SITA. Les orteils de mon homonyme

De
Publié par

Il est africain, étudiant en France, et travaille aussi au noir dans une petite entreprise parisienne. Alors qu'il s'apprête à fermer boutique un samedi soir, il reçoit l'appel d'une cliente furieuse : son téléviseur, dépanné trois mois plus tôt par l'entreprise, est retombé en panne et elle exige l'intervention immédiate d'un technicien. Le jeune étudiant décide d'y aller. Seulement, quand s'ouvre la porte de l'appartement de la cliente, sa vie bascule.
Publié le : mardi 1 janvier 2013
Lecture(s) : 40
EAN13 : 9782296513617
Nombre de pages : 140
Prix de location à la page : 0,0076€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
SITA
Elkane Ngoué
LesSorteilsIdemoTn homonAyme Roman
SITALes orteils de mon homonyme roman
Nouvelles Lettres Sénégalaises (NLS) Collection dirigée par Mamadou Bâ, Bassirou Coly et Abdoulaye DialloFALL Marouba,Casseurs de solitude, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », octobre 2012. NDOYE Soda,Un homme infidèle et parfaitNouvelles, roman, « Lettres Sénégalaises », août 2012. DIOP Moustapha,La voie d’un musicienNouvelles, roman, « Lettres Sénégalaises », août 2012. DIALLO Rabia,Amours cruelles, beauté coupable, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », juin 2012. CHERIF Souleymane Abdelkérim,Quand l’évidence ne suffit plus, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », mars 2012. SAMBE Fara,Lettre du retour au pays natal, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », février 2012. GUISSÉ Ameth,Femmes dévouées, femmes aimantes, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », septembre 2011. THIOUNE Bassirou,Gott. Le retour vers la terre, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », septembre 2011.
ELKANENGOUÉ
SITALesorteils de mon homonyme roman
© L'HARMATTAN, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-99541-3 EAN : 9782296995413
AVERTISSEMENTSi cette histoire était vraie, la pudeur et le remords m’auraient dissuadé de la relater. Mais si fictive soit-elle, elle n’en témoigne pas moins d’une réalité assurément vécue ou côtoyée par beaucoup d’entre nous. D’où la nécessité, me semble-t-il, de la faire partager à tous. E.N.
7
À Danièle et Guy Vincent, Mes inoubliables tuteurs d’Aulnay-sous-Bois.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.