Souviens-toi de l'avenir

De
Publié par

Un roman d'amours très peu traditionnel où les aimés-aimants se cherchent et se trouvent difficilement dans un temps aboli, du Moyen Age au IVe millénaire, de cataclysmes en cauchemars et de bonheurs agrestes en bonheurs domestiques, tandis que les ouragans dévastent les forêts, et que la mer monte à l'assaut des remparts de Boulogne.
Publié le : mardi 1 avril 2008
Lecture(s) : 47
EAN13 : 9782296192324
Nombre de pages : 112
Prix de location à la page : 0,0073€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Anne-Dominique

KAPFERER

SOUVIENS-TOI

DE L'AVENIR

Roman en forme de fable très sérieuse et assez folle de l'an 1212 à l'an 3112

L'HARMATTAN

@ L'HARMATTAN,2008 5-7, rue de l'École-Polytechnique;

75005 Paris

httv:/ /www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-05095-2 EAN : 9782296050952

Quand

la création était neuve et que les étoiles

brillaient toutes dans leur première splendeur, les dieux tinrent leur assemblée dans le ciel. . . Mais l'un des dieux cria soudain: (( Il semble qu'il y ait quelque part un laps dans cette chaîne de clarté et qu'une des étoiles se soit perdue. )) . . .. Depuis ceJour on la cherche sans cesse. . .

Rabindranath TAGORE, L'Offrande lYrique (Fr. André Gide, 1914).

Toute civilisation semble mourir d'une inintelligence profonde dans l'accumulation de ses richesses... Je rêve à de chancelants milliardaires, transis d'angoisse dans les caves d'une planète froide, divorcés de l'eau

et du pain...
TOURSKY, L'homme et la rue, in Cahiers été 1945.

du Sud, n0272,

Lecteur, lectrice, si tu espères des recettes de cuisine, de jardinage ou d'érotisme, si tu cherches du sexe, de la violence ou de la science-fiction, pose ce livre et prends-en un autre.

Parce qu'ici tu trouveras seulement, dans le désordre des siècles d'un temps humain, l'histoire de trois personnages: Illel, Godeleine et Josse, qui ont vécu, vivent et vivront au Moyen Age et au XXIIème siècle, en Boulonnais, se cherchant sans cesse, jusqu'à l'aube du IVème millénaire, sur une terre en perdition. Il est d'usage au début des œuvres romanesques d'affttmer que toute ressemblance des héros - ou héroïnes- du roman avec des personnes vivant ou ayant vécu serait fortuite ou involontaire; il est évident qu'ici on ne peut pas en dire autant: l'auteur espère exactement le contraire et souhaite (un peu imprudemment peut-être) une certaine ressemblance. Quant à l'extrême entremêlement du passé, du présent et de l'avenir dans ces pages, il s'est imposé à l'auteur et à l'ordinateur sans discussion possible. Le français étant encore la langue indigène dans nos régions en ce début du IIIème millénaire, on espère que les difficultés essentielles de lecture auront pu être évitées.

On trouve en général à la fin de l'auteur, mais, parce qu'il est annexes du texte principal, on premières pages les organismes efficace:

des ouvrages les remerciements rare que les lecteurs lisent les a préféré mentionner dès ces dont le soutien a été le plus

- L'A.D.E.P., Association de DéfensedesEléments Perdus, comme les coquillages des plages, l'odeur des roses anciennes, le goût des bonbons d'autrefois, les actes désintéressés, les fées et les neiges d'antan, toutes choses que les archéologues de l'avenir ne trouveront pas dans les déchetteries. L'A.D.E.P. s'intéresse aussi aux chemins perdus (des astronomes baliseront bientôt la Voie Lactée) ; en ce qui concerne le temps perdu, la situation est trop souvent irrémédiable. Pour la foi perdue, c'est une tout autre affaire qui ne concerne pas ce livre. - L'O.C.R.E.P., Office Central de Récupération des Evénements Passés, dont malheureusement les méthodes ne sont pas irréprochables. - Le C.R.E.F., Centre de Recherchedes EvénementsFuturs dont les statuts sont encore imprécis, compte tenu de la suspicion des syndicats. - Le B.I.R.G., Bureau Interplanétairedes RecherchesGéophysiques, qui a l'honnêteté de reconnaître ses doutes et ses contradictions. On doit renoncer à citer ici les prophètes (vrais ou faux), astrologues, graffitologues,journalistes, politologues et poètes, dont les écrits, les discours et les chansons ont souvent tenté d'éclairer les temps présents et à venir de l'humanité.

MERCI D'AVOIR LU CES LIGNES

A Hufuff Obofrond, philosophe et ornithologue, auquel nous sommes nombreux à devoir tant de JOles.

PROLOGUE

Si toute l'aventure humaine n'avait duré qu'une année, la période historique (n'aurait duré) que 14 heures... Jacques PERNAUD-ORLIAC, Petit Guide de la Préhistoire,1997.

Il était une fois l'histoire très véridique, très ancienne autant que très future, de Illel, de Godeleine, de Josse, et de J aïe aussi. C'était en ce temps que l'on avait appelé le Moyen Age, quand la petite Europe croyait que Jérusalem était au cœur du monde et la terre au centre de l'univers, quand on avait oublié que la terre était peut-être ronde et bougeait dans l'espace, lorsqu'on situait Trébizonde en Terre Sainte et la Chine tout au fond du grand océan occidental, en ce temps où les prairies des Alpes étaient couvertes de troUes et de narcisses au printemps (et donc lorsqu'il y avait encore des saisons), quand aucune terre ne s'appelait l'Amérique et qu'une certaine Etoile du Sud ne relayait pas, quelque part, l'Etoile Polaire pour les marins du Nord perdus-éperdus, quand on ne connaissait ni Jean-Sébastien Bach ni le jazz, mais sûrement quelque ancêtre du RAP,

comme il sera une fois encore Illel, et Godeleine, Jaïe toujours, et Josse, en un temps du Nouvel Age, quand on ne saura sans doute plus bien distinguer les hommes des femmes, ni les bêtes des humains, ni les terres des mers ni les jours des nuits, pas plus que le bien du mal (ce que l'on appelait encore au XXème siècle le bien et le mal). TI était une fois des falaises et un port que l'on avait appelé Boulogne-sur-Mer, et la lumière des matins qui se levait sur les collines, à l'est, quand la nuit disparaissait et que déjà se hâtaient dans les rues les marins du Portel, d'Equihen et d'Audresselles, comme il sera une fois, non loin de l'ancien port de Boulogne, des falaises effondrées, des aurores surgies de la mer, à l'ouest, des sables noirs et des ciels sans oiseaux, et de l'autre côté de l'eau, une île que l'on avait appelée Terre des Angles (ou quelque chose comme ça, mais quand, et pourquoi ?), quand les hommes se retrouveront seuls sur une terre froide (ou brûlante ?), tremblanteet nue, ruine où eux-mêmes tomberont en ruine, rejoignant enfm d'impalpables poussières de lumière, éclats étoilés de roses et de pieds d'alouette sans couleur aucune, cendres animales des millénaires engloutis, ambres excrémentielles des cachalots morts, quand il n'y aura plus de vents et que l'air ne sera plus transpercé du cri des cormorans et du hurlement des hommes et que depuis longtemps (mais «longtemps» ne signifiera plus rien), les guerres, les mépris, les injustices et les haines auront cessé, et que la terre et le ciel et la vie et la mort, et les hommes et les femmes et les bêtes ne seront plus séparés.

12

I

Une brume d'été couvre la mer, l'horizon marin n'existe plus, ce n'est pas une brume, c'est un brouillard, la mer monte mais l'on n'entend pas le bruit des vagues qui retombent sur le sable. On est en 1339, la Guerre que l'on dira de Cent ans est commencée. Dans le petit port des Tintelleries, au débouché du Val Saint-Martin et du ruisseau de Beaurep aire, quelques hommes hésitent: depuis l'aube fragile, à peine perceptible, de ce matin-là, depuis que le dernier battement de cloche leur est parvenu, tellement étouffé qu'un seul d'entre eux l'a entendu - et a prévenu les autres - depuis que l'officier comtal est venu leur parler du message envoyé par le guetteur de Saint-Jean-Baptiste, à Berck, transmis par le guetteur de Saint-Saulve de Montreuil et par un cavalier qui s'était égaré dans le brouillard, depuis que l'on sait que des bateaux qui ne sont pas de pêche croisent au large, Jehan, Wuillaume, Tassart et Thumas hésitent à appareiller. Au sommet du beffroi la corne du guetteur de Boulogne n'a pas retenti mais de là-haut, avec ce brouillard, peut-on voir un ennemi approcher? Mahieu Papperoche et Hannequin de Lattre, carpentiers, Leurens

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.