Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Un homme lucide

De
140 pages

Si un matin vous vous réveilliez et que vous vous apperceviez que cela faisait quarante ans que vous dormiez ?ŠEt si vous découvriez que le monde, les hommes, vos proches n'étaient pas ce que vous pensiez ?ŠProfiteriez-vous de ce réveil brutal ou vous rendormiriez vous ?

Publié par :
Ajouté le : 01 mai 2011
Lecture(s) : 64
EAN13 : 9782296714649
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

UN HOMME LUCIDE
STEVE MOREAU
UN HOMME LUCIDE
roman
L’HARMATTAN
© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-13664-9 EAN : 9782296136649
À Jean-Paul et à toutes les personnes qui œuvrent pour rendre ce monde moins médiocre...
1 Un rayon se fraya un chemin jusqu’à mon visage et me sortit du sommeil : la lumière filtrait à travers mes paupières. J’ouvris un œil. C’était le matin. La petite lumière bleue de l’écran à cristaux liquides de mon réveil digital indiquait qu’il était huit heures. Le temps d’un clignement de paupière, elle passa à huit heures une. Je m’arrachai à mes brumes, les yeux encore mi-clos. Je m’assis sur le bord du lit afin de préparer mon esprit à cette nouvelle journée, coupant ainsi avec les rêves de la nuit. Pendant une minute, je restai fixe à contempler le rayon de soleil qui pénétrait peu à peu dans la pièce, faisant briller en moi toute la splendeur de l’hiver. Puis, dos au sol sur un petit tapis, je commençai mes exercices de gymnastique. J’aimais bien chauffer mon corps et le préparer à attaquer une bonne journée. Une fois les articulations souples, je sautai sous la douche et chantonnai comme chaque matin The most beautiful girl in the worldme mettait de bonne qui humeur. Sinatra n’avait qu’à bien se tenir. Depuis ma naissance, j’avais ce qu’on appelle une bonne nature. C’était ma mère qui aimait employer ces mots pour
9
me décrire. Comme un menu de DVD, elle répétait en boucle que je rendais la vie plus belle par ma joie de vivre. Jamais de pleurs, de caprice, de crise qu’exprime la majorité des enfants. Mon existence de petit bonhomme glissait comme une rivière le long d’une prairie, paisiblement. Quoiqu’il arrivât, je trouvais la vie agréable et je dois dire avec toute honnêteté qu'elle était jusqu’à présent formidable : ma femme, Marie, était une épouse aimante ; des projets d’enfants se profilaient à l’horizon ; je possédais une santé de fer ; des parents exemplaires ; des beaux-parents attentionnés ; des biens matériels en suffisance ; des amis chaleureux ; mon métier d’écrivain me permettait de m’accomplir pleinement professionnellement. Et, pour couronner le tout, mes rapports avec mon éditeur étaient excellents. Chose assez rare, nous avions trouvé un équilibre entre le niveau de l’écriture et celui des ventes. Une fois le petit-déjeuner avalé et la matinale de France-Inter éteinte, je m’installai devant mon ordinateur afin de poursuivre l’écriture de mon dixième roman. Et oui, dix romans ! Moi-même je n’en revenais pas d’avoir réussi à coucher sur le papier autant de mots et de phrases dans une période aussi courte. Une boulimie d’écriture s’était emparée de mon être, d’un coup, suite à un échec. Depuis enfant, je rêvais d'enregistrer un disque. Dix morceaux composés et chantés par une vedette de l’époque et accompagnés par moi au piano. C’était mon challenge. Un pari que je m’étais fixé depuis mes premiers cours. Mais pour des raisons de planning de ladite vedette et de complète insatisfaction de la part du producteur sur les textes, l’enregistrement du disque fut annulé à la dernière minute. Un an de ma vie partait en fumée, le temps d’un claquement de doigts. Ecœuré, effondré, déprimé, je ne savais plus dans quelle direction aller. Le vent avait tourné sans que je le sente venir. J’étais un voilier sans gouvernail.
10