Tiré du Néant

De
Publié par

Raphaël, jeune orphelin de 17 ans, va voir sa vie changer et va voyager vers une destinée inattendue. Ses rêves le troublent depuis plusieurs mois déjà. Quelque chose se prépare... Alors que d'étranges phénomènes se produisent en ville, Raphaël va rencontrer son destin. Happé dans le combat pour la survie de peuples inconnus, l'aventure le poussera aux frontières de l'imaginable, tout en découvrant la véritable histoire de sa vie.Une histoire d’amitié hors du commun, au pays de l’imaginaire. Vous êtes vous déjà demandés si tous nos rêves, toutes nos pensées prenaient vie quelque part ?
Publié le : jeudi 16 juin 2011
Lecture(s) : 158
EAN13 : 9782748189988
Nombre de pages : 205
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Tiré du Néant
Nicolas Di Meo
Tiré du Néant
Chaque chose que l'on imagine vient à exister quelque part
Science-fiction
Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2007 www.manuscrit.comISBN : 2-7481-8998-1 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748189988 (livre imprimé) ISBN : 2-7481-8999-X (livre numérique) ISBN 13 : 9782748189995 (livre numérique)
À ceux qui m’ont conseillé et qui m’ont inspiré.
Tiré du Néant
CHAPITREI : DU FOYER À LINCONNU
Il est 8 heures du matin. Mon réveil sonne, mais je ne l’entends pas. Je suis encore plongé dans ces rêves. Les mêmes qui m’ont hanté hier, avant-hier et toute cette semaine. Je n’en comprends pas le sens. Une voix chuchote le moment approche. J’arrive tout de même à ou-vrir les yeux et à dissiper mes songes. Tout juste après avoir éteint l’alarme de mon réveil, quel-qu’un frappe à ma porte. Quatre coups. Je re-connais la voix qui provient du couloir. C’est Valère mon meilleur ami qui vient me chercher pour que j’aille travailler. Je pose difficilement mes deux pieds à terre, le gauche avant le droit. J’espère que cela ne me portera pas malheur. – Juste le temps de me mettre quelque chose sur le dos et j’arrive, lui dis-je. Mes chaussettes sont encore disséminées l’une et l’autre aux deux extrémités de ma chambre exiguë. En soulevant mon T-shirt res-té par terre depuis hier au soir, quelque chose
9
Tiré du Néant
de lourd et de métal tombe sur le parquet. C’est une petite clé rouillée. Je me souviens vague-ment de la personne qui me l’a donnée hier soir. Je crois que c’était un homme passablement grand, d’âge mûr, avec une couleur d’yeux assez spéciale. Il avait un regard mi-vert et mi-argenté. Cette particularité semblait bien collée à son personnage. Je ne suis pas resté discuté avec lui, parce qu’il avait l’air cinglé. Il m’a dit que lui et moi étions de la même famille… et puis il me souhaita bonne chance et que le meil-leur gagne… un peu timbré le mec… – Raphaël, grouille-toi, Ève et Elena sont dé-jà à la grande salle, elles nous attendent, il s’y est passé quelque chose ! Je crois sentir de la tension dans sa voix à travers la porte. Jamais il ne perd son calme lé-gendaire sans raison. Il a dû se passer quelque chose d’important là-bas. Je vis ici, au foyer de l’église du Pardon, depuis bientôt cinq ans. J’y suis arrivé à douze ans, après l’accident. Chaque fois que le Père Rhèse reçoit des invités pour une cause chrétienne, nous devons aller net-toyer la grande salle restée en fouillis, le matin suivant. C’est en faisant des petites corvées que nous payons notre loyer. C’est certain que je m’en passerais volontiers. Mes amis et moi sommes arrivés ici tous ensemble. Nous avons perdu nos parents quasiment au même moment
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.