Tout faire pour te garder

De
Publié par

Très jeune, Alaa est possédé par le désir de vivre en France. Après une première expérience ratée à Paris, c'est à presque tentre ans qu'il s'installe finalement dans la ville de Poitiers à la faveur d'un stage. Il y rencontre Christelle, une jeune star de la télé régionale, avec qui il noue une amitié qui se transformera peu à peu en passion et marquera à jamais leur vie. Séparés durant dix longues années, quel sera leur destin ?
Publié le : mercredi 2 septembre 2015
Lecture(s) : 27
EAN13 : 9782336390505
Nombre de pages : 288
Prix de location à la page : 0,0135€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
SalemCHEIKH
Tout faire pour te garder Roman
/ Littérature
Rue des Écoles
Rue des Écoles
Le secteur « Rue des Écoles » est dédié à l’édition de travaux personnels, venus de tous horizons : historique, philosophique, politique, etc. Il accueille également des œuvres de fiction (romans) et des textes autobiographiques.
Déjà parus
Mirallès (Pierre),Hystérésis, récits, 2015. Aufan-Benazeth (Nicole),Les crapauds-buffles, nouvelles, 2015. Mottelay (Candice),La mer de mon père, récit, 2015. Chessex-Viguet (Christiane),Penser l’école, essai, 2015. Antoni (Petru),Le petit mousse d’Aboukir, roman, 2015. Thurmel (Thierry),La distance du corbeau, roman, 2015. Isabelle Guyon,Le Grain du Temps, récit, 2015.
De Beaucoudrey (Olivier),Hippo Valley, récit, 2015. Bestard (Gérard), Les tribulations d’un petit prof d’allemand, récit, 2015. Sezionale Basilicato (Isabelle),L’égide du papillon, roman, 2015 Wasselin (Julie),Couleur sépia, récits, 2015. Bekaert (Jacques),Le Vieux Marx, roman, 2015.

Ces douze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.harmattan.fr
TOUT FAIRE POUR TE GARDER
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Pariswww.harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-06982-1 EAN : 9782343069821
Salem CheikhTout faire pour te garderroman
Du même auteur Une histoire décalée,LȂHarmattan,ŘŖŗř.
I  Comme tous les enfants de sa génération, Alaa traversait les premiers temps de lȂindépendancedans lȂeuphorie des changements quiaffectaient une société, en pleine mutation. LȂécole ouvrait de larges espoirs à tous ces pauvres diables qui, il nȂy a pas longtemps, vivaient dans la misère et le délabrement. Tous aspiraient à finir leurs études pour postuler à lȂun des emplois offertspar les administrations et les entreprises, garantissant un revenu suffisant pour couvrir les besoins élémentaires de leurs familles, dépourvues du minimum vital. Alaa était bien conscient de son devoir, mais un travail sédentaire, contraignant et routinier était à lȂopposé de sa tendance naturelle à la liberté de mouvement. Contrairement à ses compagnons dȂétudes, son ambition nȂétait pas de devenir un scribouillard, mais dȂêtre acteur de cinéma. Il en avait attrapé le virus au ciné-club où il allait tous les dimanches, et aux salles de cinéma, quand il pouvait y aller, puis il sȂabonna aux revues spécialisées pour approfondir sa culture du 7ème art. Dans son entourage, on le considérait comme un utopique qui manque de réalisme. Un homme de sa condition nȂavait aucune chance dȂaccéder à ces métiers de prestige. CȂétait déjà une aubaine de parvenir un jour à gagner sa croûte à peu de frais. Mais Alaa nȂen avait cure. Il sȂobstinait à poursuivre son rêve impossible. Quand il eut dix-huit ans, lȂidée dȂallerà Paris pour sȂinscrire au cours de formation des acteurs, que 7
dispensait le Conservatoire Indépendant du Cinéma Français, devint obsessionnelle. A vingt ans, sa décision était prise dȂagir pour concrétiser son projet.Par un beau jour du mois dȂaoût de lȂannée ŗ9Ŝ, il se présenta à lȂembarquement, sous une chaleur caniculaire et aussi excité quȂun aventurier partant en Terre-Adélie. Au bout dȂune heure, il ne restait sur le quai que les parents et amis, venus faire leurs adieux à leurs proches, embarqués, comme lui, sur le rafiot en partance pour la cité phocéenne. Des coups de sirène retentirent, puis, la masse compacte du navire glissa lentement au milieu du chenal. En quelques minutes, le «Président Cazalet» atteignit sa vitesse de croisière, cinglant de toute sa puissance vers sa prochaine escale quȂil était prévu dȂatteindre en vingt-quatre heures de navigation. Alaa nȂavait pas les moyens de louer une cabine. Tout ce quȂil pouvait sȂoffrir, cȂétait une place en classe économique où il disposaitdȂune chaise longue, comme tous ces voyageurs infortunés, logés à la même enseigne. Mais lȂinconfort nȂétait, pour lui, quȂun inconvénient mineur, de loin moins pénible que le mal de mer quȂil sentait venir. Bien que descendant dȂune longue lignée de marins-pêcheurs, il nȂavait pas le pied marin, à lȂinverse de ses ancêtres, intrépides chevaliers de la mer, toujours en équilibre sur le pont dȂun bateau. Alaa était le seul, de sa famille, à souffrir de naupathie. Les quelques fois où il eut à voyager par mer, il sȂen souvenait comme dȂautant de cauchemars. Le temps de la 8
traversée, il le passait, affalé sur le tillac, en proie à dȂhorribles convulsions. Cette fois encore, les symptômes du malaise ne tardèrent pas à apparaitre. À peine sȂétait-il tassé sur sa chaise, que les signes avant-coureurs de la nausée se manifestèrent, soudainement, soulevant son cœur dȂune horrible sensation de dégoût. Il avait des difficultés à respirer dans cet espace clos, encombré de valises, de cartons, de cabas et autres sacs de voyage, empuanti, de surcroit, par les relents de gas-oil, les émanations fétides des latrines mal fermées et les remugles dȂair confiné, le tout se diluant dans une touffeur moite et étouffante. Au bord de lȂeffondrement, il se précipita sur le pont supérieur à la recherche dȂun peu dȂair pur, luttant, désespérément, contre la montée du vertige. « Le Président Cazalet », à lȂassaut des vagues, se mit à tanguer, provoquant des haut-le-cœur à vomir tripes et boyaux. Alaa sentait des envies irrépressibles de dégobiller monter de ses entrailles, à mesure que la houle devenait plus forte et que le bateau était ballotté de plus belle. Au prix dȂun effort héroïque, il parvint à regagner son siège où il se laissa choir, inerte, à demi-inconscient et, lȂestomac en capilotade, il sȂabandonna, sans force, à son triste sort.  A la nuit tombée, les passagers regagnèrent peu à peu leurs chaises, avec lȂespoir dȂy trouver la paix, mais la promiscuité était si incommodante, lȂexiguïté du lieu si gênante et lȂamoncellement des bagages si 9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.