Théâtre, littérature et chants d'église en arabe de Juba

De
Publié par

Peu connu, l'arabe de Juba étonne par sa richesse théâtrale, littéraire, musicale, et artistique. Une langue pour toutes les religions sans exception, qui ne connaît ni frontières, ni ethnies. Dans ce livre, l'auteur nous en fait la démonstration éloquente. Arguments et exemples à l'appui, il nous fait découvrir un univers luxuriant d'innovations et d'échanges culturels.
Publié le : dimanche 1 juin 2014
Lecture(s) : 5
EAN13 : 9782336349336
Nombre de pages : 133
Prix de location à la page : 0,0082€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Hugo Nasir
Peu connu, l’arabe de Juba étonne par sa richesse théâtrale, littéraire,
musicale, et artistique. Associant naturel, tradition et beauté,
sa poésie populaire révèle l’originalité d’une société jusqu’ici
largement ignorée. Ce livre pallie cette insuffi sance, en nous
faisant découvrir par le théâtre, les chants religieux, la poésie et
la littérature, l’extraordinaire vitalité d’une culture véhiculée par Théâtre, littérature
ce dialecte. Sans fards, l’arabe de Juba renvoie un message positif
de la société sudiste.
Expression des actes culturels et cultuels susmentionnés, et chants d’église
cette variante de la première langue sémite parlée dans le monde
contredit ceux qui affi rment son instrumentalisation comme vecteur en arabe de Jubad’arabisation. L’arabe de Juba est la langue pour toutes les religions
sans exception, elle ne connaît ni frontières, ni ethnies. Ainsi,
elle ignore les différences linguistiques, culturelles, et sociales,
se révélant effi cace moyen de communication.
Dans ce livre, l’auteur nous en fait la démonstration éloquente.
Arguments et exemples à l’appui, il nous fait découvrir un univers
luxuriant d’innovations et d’échanges culturels.
Né en 1968 à Kasab (République du Soudan), Hugo Nasir
a étudié la langue et la littérature françaises à Khartoum
puis à l’université Sorbonne Nouvelle de Paris. Il est
titulaire d’un doctorat en sociolinguistique.
Les impliquésISBN : 978-2-343-03265-8
Éditeur15 €
Théâtre, littérature et chants d’église en arabe de Juba
Les impliqués Hugo Nasir
É di teu rThéâtre, litt érature et chants d’église
en arabe de Juba



Hugo NASIR
Théâtre, litt érature et chants d’église
en arabe de Juba





Sommaire



Abréviations ................................................................................................................ 6
Transcription des caractères arabes ............................................................................. 6
Chapitre I ..................................................................................................................... 7
I. Poésies en Arabe de Juba ................................................................................. 7
II. M ĀTAK ŌR Ē - NE PLEURE PAS! ............................................................... 25
III. S ŪZI .............................................................................................................. 33
IV.>ADAB TA<KI GIYAFA - TA POLITESSE EST SYMPATHIQUE ............. 44
V. XEN XEN, - (LAID) CE N’EST PAS BIEN ..................................................... 50
Chapitre II ................................................................................................................. 53
I. Chants d’église ............................................................................................... 53
Chapitre III ................................................................................................................ 83
I. Théâtre, feuilletons en Arabe de Juba ........................................................... 83
Conclusion .............................................................................................................. 129













Abréviations
A.J = Arabe de Juba
A.K = Arabe de Khartoum
Ø = Réalisation zéro
¯, ΄ = Accent phonologique ;
/ / = transcription phonologique
[ ] = Variantes phonétiques

Transcription des caractères arabes
ء ض> hamza D Dād
ب طb bā> T Tā>
ت ظt tā> V Vā>
ث عf fā> < <ayn
ج غj jIm G gayn
ح فH Hā> f fā>
خ قh hā> q qāf
د كd dāl k kāf
ذ لV vāl l lām
ر مr rā> m mIm
ز نZ zāy n nūn
س هS sIn h hā>
ش وX XIn w wāw
ص ي S Sād y yā>

Voyelles : a) a ä ā, b): є ∂, c): e o é ē ō, d): i u I ū













Chapitre I
I. Poésies en Arabe de Juba
1. Introduction

L’Arabe de Juba est devenu un moyen d’expression musicale,
poétique, ainsi que celui d'une littérature populaire. L’arabe de Juba
est également entré au sein de l’église, il s’agit des chants d’église.
Au cours de ces dernières années, l’arabe de Juba a été fortement
utilisé dans la chanson sous ses deux aspects (traditionnel comme
moderne) dans tout le Soudan. Tout cela signifie que la présence
linguistique de cette variété s'est répandue rapidement, dans tous les
domaines de la communication (fiction, musique, poésie populaire,
conte, etc.). Suite à une enquête importante sur le terrain, sur les
chansons en Arabe de Juba, on peut constater, selon le corpus récolté,
que beaucoup d’artistes s’intéressent à chanter en Arabe de Juba,
massivement. Nombre d’artistes, chanteurs originaires du Sud et du
Nord se sont précipités par créer des groupes et centres musicaux en
utilisant l’arabe de Juba comme langage artistique. L’arabe de Juba a
trouvé sa place naturelle dans le domaine de la chanson. C’est un
phénomène remarquable dans les dernières années, il mérite
également d’attirer l’attention. À présent, sur le marché de la musique,
beaucoup de groupes musicaux ont été formés.
Dans ce chapitre, nous montrons la présence de l’Arabe de Juba
dans la chanson spécialisée, d’une part. Afin de montrer le progrès
7 considérable, la rapidité de l’extension de ce phénomène dans la
société sudiste ainsi que nordiste, en outre, les chants au sein de
l’église d’autre part.
Les chansons en Arabe de Juba, sont des activités importantes dans
le processus du développement sociolinguistique et social, cette fois
pour le Soudan entier. On constate que l’Arabe de Juba, a participé à
l’interprétation d’un volet traditionnel très important; reflétant un art
populaire. Dans ce cadre on essaie de présenter des modèles en Arabe
de Juba. C’est la première fois que telle étude est réalisée dans ce
domaine. Parmi les intéressés à l’utilisation de l’Arabe de Juba dans
l’art de la musique et de la danse, et de la poésie populaire, il y a
Monsieur Steven Ochlan, directeur technique du centre de Kwatu, qui
a fondé ce centre pour interpréter les chansons et la culture du Sud
Soudan, afin de faire connaître les traditions et les cultures du Sud à
travers la musique. Il nous a très bien expliqué ses objectifs à ce sujet
en nous montrant l'importance de l’Arabe de Juba. Beaucoup de gens
ignorent les us et les coutumes du Sud Soudan, M. Steven a joué un
rôle clé pour faire connaître ce domaine en profitant de l’expansion de
l’Arabe de Juba. Donc, grâce à lui petit à petit le rêve est devenu une
réalité concrète. Pour avoir des clarifications sur ce thème, on
interviewe des spécialistes, (avec une transcription arabe et latine),
suivie par une traduction des chansons.
On retranscrit les propos d’un grand artiste originaire du Sud
Soudan, actif dans ce domaine et d’autres, qu'on rencontre maintes
fois surtout dans le domaine du théâtre, comme compositeur de scène.
Son nom a été figuré auparavant dans la partie sur l’évolution de
l’Arabe de Juba, c’est Steven Ochla, de la tribu d’Alagnwak, localité
de Fashala (Sud Soudan), le directeur technique du Centre culturel de
Kwatu. Il travaille sur ce domaine depuis dix ans (Arts, Culture,
Danse, poésie et théâtre Populaires). Deuxièmement: Il a un centre qui
s’appelle Kwatu, en collaboration avec M. Assamani Alwally premier
président de Kwatu. Tous les trois, Assamani Alwally, Alrfed Deng et
Steven, ont créé Kwatu.

L’entretien a eu lieu au centre culturel de Kwatu à Khartoum, en
octobre 2004 (texte en arabe suivi par une traduction). Son idée
principale est de présenter des modèles de chansons méridionales, du
Sud Soudan, pour le public sudiste au Nord et le public nordiste aux
8 quatre coins du pays. Il utilise l’Arabe de Juba, comme langue
réunissant tous les sudistes. À présent, l’arabe de Juba est écouté par
tout le monde, attentivement. Grâce à son éducation à Juba, il a eu la
chance de connaître l’Arabe de Juba tout près en Equatoria.
Les populations sont mélangées ethniquement, et multilingue, dans
une société mixte. L’Arabe de Juba, possède une caractéristique
musicale unique.


9
Le texte de l'entretien en arabe de Juba simple



méné méné


who is song ( ) hi hi
( ) ( )
. sens


84

( )
( )
orap music group

.
lomerica
.
( )
)
.(
( )
( )
( ) ( ) ( ) ( )

( )



. ( ) 95



.
( )

10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.