Soudain l'étrangeté

De
Publié par

Un homme traverse un désert. Deux amies partent en excursion. Un éleveur de chevaux quête son chemin vers l’hippodrome. Une foule se fait parachuter des billets de loterie. Au début, tout semble vraisemblable… Et puis, soudain, une faille — un regard différent, une attention autre, une logique détournée, un ancrage précis — et nous voilà entraînés malgré nous dans une histoire bien étrange.
Côtoyant tantôt l’absurde, tantôt l’horreur, la fantaisie ou le mystère, les nouvelles réunies dans ce recueil s’amusent, dans un style juste et délicat, à nous surprendre, parfois à nous confondre, pour nous faire réaliser que la vie n’est pas toujours aussi ordinaire qu’on croit.
Publié le : jeudi 26 janvier 2012
Lecture(s) : 21
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782895972280
Nombre de pages : 126
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
SOUDA IN L’ÉTR A NGETÉ
DE LA MÊME AUTEURE
Œuvres – Jeunesse Le collier de la duchesse(album),Ottawa, Éditions L’Interligne, . Les chercheurs d’ étoiles, Ottawa, Éditions L’Interligne, « Cavales », . Avenue M comme Mystère, Montréal, Éditions du Phœnix, . PoupeskaCavales », , Ottawa, Éditions L’Interligne, « . Prix du livre d’enfant Trillium . PrixLeDroitdu livre pour la jeunesse . Léo sur l’eau, Montréal, Éditions du Phœnix, . Le cadeau de l’ours(album), Ottawa, Éditions du Vermillon, . Le Noël de Florent Létourneau(album), Montréal, Les  coups, . Le héron cendré», ), Ottawa,(« Sébastien de French Hill Éditions L’Interligne, « Cavales », . Le montreur d’ours(« Sébastien », ), Ottawa,de French Hill Éditions L’Interligne, « Cavales », . Le chant des loupsde French Hill (« Sébastien », ), Ottawa, Éditions L’Interligne, « Cavales », .
ÉtudesPaule Daveluy ou la passion des mots, Montréal, Pierre Tisseyre, . Daniel MativatVoix didactiques —, Ottawa, Éditions David, « Auteurs », . Histoire de la littérature pour la jeunesse. Québec et francophonies du Canada, Ottawa, Éditions David, . Prix Gabrielle-Roy . Prix Champlain . Prix du livre d’Ottawa , Catégorie non-fiction.
Françoise Lepage
Soudain l’étrangeté
NOU V ELLES
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Lepage, Françoise  Soudain l’étrangeté / Françoise Lepage. (Voix narratives) Nouvelles. ISBN 978-2-89597-123-8  I. Titre. II. Collection : Voix narratives PS8573.E5888S68 2010 C843’.6 C2010-900645-3
Les Éditions David remercient le Conseil des Arts du Canada, le Secteur franco-ontarien du Conseil des arts de l’Ontario et la Ville d’Ottawa. En outre, nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) pour nos activités d’édition. L’auteure remercie la Ville d’Ottawa pour l’aide financière accordée à la rédaction de ce recueil.
Les Éditions David 335-B, rue Cumberland Ottawa (Ontario) K1N 7J3 www.editionsdavid.com
Téléphone : 613-830-3336 Télécopieur : 613-830-2819 info@editionsdavid.com
Tous droits réservés. Imprimé au Canada. er Dépôt légal (Québec et Ottawa), 1 trimestre 2010
À Sylvie
L’enfant de Figueras
’  la porte vitrée sans même y prendre L garde. De vastes surfaces de marbre beige s’offrent à son regard. Il s’avance à grands pas dans cet espace ano-nyme et se retrouve soudain face à un rocher percé qui laisse apercevoir un paysage troublant, vide et inerte. Au loin, un curieux monument fait de trois boules blanches accrochées à une tige métallique tordue, ridicule fleur moderniste, souligne encore plus intensément la vacuité du lieu et l’absence de toute vie humaine. Étrangement, le trou dans la muraille de pierre est surmonté d’une pen-dule déformée, dont les aiguilles sont arrêtées à six heures moins cinq. Six heures moins cinq : l’heure à laquelle l’homme a l’habitude de se lever le matin. La pendule doit être cassée, car ses aiguilles se sont arrêtées à deux doigts de l’aligne-ment parfait. Elles ne bougent plus. Le visiteur contourne le rocher percé et se retrouve dans une immense plaine. Sa surface ressemble à une croûte sableuse dont les grains se seraient amalgamés sous l’action de la sécheresse et d’une intense chaleur. La lumière est violente ; le vide, vertigi-neux. L’homme croit déceler un monticule gris dans le lointain, susceptible de le porter à la rencontre de ses sem-blables. Confiant, il se met en marche.
9
SOUDA IN L’ÉTR A NGETÉ
Il ne cesse de chercher des yeux quelque repère qui lui permettrait de deviner où il se trouve, mais son regard ne rencontre rien de connu. Parfois une plante bizarre, dont la corolle, tournée vers le bas, s’épanouit à l’extrémité d’une tige très longue, retient un instant son attention. Ou encore des ossements, dont il cherche la provenance. Cette mer ocre lui rappelle les images de la planète Mars que le robotSpiritet la sondeMars Expressont explorée et e photographiée au début du  siècle. La planète rouge. Se trouverait-il sur ce territoire inhospitalier ? L’homme marche depuis très longtemps, lorsqu’il arrive à une crête rocheuse qui lui barre la route. Sans hésiter une seconde, il en entreprend l’ascension. Quelle n’est pas sa surprise de constater que de l’autre côté le spectacle est tout autre ! La terre ocre cède la place à un curieux glaçage bleu-vert sur lequel apparaissent, ici et là, par transparence, des lueurs écarlates. On dirait des projecteurs, enterrés dans le sol, l’éclaboussant de flaques rouges. Du sang dans la mer. L’écoulement repoussant d’un abattoir urbain ou de quelque monstrueuse salle de torture. Plus loin, une lumière crépusculaire baigne un paysage accidenté sur lequel on peut deviner de curieuses formes immobiles. Peut-être des rochers rongés par l’éro-sion ou de grosses sculptures contemporaines aux formes irrégulières. L’homme décide d’aller voir de plus près. Il pose un pied hésitant sur la surface bleue, moirée de rouge, mais elle est froide et solide. Aussi dure que la plaine ocre qu’il vient de quitter. Plus l’homme approche, plus il ralentit l’allure. Ce qu’il croit percevoir le déconcerte et lui donne la nausée. D’énormes têtes humaines chauves et comme irradiées, aux lèvres tuméfiées et déchirées, semblent s’écouler par l’arrière en une écharpe de chair en liquéfaction, soutenue 10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.