//img.uscri.be/pth/7fe4a607352c5ec4bf72e8ba5d558e52cd4e28ee
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Voix de sagesse téké

De
223 pages
Ce recueil est un tableau hétéroclite de contes anciens puisés aux sources mêmes de la tradition téké, une ethnie congolaise. Ce florilège se nourrit de légendes et de fables ancestrales dont certaines révèlent la cause d'une pratique séculaire ou expliquent l'existence d'une réalité quelconque, tandis que d'autres exposent une leçon de conduite. La nature et les animaux de la savane et de la forêt y sont largement représentés.
Voir plus Voir moins
Eugénie M O
Voix de sagesse tékéM O Contes
Eugénie
Voix de sagesse téké
Voix de sagesse téké
Contes
Eugénie MOUAYINIOPOUVoix de sagesse téké
Contes
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-12299-1 EAN : 9782343122991
A mes enfants et petits-enfants Kelyan Djila et toute la lignée présente et à venir. A tous les enfants d’Afrique en général, du Congo Brazzaville en particulier et d’ailleurs.
Que ces contes traversent le temps et se perpétuent de génération en génération pour le bonheur des ayants droit.
Avant-propos
Les contes ont aussi leur histoire et leur racine. Chez le peuple bantou en général et le peuple téké en particulier, les contes ne sont pas tous imaginaires, ils peuvent être tirés d’un fait réel et raconté de père en fils pour servir d’exemple. Ces contes sont pleins de sagesse et sont racontés dans un univers envoûtant. Ils parlent de voix et de forces émanant de l’invisible.
Chaque peuple a une histoire qui enrichit ses contes. En Afrique, les contes sont enrichis par l’omniprésence des animaux qui ont chacun leur caractère, leurs défauts et leurs qualités. Les animaux tiennent un rôle important et une grande place dans les contes africains. Ils donnent des leçons aux humains ou entretiennent des relations où la ruse l’emporte. Le singe en Afrique de l’Ouest, aussi appelé « golo le singe », est présenté comme sujet querelleur, malicieux et menteur, alors qu’en Afrique centrale c’est le lièvre qui est connu pour sa ruse et ses intrigues. Le lion reste le roi de la forêt empreint de force et de courage. La hyène reste le plus imbécile des animaux, le tout couronné par la gourmandise, la naïveté et une précipitation irréfléchie ; la tortue est connue pour sa lenteur légendaire, la longévité et la protection ; l’éléphant est apprécié pour son intelligence, sa sociabilité et sa reconnaissance ; les oiseaux sont reconnus comme messagers et transmetteurs du savoir initiatique ; le sorcier n’a pas toujours un rôle positif mais les fées ou la reine des eaux « Nkira » viennent au secours des êtres faibles qui triomphent toujours du mal.
Les contes africains traitent également et surtout des humains en les classant par catégorie : des bons et des méchants. Chez le peuple bantou, le méchant est systématiquement représenté par « un diablotin » qui est décrit comme un être laid, le corps couvert de vilains poils épais de la tête aux pieds. Un être imbu de pouvoirs immenses qui le rendent capable de se transformer à sa guise en prenant une forme quelconque (humaine ou animale), apparaître et disparaître tel un magicien. C’est un être de mauvais jour et de mauvais augure, calculateur et manipulateur. Son regard hagard est rempli de méchanceté et de haine. Il est en proie à un
9