Star Wars - Allégeance

De
Publié par


Retrouvez tout l'univers Star Wars "légendes" chez 12-21, l'éditeur numérique !


L'Empire poursuit sa lutte contre les membres de l'Alliance rebelle, n'hésitant pas à sacrifier nombre d'innocents, pour parvenir à ses fins. Quatre soldats, écœurés par les massacres auxquels ils ont participé, décident de déserter l'armée impériale. Dans leur fuite, ils rencontrent Han Solo, Chewbacca et le jeune Luke Skywalker, avec qui ils s'allient pour tenter de délivrer la princesse Leia, cachée sur le territoire des forces du Mal. Mais les soldats dissidents parviendront-ils, le moment venu, à se battre contre leurs anciens compagnons ? Et ces intrépides combattants réussiront-ils à échapper à Mara Jade Claria, éminent agent de l'Empire recruté par le chancelier Palpatine, grand rival de Dark Vador ?





Publié le : jeudi 14 avril 2016
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782823844450
Nombre de pages : 260
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture

image

TIMOTHY ZAHN

ALLÉGEANCE

LE CYCLE DE STAR WARS
DANS L’ORDRE CHRONOLOGIQUE DE L’HISTOIRE

AN –1020

85

Dark Bane : La voie de la destruction

Drew Karpyshyn

AN –32

521

Vent de trahison

James Luceno

51

Dark Maul : l’ombre du chasseur

Michael Reaves

22

Épisode I : La Menace fantôme

Terry Brooks

AN –29

43

Planète rebelle

Greg Bear

AN –27

84

Vol vers l’infini

Timothy Zahn

AN –22

83

Tempête intergalactique

Alan Dean Foster

49

Épisode II : L’Attaque des Clones

R.A. Salvatore

73

Contact zéro

Karen Traviss

AN –21

70

Point de rupture

Matthew Stover

82

Triple Zéro

Karen Travis

AN –20

 

 

71

72

MEDSTAR

Steve Perry, Michael Reaves

1. Chirurgiens de l’espace

2. Guérisseuse Jedi

74

L’Épreuve du Jedi

David Sherman et Dan Cragg

80

Yoda : Sombre rencontre

Sean Stewart

AN –19

81

Le Labyrinthe du mal

James Luceno

68

Épisode III : La Revanche des Sith

79

Dark Lord : L’Ascension de Dark Vader

James Luceno

 

 

AN –10

AN –5

AN –1

 

 

31

32

34

La Trilogie de Yan Solo

A.C. Crispin

1. Le Coup du Paradis

2. Le Gambit du Hutt

3. L’Aube de la Rébellion

AN –2

 

 

66

67

69

Les Aventures de Yan Solo

Brian Daley

1. Yan Solo au Bagne des Étoiles

2. La Revanche de Yan Solo

Yan Solo et le trésor de Xim

AN 0

1

Épisode IV : La Guerre des Étoiles

George Lucas

AN 3

2

Épisode V : L’Empire contre-attaque

Donald F. Glut

11

Les Ombres de l’Empire

Steve Perry

AN 4

3

Épisode VI : Le Retour du Jedi

James Kahn

 

 

36

37

38

La Guerre des Chasseurs de Primes

K.W. Jeter

1. L’Armure mandalorienne

2. Le Vaisseau Esclave

3. Une encombrante cargaison

15

Trêve à Bakura

Kathy Tyers

ANS 6 & 7

 

 

 

 

 

ANS 6 & 7

 

 

7

8

9

10

 

28

30

42

Les X-Wings

Michael A. Stackpole

1. L’Escadron Rogue

2. Le Jeu de la mort

3. Un piège nommé Krytos

4. La Guerre du bacta

Aaron Allston

5. L’Escadron Spectre

6. Le Poing d’Acier

7. Aux commandes : Yan Solo !

AN 8

 

AN 9

25

 

 

 

12

13

14

Le Mariage de la princesse Leia

Dave Wolverton

La Croisade noire du Jedi fou

Timothy Zahn

1. L’Héritier de l’Empire

2. La Bataille des Jedi

3. L’Ultime Commandement

 

 

44

Les X-Wings

Michael A. Stackpole

8. La Vengeance d’Isard

AN 11

 

 

54

55

Moi, un Jedi

Michael A. Stackpole

1. Mirax a disparu

2. L’Héritage de Corran Horn

 

 

16

17

18

L’Académie Jedi

Kevin J. Anderson

1. La Quête des Jedi

2. Sombre disciple

3. Les Champions de la Force

ANS 12 & 13

23

Les Enfants du Jedi

Barbara Hambly

24

Le Sabre noir

Kevin J. Anderson

29

La Planète du crépuscule

Barbara Hambly

 

 

53

Les X-Wings

Aaron Allston

9. Les Chasseurs stellaires d’Adumar

AN 14

26

L’Étoile de Cristal

Vonda McIntyre

ANS 16 & 17

 

 

4

5

6

La Crise de la Flotte noire

Michael P. Kube McDowell

1. La tempête approche

2. Le Bouclier furtif

3. Le Défi du tyran

AN 17

 

AN 18

27

 

 

 

19

20

21

La Nouvelle Rébellion

Kristine Kathryn Rusch

La Trilogie corellienne

Roger MacBride Allen

1. Traquenard sur Corellia

2. Assaut sur Selonia

3. Bras de fer sur Centerpoint

AN 19

 

 

33

35

La Main de Thrawn

Timothy Zahn

1. Le Spectre du passé

2. Vision du futur

AN 25

 

39

Le Nouvel Ordre Jedi

1. Vecteur Prime

R.A. Salvatore

 

 

40

41

2. La Marée des Ténèbres

Michael A. Stackpole

I. Assaut

II. Naufrage

AN 25

 

 

45

46

3. Les Agents du Chaos

James Luceno

I. La Colère du Héros

II. L’Éclipse des Jedi

AN 26

47

4. Point d’équilibre

Kathy Tyers

 

 

48

50

5. L’Aurore de la victoire

Greg Keyes

I. Conquête

II. Renaissance

AN 27

56

6. Étoile après étoile

Troy Denning

57

7. Sombre voyage

Elaine Cunningham

 

 

58

59

8. Derrière les lignes ennemies

Aaron Allston

I. Le Rêve rebelle

II. La Résistance rebelle

60

9. Le Traître

Matthew Stover

AN 28

61

10. La Voie du destin

Walter Jon Williams

 

 

62

63

64

65

11. L’Hérétique de la Force

Sean Williams et Shane Dix

I. Les Vestiges de l’Empire

II. Les Réfugiés

III. Réunion

12. L’Ultime Prophétie

Greg Keyes

AN 29

75

La Force unifiée

James Luceno

AN 35

 

 

AN 36

 

 

76

77

78

Nid obscur

Troy Denning

1. Le Roi des Affiliés

2. Le Secret des Killik

3. La Guerre de l’essaim


1. Ordre chronologique des parutions au Fleuve Noir

En souvenir de Katie,
et pour ses sœurs Allie et Emily,
pour leur amour, leur courage et leur force.

Chapitre premier

Le destroyer stellaire impérial Représailles glissait silencieusement à travers l’espace, se préparant à entrer en action contre les forces rebelles qui menaçaient de déchirer la galaxie.

Debout sur le pont, les mains croisées dans le dos, le capitaine Kendal Ozzel regardait la planète Teardrop avec un mélange d’anticipation et d’amertume. D’après ce qu’on lui avait dit, elle n’était qu’un nid de serpents grouillant de contrebandiers, de pirates de troisième zone et autres rebuts de la société. Si on lui avait confié le commandement de l’Étoile de la Mort à la place de cet imbécile de Tarkin, il aurait choisi Teardrop plutôt qu’Alderaan pour essayer la nouvelle arme impériale, se disait-il.

Mais cela n’avait pas été le cas, et aujourd’hui, l’Étoile de la Mort et Tarkin avaient été détruits, réduits en poussière autour de Yavin 4. En cet instant terrible, l’Alliance Rebelle était passée du statut de simple nuisance à celui d’ennemie jurée.

Le Centre Impérial avait riposté. Moins de trois jours plus tôt, ils avaient reçu l’ordre de ne montrer aucune pitié envers les Rebelles et leurs sympathisants.

Non qu’Ozzel ait jamais fait cela. Éliminer les Rebelles et ceux qui les aidaient était devenu le moyen le plus sûr et le plus rapide d’obtenir une place au soleil dans la flotte impériale. Peut-être même d’accéder au grade d’amiral.

— Où en sommes-nous ? demanda-t-il.

— Quarante-sept minutes standard avant d’arriver en orbite, Monsieur, répondit le navigateur.

Ozzel hocha la tête.

— Ouvrez l’œil. Personne ne doit décoller de cette planète. (Il posa un regard noir sur le disque à peine visible.) Non, personne, répéta-t-il entre ses dents.

 

— Luke ? appela Yan Solo du cockpit du Faucon Millenium. Allez, petit, dépêche ! On est pressé !

— Ils sont à bord ! répondit la voix de Luke Skywalker, à l’arrière. La rampe est scellée !

Bien sûr, Yan le savait. Son tableau de bord le lui avait indiqué. Si le petit voulait être des leurs, il allait devoir apprendre à ne pas polluer l’atmosphère avec des remarques inutiles.

— Allez, Chewie. On se casse.

À côté de lui, Chewbacca lâcha un grognement et le Faucon prit son envol en douceur.

Mais peut-être pas sans heurt, car Yan entendit quelques exclamations étouffées et pas moins indignées. Levant les yeux au ciel, il mit les moteurs subluminiques en marche.

— C’est vraiment la dernière fois que nous prenons des passagers, dit-il à son partenaire.

La réponse de Chewbacca fut un tantinet irrespectueuse.

— Non, je t’assure, insista Yan. À partir de maintenant, s’ils ne paient pas, ils restent à terre.

Des pas se firent entendre dans son dos, et en jetant un coup d’œil par-dessus son épaule, il vit Luke se laisser tomber dans le siège derrière le Wookie.

— Ils sont bien installés, annonça-t-il.

— Parfait, lâcha Yan, sarcastique. Dès que nous aurons décollé, j’irai prendre leur commande.

— Oh, je t’en prie, fit Luke. Si tu trouves ceux-là pénibles, heureusement que tu n’as pas rencontré ceux des premiers transports. Ce ne sont que des techniciens chargés d’emballer les derniers équipements.

Yan grimaça. Les caisses se trouvaient en ce moment même dans les cales du Faucon, ne laissant aucune place pour une potentielle cargaison payante qu’il aurait pu découvrir sur le chemin en direction de leur point de rendez-vous. Encore une course avec zéro bénéfice, comme toutes celles qu’il avait faites pour Luke et ses nouveaux amis de l’Alliance Rebelle.

— Ouais, bon, j’ai connu des tas de techs inutiles, bougonna-t-il.

Il attendait que Luke intervienne pour prendre leur défense quand un tir de laser ricocha sur leur déflecteur arrière.

— Nom de… gronda-t-il, engageant le Faucon dans une vrille serrée.

Sa manœuvre impulsive instinctive leur sauva probablement la vie. Un autre rayon, venant d’une direction différente, traversa l’espace qu’ils venaient de quitter. Yan dégagea de nouveau son vaisseau, espérant que leurs passagers étaient toujours attachés. Puis il jeta un coup d’œil sur l’écran.

Une demi-douzaine d’appareils de toutes tailles leur filaient le train.

— Des pirates, annonça-t-il aux autres, en augmentant la puissance des moteurs et en levant le nez du Faucon.

Affronter ce genre de lascars dans le puits de gravité d’une planète – sans couverture ni aucune chance de se réfugier dans l’hyperespace – était sans doute la pire situation que puisse affronter un pilote.

Et le Faucon ne pouvait pas échapper à autant d’ennemis indéfiniment.

— À toi de jouer, Chewie ! Emmène-nous loin d’ici, dit-il en se détachant. Viens, petit, ajouta-t-il à l’adresse de Luke.

Ce dernier courait déjà dans le couloir. Yan lui emboîta le pas et passa devant leurs hôtes entassés comme des sardines. Il vit le petit attraper l’échelle menant à la tourelle dorsale.

— Capitaine ! appela l’un des techniciens.

— Plus tard ! répondit-il, en se laissant glisser dans le poste de tir inférieur, puis tomber dans le fauteuil.

Vue de là, la situation semblait encore pire que du poste de pilotage. Une seconde vague s’était jointe à la première et, déployée autour, tirait sur le Faucon, formant un cylindre de rayons. Les pirates espéraient ainsi coincer leur proie, la rendant plus facile à attraper pour leurs amis.

Eh bien, ils allaient être surpris. Yan enclencha les quadrilasers d’une main, attrapa le casque de l’autre et le mit sur sa tête.

— Luke ?

— Présent. Tu as une stratégie ou bien nous tirons sur le plus gros pour voir combien de temps ça prend de le réduire en miettes ?

Yan fronça les sourcils et attrapa la manette – il venait d’avoir une drôle d’idée. Le positionnement du second groupe…

— Occupe-toi du gros, moi je fais dans la dentelle.

Pour toute réponse, Luke tira dans la proue de l’appareil de tête, qui vira brutalement de bord. Son pilote devait être ébahi par leur puissance de feu, mais il se reprit très vite et toute la formation resserra les rangs, pour que les boucliers se recouvrent les uns les autres. Yan attendit, anticipant la prochaine manœuvre des pirates, et son tableau de contrôle lui apprit bientôt qu’ils avaient renforcé leur protection à l’avant. Au détriment de l’arrière.

Parfait.

— Plonge, Chewie, ordonna-t-il dans l’intercom.

Le Faucon répondit au quart de tour, et durant une seconde, le deuxième groupe se montra à découvert sous le premier. Yan était prêt. Il tira deux coups successifs qui frappèrent le plus gros des vaisseaux, détruisant son système de direction. Le pilote en perdit le contrôle, et le laser destiné aux fuyards frappa de plein fouet les proues de la première escadrille.

Yan n’en avait pas espéré moins. Deux des plus petits appareils furent projetés hors de leurs trajectoires et explosèrent. Le premier ricocha sur un autre avant d’être réduit en poussière et le second alla s’encastrer dans l’un de ses camarades. Luke en profita pour pulvériser un des vaisseaux de tête.

Mais au même instant, à la grande surprise de Yan, le Faucon décrivit un arc le ramenant vers la planète.

— Chewie ! aboya-t-il. Au nom de…

Le Wookie gronda un avertissement. Fronçant les sourcils, Yan tourna la tête et aperçut un destroyer stellaire impérial.

— Yan, haleta Luke.

— J’ai vu, répondit-il, l’esprit en ébullition.

La cellule rebelle était partie juste à temps. Sauf la demi-douzaine de membres confortablement installés deux mètres au-dessus de lui. Et si les Impériaux les trouvaient là…

Puis son cerveau se remit à fonctionner et il comprit la manœuvre de Chewbacca.

— Luke, coupe tout !

Et il suivit son propre conseil – si les Impériaux les passaient au scanner, il fallait les empêcher de découvrir l’étendue de l’armement du Faucon.

— Chewie, mets-moi en contact avec le sol.

Il y eut un clic !

— Mayday ! cria-t-il avec une inflexion désespérée dans la voix. Cargo en approche, Argos demande l’assistance des défenses de la planète !

Bien sûr, nul ne lui répondit. La majorité des résidents de Teardrop étaient plutôt louches, et Yan doutait qu’ils possèdent une force défensive. Mais il s’en fichait, car tout ce qui l’intéressait…

— Cargo Argos, vos intentions et la raison de votre SOS, ordonna une voix stricte.

— Équipe médicale de Briston en route pour l’île de Por’ste après le tremblement de terre, répondit-il.

Derrière le Faucon, il vit les vaisseaux pirates se remettre en formation. Apparemment, ils n’avaient pas conscience qu’il y avait un nouveau joueur dans la partie.

— Bien reçu, Argos. Maintenez votre cap.

— Mais si je fais ça…

Il n’eut pas le temps de terminer sa protestation. Deux énormes turbolasers verts fendirent l’espace en direction des ennemis qui se regroupaient, en détruisant quatre d’un coup.

Cette fois, les pirates comprirent le message et se dispersèrent pour se réfugier dans l’hyperespace ou sur la planète. Mais tous échouèrent. Le destroyer les cueillit l’un après l’autre jusqu’à ce qu’il ne restât plus que le Faucon.

— Et maintenant ? demanda Luke.

Yan ne savait pas quoi répondre.

— Merci, Capitaine, dit-il. Content de voir que l’Empire prend le problème des pirates à cœur.

— De rien, Argos, répondit une nouvelle voix. Maintenant faites demi-tour et rentrez chez vous.

— Quoi ? fit Yan, d’un ton à la fois incrédule et outragé. Mais, Capitaine…

— C’est un ordre, Argos, coupa l’autre. Teardrop est désormais zone interdite. Retournez sur Briston et attendez la levée de l’interdiction impériale.

— Compris, soupira Yan, veillant à garder une expression neutre.

Parfois, certaines personnes pouvaient deviner un sourire satisfait. Et l’Impérial n’était pas assez intuitif ou intelligent pour cela évidemment.

— Vous avez entendu, pilote, continua-t-il. Ramenez-nous à notre point de départ.

— Encore merci, Capitaine.

Il remonta de la station de tir.

— Capitaine Solo, j’exige de savoir ce qui se passe, ordonna l’un des passagers avec raideur alors qu’il passait devant eux pour rejoindre le cockpit.

— Nous vous conduisons au point de rendez-vous, répondit Yan, prenant son air le plus innocent. Pourquoi ?

Sans laisser le temps au technicien de recouvrer son aplomb, il avait disparu.

Chewbacca les avait amenés loin du puits de gravité de Teardrop quand Yan regagna son siège.

— Bien joué, Chewie, dit-il en demandant un rapport sur les dégâts causés par l’attaque.

Celle-ci avait provoqué quelques bosses et éraflures supplémentaires à l’arrière, mais il y en avait déjà tellement que personne ne verrait la différence.

— C’est bon d’obéir à un ordre impérial, pour changer.

— Il a vraiment avalé ça ? s’étonna Luke en entrant dans le poste de pilotage.

Il se pencha par-dessus l’épaule de Yan pour regarder le destroyer stellaire.

— Pourquoi pas ? Il nous a vus nous diriger vers la planète, et nous lui avons assuré que nous voulions y atterrir. Parfois, il faut simplement aider les gens à croire ce qu’on veut.

— Je suppose, fit Luke, qui ne semblait pas convaincu. Ils auraient pu nous aborder.

— Aucun risque, rétorqua Yan. Ce n’est pas parce qu’ils paradent en uniforme qu’ils sont intelligents. Ils sont venus ici pour capturer des Rebelles, pas inspecter des cargos. Quand Chewie nous a orientés vers la planète, il n’y avait qu’un risque – que le capitaine ait envie de mettre ses tireurs à l’épreuve.

— Ils ne sauront jamais ce qu’ils viennent de manquer, murmura le gamin avant d’aller s’asseoir. Quelle chance que vous deux soyez de notre côté !

Yan le regarda par-dessus son épaule, mais Luke était concentré sur l’écran devant lui. Le contrebandier se tourna vers Chewbacca et réalisa que le Wookie l’observait de biais.

— Quoi ? demanda-t-il.

L’autre se contenta de hausser ses épaules massives en se concentrant sur le tableau de bord. Yan jeta un autre coup d’œil vers le Jedi, qui avait manifestement raté leur échange. Puis il se remit au travail, un goût amer dans la bouche. Notre côté, autrement dit celui de Luke. Et celui de la princesse Leia Organa, et du général Rieekan, et probablement de toute la maudite Alliance Rebelle.

Le problème, c’était que Yan ne voyait pas à quel moment il avait embrassé la cause de la Rébellion.

D’accord, il avait abattu ces chasseurs TIE pour aider Luke au cours de la bataille de Yavin. Mais il avait fait ça pour le petit, et peut-être aussi pour rendre à l’Empire la monnaie de sa pièce. Il l’avait traîné à bord de l’Étoile Noire, et ses soldats avaient posé leurs pieds crasseux à bord du Faucon.

Mais cela ne voulait pas dire qu’il s’était rallié à la Grande Cause.

Chewbacca était pour, évidemment. Son histoire personnelle, en plus de la manière dont son peuple était traité, avait fait naître en lui une haine profonde à l’égard de l’Empire. Il s’engagerait dans la Rébellion à la seconde, si Yan était d’accord.

Mais ce dernier refusait de laisser la passion d’un autre gouverner sa vie. Et ça valait pour Chewie, aussi bien que pour Luke.

Le destroyer stellaire se mettait en orbite quand le Faucon sauta dans l’hyperespace.

 

Après une dernière explosion davantage ressentie qu’audible, les turbolasers du Représailles se turent.

À bord du transport de troupe numéro trois, Daric LaRone monta le son de ses oreillettes, en se demandant si la bataille continuait. Mais il n’entendit rien, et baissa le volume.

— Je me demande ce que c’était, dit-il.

À côté de lui, Saberan Marcross haussa les épaules, faisant craquer son armure.

— Les Rebelles ont peut-être essayé de se tirer.

— Dans ce cas, ils ne sont pas allés loin, commenta Taxtro Grave, changeant sa prise sur son long BlasTech T-28.

— Il faut voir le bon côté des choses, fit John Quiller. S’ils sont morts, l’opération sera annulée et on nous enverra peut-être dans un endroit plus calme.

— Je ne veux plus rien entendre ! aboya une voix autoritaire, à l’avant.

— Oui, Monsieur, répondit Marcross.

LaRone se pencha un peu pour regarder l’officier assis près du lieutenant Colf. Les barrettes sur sa poitrine indiquaient son grade de major. Mais LaRone ne l’avait jamais vu auparavant.

— Qui est-ce ? demanda-t-il à voix basse.

— Le major Drelfin, murmura Marcross. BSI.

LaRone se rassit, un frisson lui parcourant l’échine. Le Bureau de Sécurité Impériale formait l’équipe la plus brutale dont disposait l’Empereur.

— Que fait-il à bord du Représailles ?

— Quelqu’un a dû décider que nous avions besoin d’aide, dit Marcross.

Il avait pris soin d’adopter un ton neutre, mais LaRone le connaissait suffisamment pour y discerner du mépris.

— Des membres du BSI sont à bord pour diriger l’assaut.

LaRone grimaça.

— Je vois, fit-il.

Un signal d’avertissement retentit.

— Départ dans cinq minutes.

LaRone regarda Quiller et remarqua qu’il se tortillait un peu. Comme tous les bons pilotes, Quiller était un très mauvais passager.

— Du calme, murmura-t-il.

Quiller inclina légèrement la tête, et LaRone sourit à l’idée de l’expression à la fois patiente et tendue que devait cacher son masque anonyme blanc.

Soudain, la banquette sembla tomber sous lui – le vaisseau était parti.

Le sourire de LaRone s’effaça quand il songea au jour – dix années standard plus tôt – où le recruteur de l’Empire s’était installé sur Copperline. Il se vit au milieu des autres adolescents agglutinés autour du stand, ébloui par l’exposé du soldat. Cette image le laissait avec une seule pensée en tête – il avait trouvé le moyen de quitter le monde où il était né.

Mais dans son rêve tout éveillé, LaRone s’entendit répondre « non » à la question.

Au début, il avait cru en l’Empire. Vraiment. Il avait dix ans quand la flotte et l’infanterie avaient débarqué en force pour débarrasser Copperline des pirates qui l’infestaient. Huit ans plus tard, il avait sauté sur l’occasion de se joindre à cette noble armée. Trois ans après, il ne s’était plus senti de joie quand on lui avait proposé d’appartenir aux troupes d’élite, suant sang et eau pour se rendre digne de cet honneur.

Pendant six ans, tout s’était bien passé. Il avait servi avec son cœur et combattu contre les forces du mal et du chaos qui menaçaient de détruire le Nouvel Ordre de l’Empereur Palpatine. Et il s’était rendu digne de sa charge – ou du moins ses supérieurs l’avaient-ils pensé.

Car pour LaRone, les récompenses et les distinctions ne signifiaient rien. Il portait l’armure blanche et il sortait du lot. C’était tout ce qui comptait.

Puis il y avait eu Elriss, où les habitants d’une ville tout entière étaient restés six heures durant sous une pluie battante pour un double – puis triple – contrôle d’identité. Et après ça, Bompreil, et toutes ces victimes civiles pour déraciner une seule cellule rebelle.

Et enfin, Alderaan.

LaRone remua, mal à l’aise. Les détails n’étaient toujours pas clairs, mais les rapports officiels disaient qu’un centre des forces rebelles avait occupé la planète. Elle avait été détruite lorsqu’elle avait refusé de remettre les traîtres aux autorités.

LaRone comprenait les motivations de l’Empire. Les Rebelles étaient de plus en plus puissants, audacieux et même dangereux. Il fallait les arrêter avant qu’ils n’anéantissent tout ce que l’Empereur avait créé et entraînent la galaxie dans le chaos qui avait régné à l’époque de la Guerre des Clones.

Mais tous les habitants de la planète n’avaient pas forcément rallié la cause des Rebelles, n’est-ce pas ?

Puis des rumeurs avaient circulé. Certaines prétendaient qu’Alderaan n’avait jamais été une base rebelle, mais une simple cible pour tester la nouvelle arme de l’Empire, l’Étoile de la Mort. D’autres laissaient entendre que le Grand Moff Tarkin, le commandant limite psychotique de ladite Étoile de la Mort, avait tué des milliards de personnes parce qu’il avait un compte personnel à régler avec Bail Organa.

Mais la raison importait peu. Le fait était que l’offensive lancée contre Alderaan n’avait rien eu à voir avec une quelconque provocation des Rebelles.

Quelque chose clochait dans l’Empire que LaRone servait si bien, depuis si longtemps.

Et LaRone se sentait coincé au milieu de tout cela.

— Arrivée dans trois minutes, annonça le major Drelfin. Préparez-vous à vous déployer.

LaRone inspira profondément, pour chasser ses doutes. Il était un bon soldat de choc et il ferait son devoir. Parce que c’était tout ce qui comptait.

 

La première des navettes s’arrêta, planant à deux mètres au-dessus du sol. Alors que les rampes se déployaient, Korlo Brightwater mit les gaz et sa motojet Aratech 74-Z rugit dans le soleil de l’après-midi.

— TBR Quatre-sept-neuf, reculez, dit la voix acide de son commandant, le lieutenant Natrom. Tout le monde en Formation de Recherche Jehth.

— Quatre-sept-neuf, bien reçu, répondit Brightwater, regardant autour de lui alors qu’il faisait demi-tour pour rejoindre ses camarades.

Ils étaient dans des collines boisées, à quelques centaines de mètres des abords de la ville. Après avoir allumé les senseurs de son casque, il scanna rapidement les alentours. Il ne décela aucune activité, ce qui éveilla ses soupçons. Il y avait une aire de pique-nique, plusieurs chemins de promenade, et une demi-douzaine d’arbres savamment plantés au cours des ans pour que les enfants puissent y grimper. Des autochtones auraient dû venir se promener dans le coin par une si belle journée…

Or, il ne releva pas la moindre présence. Apparemment, quelque chose retenait les habitants chez eux.

Comme la nouvelle d’un raid impérial ?

Brightwater secoua la tête, agacé. Ils étaient donc attendus. Et s’il y avait le moindre Rebelle sur cette planète, il avait pris la fuite depuis longtemps.

— Commandement, ici TBR Quatre-sept-neuf, appela-t-il. Aucune activité par ici. Nous sommes attendus. Je répète : nous sommes…

— Éclaireurs, sécurisez le périmètre, ordonna une voix qui ne lui était pas familière.

Brightwater fronça les sourcils.

— Commandement, me recevez-vous ? J’ai dit que…

— TBR Quatre-sept-neuf, tenez-vous-en aux remarques d’ordre tactique. Transports, vous pouvez approcher.

Brightwater tendit le cou. Les navettes qui amenaient les soldats de l’Empire descendaient vers le sol tels de gros oiseaux prêts à frapper.

Sauf qu’il n’y avait pas de proie.

Un mouvement attira son regard et il se tourna vers son équipier, Tibren, qui se rangeait à côté de lui. Brightwater leva la main pour l’interroger, et l’autre secoua la tête en signe d’avertissement.

Brightwater se rembrunit, mais Tibren avait raison. L’idiot qui dirigeait l’opération était soit trop borné soit trop stupide pour entendre raison. Ils allaient donc poursuivre et aborder tout cela comme un simple exercice. Il opina du chef à l’intention de son camarade et alla prendre son poste.

Quand les éclaireurs furent tous en position, les navettes étaient en bas et pointaient leur lourd armement sur les maisons basses. Des hommes sortaient des ventres des vaisseaux. Gardant sa motojet en mouvement, Brightwater les regarda former un double cercle et commencer à se diriger vers les habitations. Tout se passait à merveille, pour changer. Dommage qu’il ne restât pas un Rebelle pour en profiter.

Les soldats et leurs officiers disparurent entre les constructions, et Brightwater se tourna vers la zone à l’extérieur de leur périmètre. Les Rebelles avaient sans aucun doute quitté la planète, mais certaines cellules plus audacieuses que d’autres restaient parfois pour tendre une embuscade aux Impériaux.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.