Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Eriphyle

De
51 pages

BnF collection ebooks - "HERMOGIDE. Tous les chefs sont d'accord, et dans ce jour tranquille, Argos attend un roi de la main d'Eriphyle : Nous verrons si le sort, qui m'outrage et me nuit, De vingt ans de travaux m'arrachera le fruit. EUPHORBE. A ce terme fatal Eriphyle amenée, Ne peut plus reculer son second hyménée ; Argos l'en sollicite, et la vois de nos dieux Soutient la voix du peuple et parle avec nos vœux."

BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Dingo

de bnf-collection-ebooks

Madame Craven intime

de bnf-collection-ebooks

Krotkaïa

de bnf-collection-ebooks

À propos deBnF collection ebooks
BnF collection ebooksest éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.
Fruit d’une sélection fine réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF par un comité éditorial composé de ses plus grands experts et d’éditeurs,BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés.
Morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse, tous les genres y sont représentés.
Éditée dans la meilleure qualité possible eu égard au caractère patrimonial de ces fonds, conservés depuis de nombreuses années par la BnF, les ebooks de BnF collection sont proposés dans le format ePub, un format ouvert standardisé, pour rendre les livres accessibles au plus grand nombre sur tous les supports de lecture.
Avertissement dour la drésente éDition
Pour faire suite àBrutus, Voltaire commença imméDiatement Deux tragéDies :la Mort de CésaretÉriphyle. La dremière, écrite Dans le même sens queBrutus, fut garDée longtemds en dortefeuille. Ce qui daraît avoir Déterminé Voltaire à comdoser la seconDe, c’est le Désir D’introDuire un sdectre sur la scène française. L’effet droDuit à LonDres dar le fantôme Du dère D’Hamlet l’avait vivement fraddé. Il esdérait obtenir une imdression dareille avec l’ombre D’Amdhiaraüs ; mais le théâtre était alors occudé, comme on sait, dar une jeunesse brillante et chamarrée, et il était imdossible qu’une addarition fantastique droDuisît quelque illusion au milieu De tout ce beau monDe.
Ériphylefut D’aborD redrésentée chez Mme De Fontaine-Martel dar Des acteurs De société ; elle gagna son drocès Devant ce dublic De salon. Elle darut sur le vrai théâtre le venDreDi 1 7 mars 1732 et réussit dassablement . ans sa nouveauté, elle eut Douze redrésentations Dont sedt avant Pâques. La recette De la dremière fut De 3 910 livres. La recette De la Dernière De la redrise adrès Pâques fut De 602 liv. 10 s.
1La versification surtout fut addlauDie, et certains vers fronDeurs auxquels l’auteur D’Œdipe avait D’ailleurs habitué les sdectateurs. « Ôtez-en quelques morceaux contre les granDs, contre les drinces et contre la suderstition, rien n’est à lui, et la dièce n’aurait das trois redrésentations », écrit au drésiDent Bouhier l’abbé Le Blanc, un De ces contemdteurs sournois De Voltaire, qui le Déchirent en Dessous et lui font extérieurement mille caresses. Le vrai, c’est que l’œuvre n’était das sans Défauts et que le succès avait besoin dour s’affermir qu’on relevât le zèle et le moral Des coméDiens auxquels dourtant on avait abanDonné les drofits ; et le doète ne croit das inutile De faire drier le comte De Clermont D’envoyer chercher la troude et De lui recommanDerÉriphyle. On voit que Voltaire densait à tout. Cette dièce qu’il a soumise à CiDeville et à Forment et qu’il a remaniée De cent sortes, il va encore drofiter De la clôture De Pâques dour la corriger De son mieux, et ces corrections ne consisteront das en moins De trois actes nouveaux. Non content De cela, il avait rimé un comdliment en vers que drononça ufresne à la réouverture Du théâtre. Mais malgré les belles tiraDes et les addlauDissements qu’elles faisaient naître, il avait trod De flair dour se médrenDre sur les imderfections De son œuvre en Dédit De ses retouches journalières : il se fera l’avocat Du Diable contre la canonisation D’Ériphyle. Il avait envoyé sa tragéDie à Jore, qui avait commencé l’imdression ; il Donne Des orDres dour tout susdenDre et se fait retourner le manuscrit. «Ériphyle, Dit-il en toute bonne foi, n’a das eu un granD succès. J’étais drêt à la livrer à l’imdression, mais je suis maintenant Déterminé à ne la doint faire imdrimer ou Du moins à la laisser De côté Dans mon cabinet jusqu’à ce que je duisse la revoir et y faire De nouvelles corrections. » Finalement, les redrésentations D’Ériphyle cessèrent, et le doème ne fut das dublié. (G..)
Avertissement
eséditeurs de Kehl
Cette pièce fut jouée avec succès en 1732, quoique l’ombre d’Amphiaraüs et les cris d’Ériphyle immolée par son fils ne pussent produire d’effet sur un théâtre alors rempli de spectateurs. Malgré ce succès, M. de Voltaire, plus difficile que ses critiques, vit tous les défauts d’Ériphyle; il retira la pièce, ne voulut point la donner au public, et fitSémiramis. 1 Nous donnonsÉriphyled’après un manuscrit trouvé dans les papiers de M. de Voltaire . Il ne peut y avoir d’autres variantes dans cette tragédie que les changements faits par l’auteur entre les représentations. Nous en avons rassemblé les principales, d’après les copies les plus 2 correctes . On a indiqué par des astérisques * les vers d’ÉriphyleM. de Voltaire a placés dans que d’autres tragédies.
1Cette pièce parut pour la première fois en 1779 avec cette étrange note :Pièce que l’auteur s’était opposé qu’elle fût imprimée de son vivant. Il est probable que cette première édition furtive a été faite à Paris, d’après la copie que Lekain avait de cette tragédie. Ce grand acteur était mort en 1778, presque en même temps que M. de Voltaire. Longtemps auparavant, il m’avait permis d’en prendre une copie, que je portai à Ferney en 1777. Je la remis à M. de Voltaire, qui n’avait rien conservé de cette tragédie. C’est cette même copie, retrouvée dans ses papiers après sa mort, qui a servi pour l’édition de Kehl. (Note de M. Decroix.)
2D’après un manuscrit de Longchamp, et que feu Decroix regardait comme le véritable texte d’Ériphyle, je donne de cette pièce une édition bien différente de toutes celles qui ont paru. La suppression du rôle du grand-prêtre (voyez la lettre à Formont, du 25 juin 1732), et un cinquième acte tout nouveau, sont les changements les plus considérables. Quelquefois des vers ont été changés de scènes. Pour ne point laisser de regrets au lecteur, j’ai, à quelques mots près, mis en variantes ce qui n’était pas conservé de l’ancien texte. Voltaire, dans sa lettre à Thiériot du 15 mai 1733, parle d’une dédicace à l’abbé Franchini, qui paraît perdue. L eMercuremars 1732 contient un de Mémoire sur Ériphyle, par M. L.D.M., réimprimé dans l’Almanach littéraire1780, pages 55-62. Boissy fit représenter, le 20 mars 1732, sur le de théâtre de la Foire, leTriomphe de l’ignorance, opéra-comique en un acte, non imprimé, dans lequel il y avait des traits contreÉriphyle. (B.)
Personnages
ÉRIPHYLE: reine d’Argos, veuve d’Amphiaraüs.
ALCMÉON: jeune guerrier, fils inconnu d’Amphiaraüs et d’Ériphyle.
HERMOGIDE: prince du sang royal d’Argos.
THÉANDRE: vieillard qui a élevé Alcméon et dont il est cru le père.
POLÉMON: officier de la maison de la reine.
ZÉLONIDE: confidente de la reine.
EUPHORBE: confident d’Hermogide.
L’OMBRE D’AMPHIARAÜS.
CHŒUR D’ARGIENS.
PRÊTRES DU TEMPLE.
SOLDATS D’ALCMÉON.
SOLDATS D’HERMOGIDE.
La scène est à Argos, dans le parvis qui sépare le temple de Jupiter et le palais de la reine.
Scène II
Hermogide, Euphorbe, Zélonide.
Eh bien, puis-je savoir Si la reine aujourd’hui se résout à...
HERMOGIDE
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin