Un petit coin de paradis

De
Publié par

Depuis le jour des impacts, le monde entier a changé, la vie de Tessa aussi. Quand, des années plus tard, elle revient dans la ville de son enfance avec ses parents, elle a beaucoup changé : elle autrefois si souriante et qui aimait la vie est devenue désabusée. Ses parents ne la reconnaissent plus et sentent bien qu'ils ne peuvent pas l'aider. En revenant dans la ville de son enfance, Tessa retrouve aussi ses anciens amis et surtout Edwidge, l'amie de toujours, qui est devenue sœur Marie Eliane. C'est auprès d'elle et en affrontant ses pires cauchemars qu'elle retrouvera la force d'affronter la vie de chaque jour. Dans ce monde qui semble se décomposer chaque jour davantage, elle pourra peut-être se reconstruire son petit coin de paradis.
Publié le : jeudi 16 juin 2011
Lecture(s) : 204
EAN13 : 9782748168143
Nombre de pages : 339
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Un petit coin de paradis
3
Titre Camille Saint-Mézard
Un petit coin de paradis
Science-fiction
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2008 www.manuscrit.com ISBN : 2-7481-6814-3 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748168143 (livre imprimé) ISBN : 2-7481-6815-1 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748168150 (livre numérique)
6
.
.
8
Le monde devenait fou. C’était en tout cas ce qu’on pouvait penser en regard de l’actualité. Afin de se protéger des éventuelles attaques de ses voisins, le gouvernement du pays de M., après de nombreuses réflexions, décida de mettre en place un programme de recherche visant à créer un médicament qui rendrait invincible ses soldats. Il faut comprendre le gouvernement de l’époque : tous les jours, on apprenait dans les journaux une nouvelle attaque d’un nouveau pays, des guerres qui s’éternisaient, la folie continuait son escalade sans limite… Un jour ou l’autre, le pays de M. finirait par être attaqué lui aussi. Alors, avant même que qui ce soit se donne la peine de l’attaquer, il préféra prendre les devants, se disant que tôt ou tard, cela lui servirait. Le plus grand consortium de produits pharmaceutiques du pays était un certain consortium Blais, un nom parfaitement inconnu du grand public, ce qui pouvait encore faciliter ses recherches secrètes. C’était sans aucun doute pour cette raison que le gouvernement l’avait choisi pour ce contrat. Les deux parties avaient à y gagner : la société Blais se voyait en
9
Un petit coin de paradis
possession d’un contrat extrêmement juteux et le gouvernement s’assurait le concours et la surveillance d’un groupe extrêmement puissant. Les deux parties ne mirent pas longtemps à se mettre d’accord. Par un beau jour de juin qui commençait à sentir l’été, les premières pages des journaux arborèrent toutes le même titre, « signature d’un contrat important entre l’état et le groupe Blais ». S’ensuivait pour les uns de longues explications sur l’intérêt du contrat, pour d’autre une longue présentation du fameux groupe avec étalages des détails les plus croustillants. Pour cela, certains journalistes avaient été jusqu’à fouiller trente auparavant dans les archives du groupe et en avait repêché quelques vieilles histoires, trop vieilles pour que quiconque s’en intéresse. Le jour même, tout le pays connaissait le contrat dans ses moindres détails. Cela n’avait jamais été le but du gouvernement et encore moins celui du groupe Blais Toute cette publicité au sujet d’un projet qui aurait dû rester secret tomba très mal. On fit rechercher les coupables d’une telle fuite, et par là même d’un tel fiasco, mais on ne trouva personne. Alors tant bien que mal, avec toutes les associations possibles sur le dos, avec les diverses manifestations dans tout le pays contre
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.