Tribulations

De
Publié par

Voici dix nouvelles,dix portraits aussi bien d'individus que de l'environnement dans lequel ils vivent. Dix histoires très variées, écrites dans un style nourri et qui évoquent les problèmes de société dont continuent d'être la proie, cinquante ans après les indépendances, les populations, mais surtout la jeune élite sortie des universités et grandes écoles, dans une Afrique noire qui se dit modernisée.
Publié le : mardi 1 mai 2012
Lecture(s) : 6
EAN13 : 9782296489615
Nombre de pages : 112
Prix de location à la page : 0,0073€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

r
u
l
t
ons

FE
MM
E
S
E
T S
A
VOIRS
C
ollection dirigée par
A
lice
D
elphine T
A
N
G

 
olle

tion «
F
emmes et s

voirs » intègre tous les ouvr

ges qui

ontiennent des s

voirs diffusés p

r les femmes

des s

voirs
diffusés pour les femmes et des s

voirs diffusés sur les femmes.
D

ns

es ru

riques se retrouvent

ussi

ien les œuvres de fi

tion
(rom

n

nouvelle

poésie

thé
â
tre

épopée
 
onte

et

.) que les ess

is
littér

ires

philosophiques

ethnologiques
 
nthropologiques

so

iologiques et mythologiques.
 
olle

tion «
F
emmes et
s

voirs » est un esp

e s

ientifique dont le

ut est de donner une
gr

nde lisi

ilité des é

rits ré

lisés p

r les femmes ou port

nt sur les
femmes.

D
éjà parus

A
rie

erge
E

de
BEG

Ma plus belle lettre est pour vous.
Roman épistolaire

2012.

e

n-
C
l

ude
F

F
emme émancipée

2012.

ul
E
mm

nuel
BA

A

A

Le retour à la vie du
prisonnier

2012.

rie-

ose
AB

-

A

L’écriture du politique dans le
roman camerounais

2012.
A
.
FA

A

A

E

G
et

ule

.

A

FA

L’hydre dans le verg
er.
Poèmes

2012.

rie
F
r

n
ç
oise

E
 
G

BA

EG

Méandres. Roman

2011.

rie-

ose
AB

-

A

et
A
li

e
D
elphine

A

G
 

A
-
F
ri

de Jacques
F
ame Ndongo et la rénovation de l’esthétique
romanesque

2011.
E
ust

he

GBA A

A

DA

Soupirs de l’âme. Poésie

2011.

e

n-

ul
ADA BE

A

Misères publiques, Poésie

2011.

ylvie

rie
B
erthe

D

A

D

La réécriture de lhistoire
dans les romans de Romain
G
ary et d
A
ndré Malraux

2010.

A
r

r
E
moss 
B
n

r
u
l
t
ons

ré


uv

s



É
t
nn


z
n

5 7,
-

rue

de

© L’Harmattan, 2012
l’
E
cole-Polytechnique,

75005

http

//www.li

r

irieh

rm

tt

n.

om
diffusion.h

rm

tt

n

w

n

doo.fr
h

rm

tt

n1

w

n

doo.fr


B
 
978-2-296-96501-0
EA
 
9782296965010

Paris


it

A
rie

A

D
ogterom

D
ogterom


f

mille
E
mossi


rin
 
g

ng

g

yong


euner

tion-

ud

Préface

« Tout le monde peut écrire un livre, car chacun a des
choses importantes à dire
.
C
omme il n’existe nulle part
une école où on apprend à écrire un livre, la seule façon
donc d’en écrire un est de commencer à l’écrire
.
E
crivez,
écrivez même d’abord faux
...
»
.

Lorsqu’il prononça ces mots, le 25 septembre 200,
alors qu’il animait un échange au siège de l’association
Jeuneration-Sud,
G
aston Kelman, loin de le savoir, venait
de me libérer du starting-block dans lequel j’étais resté
coincé avec ma plume, depuis que le doute et le complexe
m’avaient convaincu que mes textes n’intéresseraient
personne, à cause de cette formation de littéraire que je
n’ai pas dans mon cursus de « pur scientifique »
.
E
t ce,
malgré le fait ’ ne amie littéraire, par qui je me faisais
qu u
lire quelquefois, m’avait garanti que je « possédais la
main »
.
A
ssurément, il était capital que mon chemin croise
celui de ce brillant homme, pour qu’enfin je me décide à
couvrir cette distance mentale infinie qui me séparait de
l’éditeur
.

Porté par ce nouveau vent de conviction et de
confiance, j’ai décidé de dépoussiérer et de présenter
Tribulations recueil de dix nouvelles, dix tableaux qui
entremêlent savamment réalité et fiction dans le but de
montrer, de manière froide, la réalité africaine,
exactement comme je l’ai vécue ces quinze dernières
années
.

Notamment, j’ai vu que les sociétés de l’
A
frique au Sud
du Sahara sont l’objet d’une tragique aliénation
religieuse
.
E
n ce moment, dans ces dernières, on est plus

7

préoccupé à détruire le
D
iable avec la
B
ible  Le
D
iable,
qui est-ce en réalité, si ce n est le bouc émissaire de nos

peurs, manquements et incapacités ? J’ai en outre vu que
la politique y est perçue comme une vache avec un million
de mamelles, vers laquelle tous ceux qui accourent n’ont
qu un souci

attraper de leur bouche un trayon et le

traire, ils se moquent de tuer à terme la vache
.
Je ne fais
pas une révélation en disant que, les brigades de
gendarmerie, les commissariats de police y sont demeurés
des no man’ l nd avec à la tête un « petit dieu », le
s a
moindre pouvoir politique ou administratif concédé à un
individu y est abusivement utilisé, le tribalisme y plombe
tout espoir d’avancer vers la construction des nations, la
corruption y est toujours le cancer permanent,
l’immoralité n’y connaît plus de frontière
...
J’ai surtout
vu que la jeunesse de cette partie de l’
A
frique est comme
ce coureur qu’on prépare pendant 4 ans pour les Jeux
olympiques, qu’on place sur la piste le moment venu, mais
à qui on interdit de prendre le départ de la course
.
Pour
quel but la forme-t-on, depuis des décennies, dans les
« universités et grandes écoles » ?
C
’est une jeunesse qui
ne rêve plus à cause de la pénurie de modèles sur le
continent
.
C
’est une jeunesse qui n’est aucunement prise
en compte, son sort est hypothéqué avec son aval sur
l’autel d’égoïstes intérêts
.
J’ai tenu à la mettre face à ses
responsabilités en lui rappelant que le leadership, le vrai,
en
A
frique, est mort une première fois avec la perte de P
.
Lumumba, puis une seconde fois avec la perte de T
.
S nk ’ t à elle de porter et de faire triompher le
a ara
;
c es
flambeau du leadership des cinquante prochaines années
;
seule la réappropriation de celui-ci, par elle, la libérera
de toutes ses prisons et conduira le continent vers le
développement réel, vers la modernité
.
Il n’y avait donc

8

meilleure sortie de l’ouvrage que cet appel à la
jeunesse

«
A
h, quel rêve  »
.


e ré

it du

ontexte et de l

genèse de

et ouvr

ge

tel
qu’il m’

été

rill

mment f

it p

r le jeune

uteur
A
.
S
.
E
mossi de
B
egni

mérit

it

ien que je le f

sse figurer en


ut de

ette préf

e que je rédige

ve
 
e

u

oup de

onheur ; p

r

e qu’il s’

git d’un jeune

uteur qui

ommen

e une

rrière

m

is qui se distingue déj
à
p

r un
style propre.

l

orde des questions fond

ment

les

pour
l’
A
frique

ujourd’hui
 
omme
l’intégration nationale
p

r
exemple

en vous r

ont

nt une histoire

ptiv

nte qui en
même temps vous f

it prendre pleinement

ons

ien

e du
f

it évoqué.

e lui prédis un

el

venir d

ns

ette

rrière
d’é

riv

in dont le dé

li
 
été l

ren

ontre

ve

une illustre
personn

lité du dom

ine.
C
’est in

ontest

lement un ton
nouve

u d

ns le p

ys

ge littér

ire

meroun

is et

fri

in

et qui v

je n’en doute point

s

tisf

ire l
 
uriosité du
le

teur.

E
tienne Ndzana

9

1

ILLUSION

«
G
r

nd prof »
 
’est

insi que nous l’

ppelions
fièrement ;

ussi

ien pour ses

rill

ntes prest

tions sur
l’estr

de de nos

mphithé
â
tres que pour l

singul

rité qu’il

ultiv

it p

rmi tout le

orps professor

l de l’université de
l’indépend

n

e.



llure tonique et le style très élég

nt de

e petit homme n’é

h

pp

ient
à
personne d

ns l’en

einte
de l’immense

mpus.

l posséd

it son « l

el »
 
l

zers

smokings

redingotes

éternel nœud p

pillon

« p

ires

sses »

ierre
C

rdin… ; tous

ertes un peu vieillis

m

is
à
l’éviden

e très

h

toy

nts
à
une

ert

ine époque.
C
ette
m

rque unique sur le

mpus ét

it d

v

nt

ge l

preuve des
qu

tre dé

ennies p

ssées p

r le « gr

nd prof » sur le
territoire de l

puiss

n

e tutél

ire

respe

tivement

omme
étudi

nt

oursier de l’

n

ienne
AEF
1
et enseign

nt des
universités.
D
e

es qu

r

nte

nnées de vie en terre de l

« mère
p

trie »

le professeur

oto-

oto n’

v

it p

s r

mené que

e style

pp

rent unique.

l

v

it ég

lement hérité de

et

ent qui n’est p

s

elui de nous

utres qui

vons les

heveux

répus et durs telle de l

p

ille

ien sé

hée p

r le
soleil équ

tori

l

fri

in.
C
omme nous nous

ous

ulions pour être

ux premières
loges des

mphithé
â
tres
à 
h

que nouvelle prest

tion
ex

eptionnelle du « gr

nd prof » !

on

is

n

e d

ns l

l

ngue et s

gr

ndiloquen

e nous f

s

in

ient tous
 
vides
d’étoffer notre vo

ul

ire de mots nouve

ux.
A
u

un

utre enseign

nt n’

ur

it pu se t

rguer de sus

iter

ut

nt
d’

ttr

it et d’intérêt que

oto-

oto.

ous nous

rr

hions

11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.