, bien sûr. Et Carrol-Ann. Mais je ne crois pas que les enfants…
Jack évacua d’un geste la réponse de Mary, qui avait de toute façon oublié quelques secondes plus tard. S’il voulait savoir, il n’y avait pas trente-six solutions…
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant