Turquoises

De
Publié par

"Vivras-tu toute ta vie dans ce monastère, Tundup ? J'envie la virginité de ton regard. J'aimerais n'avoir connu autre chose que ce théâtre de pierres et de chants religieux. J'aimerais n'avoir aimé aucun autre regard que le tien, petit moine. Ta pureté." L'auteur nous entraîne sur le chemin d'une voyageuse au sein du désert d'altitude de l'Himalaya indien. Une longue quête au contact d'un peuple spirituel, où, dans la beauté sauvage des paysages, le dépouillement et la solitude, un jeune moine, un nomade et un voyageur redonneront un sens à sa vie.
Publié le : samedi 1 novembre 2003
Lecture(s) : 52
EAN13 : 9782296342569
Nombre de pages : 135
Prix de location à la page : 0,0068€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Turquoises

Collection Écritures dirigée par Maguy Albet

Dernières parutions

Michèle BLACHERE DELAHA YE, Mon laurier est coupé, 2003. Thérèse AOUAD BASBOUS, Carnet d'un nouveau né, 2003. Colette PlAT, Noël au Connecticut, 2003. Robert CASANOVA, Reliquat, 2003. Fanny LEVY, La blessure du commencement, 2003 Jeanne HYVRARD, Ordre relativement chronologique, 2003. Guy Jean COISSARD, Le parcours de l'indien, 2003. Geneviève DARIDAN, Deux Amours japonaises, 2003. Sarah-Mélina CLAIR, La mère intime, 2003. Joseph JaS, Maruja, 2003. Pierre TAMINIAUX, Le matin d'un voleur, 2003.

Fabienne Bétend

Turquoises

L'Harmattan 5-7, me de l'École-Polyteclmique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

(Ç)L'Harmattan, 2003 ISBN: 2-7475-4405-2

Du même auteur: Ataia, poèmes, Editions L'Herbier de Feu, Nouméa, 2001.

Pour Emmanuel

« Oiseau blanc dans le ciel Prête-moi seulement une grande aile Pour que je puisse moi aussi voler vers l'Est Bientôt je reviendrai
Et JOete rendrai ton aile

Ne sois pas triste mon amour Car après chaque séparation Vient une nouvelle rencontre Ce que l'on écrit avec de l'encre En petites lettres noires Peut être entièrement perdu Par l'œuvre d'une seule goutte d'eau Mais ce qui est écrit dans l'esprit Est pour l'éternité»

Tsangyang Gyatso, sixième Gyalwa Rinpoche

Je regarde lefleuve de nos vies dans la nuit-alambic au goût de deuil. Je regarde le fleuve de nos vies qui charrie au loin la poussière du champ de cendres, sa force, son éternité, le vert le plus tendre qu'il cache en son sein comme le secret d'une promesse. La beauté de cefleuve irradie l'univers.

La lumière à l'autre bout de la terre

1
C'est le salut d'un nouveau jour, de la lumière déjà éclatante. C'est l'heure où les ombres glissent sur les reliefs rosés, entraînant dans leur fugue les écharpes effilées des songes affolés. Le monastère s'éveille de son silence à la fontaine du rocher. Quelques gouttes d'eau, quelques syllabes éclaboussant l'aurore. C'est l'heure translucide. Le regard bridé dans la majesté du soleil levant, les paysannes regagnent leurs champs à tout petits pas, leur châle en poils de chèvre sur les épaules. Je dévale la pente rocailleuse jusqu'à la source jaillissant en plein cœur des cultures d'orge, à la rencontre d'une fraîcheur verte qui s'évanouit déjà. Dans ton alvéole d'altitude, le filet lumineux s'infiltre sous les pétales de tes prunelles. Tu t'extirpes de tes rêves ombellés avec la lenteur et la vénusté d'une chrysalide. Dans l'oasis au fond du vallon, l'océan des peupliers respire, l'onde se propage sur le velours des épis jusqu'à moi. Je hume le souvenir d'une brume évaporée, je caresse l'ombre fugitive de l'heure première.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.