Sur la route du réel

De
Publié par

Ce texte oscille entre narration du fantastique et observations humanistes des êtres. Ceux-ci déclinent la dualité des hommes entre leurs rêves et leur vie parmi les autres. Une histoire dont le présumé irréel s'entrelace constamment à la réalité. Il s'agit d'abord d'un roman : donc d'une histoire universelle.
Publié le : lundi 8 juin 2015
Lecture(s) : 25
EAN13 : 9791030900255
Nombre de pages : 156
Prix de location à la page : 0,0082€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Béatrix Ulysse
Sur la route du réel
Sur la route du réel
Littératures
Daniel Cohen éditeur www.editionsorizons.fr
Littératures, collectiondirigéepar Daniel Cohen
Littératuresest une collection ouverte àl’écrire, quelle qu’en soit laforme: roman, récit, nouvelles, autofiction, journal ; démarche éditoriale aussi vieille que l’édition elle-même. S’il est difficile de blâmer les ténors de celle-ci d’avoir eu le goût des genres qui lui ont rallié un large public, il reste que, prescripteurs ici, concepteurs de la forme romanesque là, comptables de ces prescriptions et de ces conceptions ailleurs, ont, jusqu’à un degré cri-tique, asséché le vivier des talents. L’approche deLit-tératures, chez Orizons, estsimple— il eût été vain de l’indiquer en d’autrestemps: publier des auteurs qui, par leur force personnelle, leur attachement aux formes multiples du littéraire, ont eu le désir de faire partager leur expérience intérieure. Du texte dépouillé à l’écrit porté par le souffle de l’aventure mentale et physique, nous vénérons, entre tous les critères supposant déter-miner l’œuvre littéraire, le style. Flaubertécrivant: « J’estime par-dessus tout d’abord le style, et en-suite levrai» ; plus tard, le philosophe Alain professant : « c’est toujours le goût qui éclaire lejugement», ils savaient avoir raison contre nosdépérissements.Nous en faisons notre credo.
ISBN:979-10-309-0039-2 EAN:9791030900392 © Orizons, Paris,2015
Sur la route du réel
Dernières parutions dans lacollection
Patrick Denys,Épidaure,2012 Pierre Fréha,Nous irons voir la Tour Eiffel,2012Jean Gillibert,De la chair et des cendres,2012Jean Gillibert, Àcoups de théâtre,2012 Nicole Hatem,Surabondance,2012 Didier Mansuy,Facettes,2012 Didier Mansuy,Les Porteurs de feu,2012Lucette Mouline,L’Horreur parturiente,2012Lucette Mouline,Museum verbum,2012Bahjat Rizk,Monologues intérieurs,2012Dominique Rouche,Œdipele chien,2012Antoine de Vial,ObéiràGavrinis,2012.
Éric Colombo,Par où passe la lumière...,2013 Raymond Espinose,Lisières, Carnets2009-2012,2013 Henri Heinemann,Chants d’Opale,2013 Lucette Mouline,ZappingàNew York,2013 Antoine de Vial,Americadire,2013 Guy R. Vincent,Séceph l’Hispéen,2013.
Jean-Louis Delvolvé,Le gerfaut,2014 Toufic El-Khoury,Léthéapolis,2014 Gérard Laplace,La façon des Insulaires,2014 Andrée Montero,Le frère,2014 Laurent Peireire,Ostentation,2014 Michèle Ramond,Les saisons du jardin,2014 Michèle Ramond,Les rêveries de Madame Halley,2014.
Michel Arouimi,Quatre adieux,2015 Chantal Danjou,Les cueilleurs de pommes,2015 Henri Heinemann,L’Éternitépliée, Journal,Le Voya-geuréparpillé, tomeV,2015 Béatrix Ulysse,Sur la route du réel,2015
Béatrix Ulysse
Sur la route du réel
2015
Du même auteur
L'écho du corail perdu, Paris, Orizons,2009 Le Manuscrit de la Voie lactée, Paris, Orizons,2012.
Mémoires d’homme en voyage
e me dirige vers la chambre de ma grand-mère J et descends le lourd escalier de châtaignier pour me rendre au patio cueillir le peu de fraî-cheur offerte par l’été torride. À Polmadec, le vent souffle fort dans les voi-lages satinés des grandes baies, ouvertes sur l’ho-rizon marin. Il est tard ; la pénombre effleure l’eau de la fontaine. J’ai transmis les derniers feuillets du récit écrit par ma grand-mère, Lady Dickinson, à mon ami, Sir Mac Douglom, bibliothécaire du centre culturel du Septième Continent. Ce lieu reçoit tous les malades incurables des deux cents États de la planète. À Polmadec, le temps s’est arrêté, il y a un siècle. Un membre de ma famille s’était alors exta-
8BéatrixUlysse
sié devant cette merveilleuse bâtisse. Maintenant, je m’imprègne de son histoire en traversant les al-lées du parc. J’affectionne ce patrimoine de pierre. Derrière l’enceinte en fer forgé, s’étend mon monde quotidien. Seule héritière d’une lignée de Britanniques entichés de la Bretagne, à quarante ans, ma résolution est irréversible : je quitte le do-maine de Polmadec pour un très long voyage, loin de notre galaxie, peut-être sans retour. Qui connaîtra ce passé si je ne le dévoile pas ?
Mais, ce récit m’appartient-il vraiment ?
a grand-mère aurait pu être heurtée par M mon geste ; elle abhorrait les histrioniques, les exhibitionnistes. Loin de moi l’envie de livrer en pâture l’autre : mon seul désir est de partager ces vies d’hommes, ouvriers de la santé, combat-tants dunoma. Sir Mac Douglom en est le meil-leur exemple. Il apprécie l’intelligence humaine à laquelle il se dévoue corps et âme. En bon dé-fricheur de travaux féconds, il cultive de l’intérêt pour ce récit. Bien qu’il ait décelé quelque caractère tor-tueux dans sa forme narrative, son attrait pour ce que l’on appelle l’« esprit » est constant. Tech-nicien de la culture, il rend accessibles ses récits. Chaque mot est converti en film. Le récit, dont la durée est évaluée à deux heures, est une partition.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.