//img.uscri.be/pth/97359226860a30f632e51eadd23a634d0ca5906a
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Toutes les larmes de mon corps

De
232 pages
Maintenant j'aperçois la masse compacte, plus brune du deuxième pont, là-bas, devant moi. J'accélère le pas dans la nuit. À gauche, en contrebas, un groupe de bâtiments déserts. De quoi ai-je l'air, seule, à cette heure, sur ce sentier qui longe le canal ? Et d'ailleurs, qu'est-ce que je fais seule, dans la nuit, à dix-neuf ans, dans mes habits de garçon trop grands et ce pantalon dont j'ai retourné plusieurs fois le bas pour ne pas trébucher ? Si je tombais sur des Allemands, ce serait mal parti pour moi, je le sais. Non, Blanche ne se doute pas encore de ce que lui réserve cette journée d'août 1944 où elle a décidé de rompre avec le cours habituel de sa vie.
Voir plus Voir moins
Rosine Galluzzo
Toutes les larmes de mon corps Roman
Toutes les larmes de mon corps
Écritures Collection fondée par Maguy Albet Rouet (Alain),Les incivilités du trapèze volant, 2016. Tanguy Taddonio (Anne),Le mariage, 2016. Le Boiteux (François),Le rêve grec, 2016. Sabourin (Jean-François),Le long chemin de l’exode. L’histoire d’un homme libre, 2016. Payet (Sylvie),À fleur de peau, 2016. e Bensimon (Jean),Le Hors-venu. Contes brefs, 2 édition, 2016. Aubert-Colombani (Éliane),La Guerre à six ans ou De la rue Béranger à la rue Danton, 2016. Dulot (Alain),Que s’est-il passé, madame ?, 2016. Viellevoye (Josée),Josse et autres souvenirs détournés, 2016. Lévy (Odette),Les Derniers Feux du rayon vert, 2016. Vidal (Edgard),Arcanes dormants, 2016. Bodin (Véronique),La place des murmures, 2016. Lissorgues (Yvan),Manuelita, 2016. Hériche (Marie-Claire),Ferme la porte. Die Tür Zu, 2016. Danbakli (Yves),Le Festin des loups, 2016. * ** Ces quinze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.harmattan.fr
Rosine Galluzzo Toutes les larmes de mon corps Roman
Du même auteur Comme des soleils révolus, roman, L’Harmattan, 2014. © L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr
ISBN : 978-2-343-10740-0 EAN : 9782343107400
«Dès le début le tragique comporte la polarité de la représentation de l’échec et d’une poussée vers la délivrance[…].C’est cette contradiction initiale qui amorce la dialectique du pâtir et de l’agir d’où jaillit la poussée vers la délivrance.» (Paul Ricœur, « Sur le tragique »,Esprit, mars 1953)«Certains conflits passent sur les peuples comme des orages qui saccagent leur espace, comme des criquets qui mangent les moissons. Rien ne reste après ces passages, même pas le goût de combattre.» (Michel Serres,La guerre mondiale, Le Pommier, 2011)
Tu sors encore ? Le jour de l’enterrement de ta grand-mère ? Hélène a parlé lentement mais d’une voix de plus en plus aiguë, comme quelqu’un qui échappe enfin au détachement que donne un grand chagrin. Oui, je sors et alors ? Ça la fera pas revenir si je reste à la baraque… C’est pas le problème, Orianne. Y a des choses qui ne se font pas. Et sortir en boîte le soir même de l’enterrement de sa grand-mère, ça ne se fait pas, tu vois. Tout en malmenant la croix suspendue par un lacet noir à son cou, la petite tourne un regard vide dans ma direction. À mon avis, il annonce une jolie passe d’armes entre sa mère et elle. Face à une attaque aussi catégorique, Orianne ne va rien lâcher, je le sais. Pas plus qu’Hélène, qui s’accrochera à ce qu’elle pense être de la dignité bafouée. Je vois pas pourquoi je respecterais vos habitudes, là, autour de la mort des gens. C’est que de l’hypocrisie, tout ça. J’ai pas besoin de rester enfermée pour savoir que je la verrai plus, Angèle… Puis, bon, apparemment, c’est ce qu’elle voulait, Angèle, partir, ne plus vivre avec nous… Y a pas de quoi faire toute une histoire, alors.
Ça commence fort et j’aurais dû m’en douter en voyant la petite, ce matin. Comment elle s’est habillée et maquillée pour aller à l’enterrement et obéir à sa mère. La sensation qu’elle a faite au cimetière, au milieu des gens venus dire adieu à Angèle. Des gens qui se demandent surtout pourquoi, à soixante-dix ans bien sonnés, elle a préféré en finir dans le canal, à la tombée du jour.
9