Si tu veux une vie, vole-la !

De
Publié par

Fille d'ambassadeur, diplomate elle-même, Eve a tout pour réussir. Pourtant, depuis la mort de son père, elle n'a plus goût à rien. Ce dont elle rêve, c'est de partir, d'être ailleurs. Mais dans le monde qui est le sien, les femmes ne partent pas. Partir est une affaire d'hommes. Des hommes qui emportent avec eux leur secret. Comme son père. Son père et son suicide inexpliqué. Voilà ce qu'Eve veut comprendre. Voilà ce qui la mènera sur la Route de la Soie, du Moyen-Orient à l'Asie.
Publié le : samedi 5 mars 2016
Lecture(s) : 1
Tags :
EAN13 : 9782140004643
Nombre de pages : 328
Prix de location à la page : 0,0135€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Bruno Dupré Si tu veux une vie, volela ! Roman
/ Littérature
Rue des Écoles
SI TU VEUX UNE VIE, VOLE-LA!
Rue des Écoles
Le secteur « Rue des Écoles » est dédié à l’édition de travaux personnels, venus de tous horizons : historique, philosophique, politique, etc. Il accueille également des œuvres de fiction (romans) et des textes autobiographiques.
Déjà parus
Cahour (Michel),Repères, nouvelles, 2016. Boileau (Clara),Une main sur votre épaule, 2015. Chatelain (Alexandre),Baby Lan, récit, 2015. Lemaître (Vincent),Autant qu’un naufragé, roman, 2015. Lapauw (Régis),Vivre autrement, récit, 2015. Munoz Roux (Sylvia),Aux marches du palais, roman, 2015. Gaffino (Anne Marie),Alzheimer, mon nouveau colocataire, récit, 2015. Weck (Françoise),Les dits de la ménagère, chroniques, 2015. Thibaud (Aurore),Beau temps sur tout l’univers, récit, 2015. Prunet (Paul),La vie ou les futurs du passé, essai, 2015 Rey (Michel),Une lumineuse affaire, roman, 2015.
Kissel (Myriam),Refuges lointains, roman, 2015.

Ces douze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.harmattan.fr
Bruno Dupré
Si tu veux une vie, vole-la !
Roman
L’HARMATTAN
© L’HARMATTAN, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-08271-4 EAN : 9782343082714
A Eurydice ma préférée et Diane ma favorite
I Comprendre n’est pas si important. Accepter le mystère, voilà la chose.
En attendant les instructions d’Eve pour le dîner, Virginia Woolf releva ses cheveux pour faire glisser un peu d’air frais sur sa nuque. Son visage triste semblait s’être entortillé autour d'un corps trop long. Comme à son habitude, elle s'était isolée pour fumer une cigarette mais ne pouvait rester en place. Il faisait une chaleur à mourir dans ce salon et les fauteuils en velours lui collaient aux jambes. Dehors, allongées sur l’herbe juste à l’entrée du jardin, Lou Salomé et Leni Riefenstahl cherchaient aussi la fraîcheur du soir. Les deux femmes étaient habillées quasi à l’identique dans une tenue décontractée, pantalon beige, chemise ample. Lou concéda qu’elle avait changé d’avis à la dernière minute renonçant à sa robe noire à col rigide que tout le monde lui connaissait. Elles riaient de bon cœur probablement de leur similitude vestimentaire et de leurs histoires mouvementées. Leni Riefenstahl se présenta comme une cinéaste et photographe de génie, omettant de mentionner sa probable complicité avec le troisième Reich et son habileté à faire croire à sa naïveté. C’était peut-être là sa plus belle réussite. Lou, plus réservée, ne se présenta pas. Elle avait connu les plus grands esprits de la fin du dix-neuvième sans pour autant que son propre talent soit vraiment reconnu, ni de son vivant, ni après. Elle avait toutes les raisons d’être amère. Tout le monde avait vu, ou verrait un jour, les Dieux du Stade ou le Triomphe de la Volonté mais personne ne s'était vraiment intéressé à ses écrits de psychanalyse. Finalement, il ne restait d’elle que le simple fait d'avoir séduit Nietzsche, Rilke et Freud. Ce n'était pas rien mais ce n'était pas non plus la gloire.
A les voir se tenir par le bras et rire comme cela, il était clair que ce soir les mauvais tours de l’histoire paraissaient bien dérisoires. Une coupe de champagne à la main, Leni prit Lou à témoin :
Les hommes ne connaissent rien à l’amour, dit-elle. Je me souviens, j’avais trente-six ans, je venais de terminer le
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.