7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ou

Publications similaires

Kébir

de Publibook

Un autre monde
Du même auteur
Chroniques Chroniques botaniques, Journal Rustica, l’hebdo jardin, Paris, 2003 et 2004. Sacré-Choeur, Editions du Petit Pavé ( collectif), Paris, 2004.
Nouvelles Liberté,Editions Regards (collectif), Paris, 2005.
L’Ermite et le Christ et autres nouvelles,« Alainprix littéraire Decaux ». Édition La Fondation de Lille (collectif), Lille, 2007. Quelqu’un trouve un billet,prix de la micronouvelle,Editions L’iroli (collectif), Beauvais, 2008.
Théâtre Reviens !... Pars ! , Editions du Petit Théatre de Vallières, Clermont-Ferrand, 2008.
Sylvie Teper
Un autre monde
Récit
L’Harmattan
© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’Ecole polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-55165-7 EAN : 9782296551657
À mon père,
À ses petits-enfants et arrière petits-enfants.
Chapitre I
Jakub, l’espiègle
La rivière Pilica est calme. Neuf kayaks biplaces, ali-gnés, flottent. Assis dans le bateau, les pieds en appui sur la barre de pieds, la pale trempée dans l’eau, les bras tendus sur la pagaie, j’attends le signal avec Hermann, mon coéquipier assis derrière moi. Sur la rive, les suppor-ters silencieux et nerveux nous fixent. Mille mètres à parcourir. Le rituel commence. On se sert la main avec une volonté de gagner. On se concen-tre, chacun à sa place, en silence. Les conseils de l’entraîneur affleurent. La tension monte. Le cœur s’accélère. Coup de feu. Cris sur la rive. Les pales de nos pagaies attaquent l’eau à la même se-conde. Bonne prise. On glisse, s’élance, regarde droit devant. Pagaie à droite, à gauche. On avance, gagne sur nos voisins de gauche. Pagaie à droite, à gauche. Appuyer avec les jambes, tirer avec le dos. Pagaie à droite, à gauche. Au diable, la sueur ! Pagaie à droite, à gauche. On gagne sur nos voisins de droite.
Pagaie à droite, à gauche. Douleurs aux avant-bras. Pagaie à droite, à gauche. La ligne approche. Se donner à fond. À fond ! Pagaie à droite, à gauche. Douleur dans le dos. Le souffle manque. Pagaie à droite, à gauche, la ligne d’arrivée, on passe, dépasse, tourne la tête à droite, à gauche… Les cris sur la rive… Je me renverse, ruisselant, épuisé, dans les mains d’Hermann qui embrasse mon front. On n’entend plus rien, on ne voit plus rien. On est mort. On a gagné. Nous devons être pitoyables, car l’entraîneur nous aide à sortir du kayak. Les copains nous étreignent, sou-lèvent, jettent en l’air. Tout le monde rit, crie grisé par la joie de la victoire et le directeur, espiègle, lance : « En 1936, l’Autriche recevait la médaille d’or. En 1940, ce sera la Pologne ! » Sous les ovations, Hermann Ceder et moi, Jakub Te-per, du lycée Katzenelson deŁodz, recevons la coupe de la finale inter lycée de kayak biplace de l’année 1938. « Espèce de rat ! » Je passe, indifférent, devant les cracheurs d’injures, mais l’entraîneur réagit et l’altercation continue dans mon dos. Hermann, l’Allemand qui a quitté son pays à cause des exactions contre les Juifs, ne cache pas son pessimisme, mais moi, j’ai envie de faire la fête et ce ne sont pas ces deux paumés qui m’en empêcheront.
10