UNE VIE DE CHIEN A SAMVILLE

De
Publié par

Ce roman décrit les aventures d'un jeune étudiant, Xavier, qui vient poursuivre ses études à Samville; un petit pays curieux où tous les ressortissants de la terre semblent s'être donnés rendez-vous. Il y a autant de Bons que de Méchants, autant de racistes (Blancs et Noirs) que de gens tolérants. Xavier y découvre la gentillesse, le mépris, l'estime et le refus de l'autre parce qu'il vient d'ailleurs. Finalement, face à l'intransigeance des Samvilliers, il sera bien obligé de quitter ce pays pour aller voir en Europe si la débrouillardise est moins pénible sans le soleil.
Publié le : samedi 1 février 2003
Lecture(s) : 142
EAN13 : 9782296309647
Nombre de pages : 97
Prix de location à la page : 0,0056€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

UNE VIE DE CHIEN A SAMVILLE

Collection Encres Noires
dirigée par Maguy Albet

Dernières parutions N°213 J-Michel Mabeko Tali, L'exil et l'interdit, 2002. N°214 M.Mahmoud N'Dongo, L'errance de Sidiki Bâ, 2002. N°215 Salim Hatubou, Le sang de l'obéissance, 2002. N°216 Zassi Goro, Le dernier Sîm-Bon, 2002. N°217 Nicolas Ouwehand, Le monument sur la colline, 2002. N°218 Okoumba-Nkoghé, Le chemin de la mémoire, 2002. N°219 Ch. Djungu Simba, On a échoué, 2002. N°220 Alexis Allah, L'enfant-palmier, 2002. N°221 Sylvestre Simon Samb, Humanité misérable, 2002. N°222 Cibaka Cikongo, La maison du Nègre, 2002. N°219 Ch. Djungu Simba, On a échoué, 2002. N°220 Alexis Allah, L'enfant-palmier, 2002. N°221 Sylvestre Simon Samb, Humanité misérable, 2002. N°222 Cibaka Cikongo, La maison du Nègre, 2002. N°223 Gabriel Kuitche Fonkou, Moi taximan, 2002. N°224 Charles Mungoshi, Et ainsi passent lesjours, 2002. N°225 Dave Wilson, La vie des autres et autres nouvelles, 2002. N°226 Isaac Tedambe, République à vendre, 2002. N°227 Fanga-Taga Tembely, Dakan, 2002. N°228 Adelaide Fassinou, Toute une vie ne suffirait pas pour en parler, 2002. N°229 Oumaou Sandary Albeti, Agagar, ange ou démon ?, 2002

J. Honoré

WOUNGLY

Une Vie de Chien à SAMVILLE
Préface de Marie-Dominique BLOEGLIN Agrégée de lettres classiques

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALlE

@ L'Harmattan, 2003 ISBN: 2-7475-3691-2

Présentation de l'auteur

Né en 1965 à Lolodorf au Cameroun, Honoré Woungly est Titulaire d'un Baccalauréat C et a fait les études supérieurs de mathématiques et de physiques. Romancier et homme théâtre, cet Ecrivain à d'autres ouvrages à faire paraître.

PREFACE
Dans une Afrique à la fois symbolique et réaliste,

Xavier a quitté sa ville natale pour venir à SAMVILLE poursuivre ses études. A la recherche d'un logement puis d'un travail, il va découvrir toutes les formes du racisme; depuis le racisme primaire de l'ancien colon blanc jusqu'à son reflet, le radicalisme du militant noir, en passant par l'orgueilleuse xénophobie. des Samvilliers. Xavier découvre aussi les tares d'une société qui, mêlant à ses propres défauts les séquelles de la colonisation, a perdu ses repères et ses valeurs. Rares et d'autant comme Xavier et ses vue claire des choses changer peu à peu plus précieux sont ceux qui, quelques amis, unissent à une la calme détermination de les par la seule force de leur

personnalité. Monsieur Honoré WOUNGLY pose des questions et, par le biais d'un récit entraînant, amène son lecteur à s'en poser aussi, ce qui est faire œuvre de philosophe; son essai romanesque, qu'il a l'élégance de laisser ouvert, devient ainsi nôtre et la quête jeune héros nous initie à la quête de notre sagesse. du

Marie-Dominique BOEGLIN Agrégée de Lettres Classiques

7

CHAPITRE I
Petite ville aux allures américaines, SAMVILLE

avait aussi des aspects romantiques: grands jardins fleuris, larges avenues ombragées, parcs verdoyants; SAMVILLE était hérissée de toutes parts d'immeubles d'ornements dorés, vitrines même en orange. Le soir, flamboyants, laissaient ultra modernes scintillant fumées en bleu, parfois

certaines rues, bordées de paraître une beauté lumineuse.

En banlieue, les maisons étaient, elles aussi, confortables et bien équipées. Entourées de coquets jardins, elles avaient aussi le chauffage, et même un téléphone à répondeur automatique. Les tuiles du toit, régulièrement repeintes, brillaient de l'éclat du neuf. Les forêts environnantes avaient fourni le bois des parquets. Le climat, avec ses quatre saisons, son hiver très doux et son été sec, était de type méditerranéen. Cela peut expliquer le choix de ce site par les Européens, qui s'y étaient installés plusieurs décennies auparavant. Les premiers colons y avaient système de développement séparé. même installé un

Il était alors strictement interdit à un Noir de séjourner dans une banlieue blanche jusqu'à une heure tardive, emprisonné sous peine d'être arrêté et au moins à 'vie. Plusieurs familles noires avaient vu

9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.