Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
On lit avec un ordinateur, une tablette ou son smartphone (streaming)
En savoir plus
ou
Achetez pour : 18,38 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Partagez cette publication

TA HAINE, MA PEUR
Écrire l®Afrique Collection dirigée par Denis Pryen
Dernièresparutions
Nacrita LEP-BIBOM,Tourbillons d’émotions, 2011. Eric DIBAS-FRANCK,Destins maudits, 2011. Zounga BONGOLO,L’arbre aux mille feuilles, 2011. Otitié Kiri,Comme il était au commencement, 2011. Mamadou SY TOUNKARA,Trouble à l'ordre public,2011. Liss KIHINDOU,L’expression du métissage dans la littérature africaine. Cheikh Hamidou Kane, Henri Lopes et Ahmadou Kourouma, 2011. Jacques ATANGANA ATANGANA,Les fourberies d'Essomba, 2011. Frédéric TRAORE,La guerre des pauvres et le destin de Hassan Guibrilou. La dent de l’aïeule, tomeIII, 2011. Frédéric TRAORE,Les affres de lenfer. La dent de laïeule, tome II, 2011. Frédéric TRAORE,Chassé-croisésur Fadougou. La dent de laïeule, tome I, 2011. Lulla Alain ILUNGA,La gestion du pouvoir, 2011. Esther GAUBERT,Brukina, rose du désert, 2011. er Marcel KING JO 1 ,Tina ou le drame de lespèce humaine, 2011. Aboubacar Eros SISSOKO,La Tourmente. Les aventures dun circoncis, 2011. Robert DUSSEY,Une comédie sous les tropiques, 2011. Alexis KALUNGA,Vivre lasile, 2011. Nenay QUANSOI,Souvenir dun jeune Africain en Guinée et en Tunisie, 2011. Nadine BARI et Laby CAMARA,LEnfant de Xéno, 2011. Aboubacar Eros SISSOKO,Une mort temporaire, 2011. Édouard Elvis BVOUMA,Lamère patrie. Nouvelles, 2011. Roger FODJO,Les Poubelles du palais, 2011. Jean FROGER,La Targuia, 2011. Pierre LACROIX,Au chevet de lAfrique deséléphants. Fable, 2010. Jeanne-Louise DJANGA,Le gâteau au foufou, 2010. Dina MAHOUNGOU,Agonies en Françafrique, 2010. Elise Nathalie NYEMB,La fille du paysan, 2010. Moussa RAMDE,Un enfant sous les armes et autres nouvelles, 2010. Raymond EPOTÉ,Le songe du fou, 2010. Jean René Ovono Mendame,La légende dÉbamba, 2010. Bernard N'KALOULOU,La Ronde des polygames, 2010. Réjean CÔTE,La réconciliation des mondes, A la source du Nil, 2010.
Patricia KIM
TA HAINE, MA PEUR
Roman
© L’HARMATTAN, 2011 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-56584-5 EAN : 9782296565845
A ma famille et particulièrement ma mère et ma sœur, mes premières lectrices, pour leur soutien constant et leur remarquable patience, et sans qui ce livre serait resté au fond d’un tiroir.
A mon meilleur ami, Emmanuel, pour son amitié continue, son incroyable humour et son soutien infaillible.
A deux drôles de dames, Fanny et Rachelle, pour leurs personnalités délirantes, leurs précieux encouragements et leur amitié constante. A nos aventures légendaires.
A Florian, l’un des premiers admirateurs d’Andréa.
A la famille Morcenx, mes chères parisiennes, pour leur amour de la vie, leur amour de Paris, et pour leur grain de folie. Et pour leur généreuse amitié qui m’est chère.
A toutes ces personnes sans qui ce livre n’auraient pas vu lejour.
1
ndréa était comme hypnotisée. Immobile devant lécran de son ordinateur, A elle lisait et relisait chaque mot avec attention. Qui pouvaitêtre lexpéditeur de cet e-mail ? Devait-elle y répondre ou lignorer ? Ignorer les insultes, la provocation, les menaces ? Difficile. Cétait la première fois quelle recevait un tel mail. Et elle était choquée. Choquée par la violence des mots, choquée par le poids des insultes, choquée par la haine qui lanimait. Elle ferma les yeux et tenta de rassembler ses idées mais une multitude de questions lui traversaient lesprit dont la plus fréquente était, qui,quipouvait nourrir autant de haine, qui pouvait lui en vouloiràce point ? Elle se mitàobserver son petit appartement, pensivement. En face delle, lécran noir de la télé lui renvoyait son reflet. A sa gauche, la table sur laquelle reposait lordinateur,àsa droite, dans langle, une petite bibliothèque. Elle passa les yeux sur la porte de sa chambre, sur celle de la salle de bains située justeàcôté, puis ils se posèrentàlopposé vers le bar américain qui séparait la petite cuisine du salon. Et enfin sur la porte dentrée. Cest alors quelle crut voir la poignée tourner. Elle se figea aussi soudainement que si elle sétait brûlée. Les yeux agrandis par la terreur, elle resta ainsi plusieurs secondes, immobile, attendant de voir la suite. Lorsquelle trouva assez de courage pour se lever, elle naurait su dire si une minute ou un quart dheure sétait écoulé. Elle se dirigea dun pas incertain vers la porte, et sen approcha suffisamment pour sassurer quelle était bien verrouillée, le loquet en place, tous les volets et fenêtres fermés. Soulagée, elle sadossaàla porte. Cest alors quelle entendit des pas étouffés séloigner derrière pour dévaler les escaliers. Dans un sursaut de témérité aveugle, elle se précipita vers la porte, louvritàla volée et se rua pieds nus vers la rambarde des escaliers et se pencha au-dessus. Elle eut juste le temps dapercevoir en bas une ombre qui filaitàtoute allure. Son cœur martelait si fort dans sa poitrine quelle dut sappuyer contre le mur pour rentrer chez elle. Elle verrouilla la porte et prit une minute pour souffler, laissant son regard errer dans la pièce. La surveillait-on ? Un frisson la parcourut et elle sempressa de penseràautre chose. Elle ne se laisserait pas intimider par un simple mail. Elle pouvait gérer cela toute seule.
9
Son regard se posa sur l’écran de l’ordinateur. Même du canapé, elle pouvait deviner les insultes, les injures. Elle se leva pour aller éteindre lappareil, elle voulait oublier le-mail pour ce soir et dormir paisiblement. Souris en main, elle allait effacer le message quand, presque malgré elle, ses yeux recroisèrent les trois mots qui le concluaient. Trois petits mots discrets mais effrayants :«Je te tuerai ».
10