L'Avare

De
Publié par

Harpagon est un vieillard odieux et avare. Avare jusqu’au ridicule, puisqu’il fait comparaître en justice le chat d’un de ses voisins pour lui avoir mangé le reste d’un gigot ! Avare jusqu’au sordide aussi. Ne cherche-t-il pas à prêter à un taux usuraire l’argent qu’il refuse à son fils ? N’est-il pas prêt à vendre sa fille à qui offre de la prendre sans dot ? Quant à sa prétendue attirance pour Mariane, elle ne résiste pas à sa fascination pour l’or.
Peut-être la plus célèbre des comédies de Molière, L’Avare s’inspire largement de l’Aulularia, une pièce de théâtre écrite au IIIe siècle avant J.-C. par le poète latin Plaute.
Publié le : mercredi 28 août 2013
Lecture(s) : 31
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290080160
Nombre de pages : 92
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
L’Avare
Extrait de la publication
L’Écoledesfemmes,Librio277 Tartuffe, Librio n° 476 Le Malade imaginaire, Librio n° 536 Les Femmes savantes, Librio n° 585 Le Médecin malgré lui, Librio n° 598 Le Misanthrope, Librio n° 647 Les Précieuses ridicules, Librio n° 776 George Dandin, Librio n° 1071
Extrait de la publication
L’Avare
Comédie Représentée pour la première fois àPa sur le théâtre du Palais-Royal e le 9 du mois de septembre 1668 par la Troupe du Roi.
Texte intégral
Extrait de la publication
Extrait de la publication
HARPAGON, père de Cléante et d’Élise, et amoureu CLÉANTE, fils d’Harpagon, amant de Mariane. ÉLISE, fille d’Harpagon, amante de Valère. VALÈRE, fils d’Anselme, et amant d’Élise. MARIANE, amante de Cléante, et aimée d’Harpago ANSELME, père de Valère et de Mariane. FROSINE, femme d’intrigue. MAÎTRESIMON, courtier. MAÎTREJACQUES, cuisinier et cocher d’Harpagon. LAFLÈCHE, valet de Cléante. DAMECLAUDE, servante d’Harpagon. BRINDAVOINE, LAMERLUCHE, laquais d’Harpagon. LECOMMISSAIREETSONCLERC.
La scène est à Paris.
Extrait de la publication
Extrait de la publication
SCÈNE PREMIÈRE
Valère, Élise
VALÈRE? charmante Élise, vous de. – Hé quoi ve lique, après les obligeantes assurances que vous av de me donner de votre foi ? Je vous vois soupirer,h de ma joie ! Est-ce du regret, dites-moi, de m’avoirf vous repentez-vous de cet engagement où mes feu contraindre ?
ÉLISE. – Non, Valère, je ne puis pas me repentird je fais pour vous. Je m’y sens entraîner par une tr sance, et je n’ai pas même la force de souhaiter qu fussent pas. Mais, à vous dire vrai, le succès me don tude ; et je crains fort de vous aimer un peu plus qu
VALÈRE. – Hé ! que pouvez-vous craindre, Élise,d que vous avez pour moi ?
ÉLISE! cent choses à la fois . – Hélas : l’emportem les reproches d’une famille, les censures du mon que tout, Valère, le changement de votre cœur, et criminelle dont ceux de votre sexe payent le plu témoignages trop ardents d’une innocente amour.
VALÈRE. – Ah ! ne me faites pas ce tort, de jugerd autres. Soupçonnez-moi de tout, Élise, plutôt que de
Extrait de la publication
personne. J’ai découvert des nouvelles de votre affai ici pour vous dire que, si vous voulez vous résoud épouser Mariane, votre argent vous sera rendu.
HARPAGON. – Où est-il ?
CLÉANTE: il. – Ne vous en mettez point en peine e je réponds, et tout ne dépend que de moi. C’est àvo à quoi vous vous déterminez ; et vous pouvez cho donner Mariane, ou de perdre votre cassette.
HARPAGON. – N’en a-t-on rien ôté ?
CLÉANTE. – Rien du tout. Voyez si c’est votre de crire à ce mariage, et de joindre votre consenteme mère, qui lui laisse la liberté de faire un choix entre n
MARIANE. – Mais vous ne savez pas que ce n’estpa consentement, et que le Ciel, avec un frère que vou de me rendre un père dont vous avez à m’obtenir.
ANSELME. – Le Ciel, mes enfants, ne me redonn pour être contraire à vos vœux. Seigneur Harpago bien que le choix d’une jeune personne tombera su que sur le père. Allons, ne vous faites point dire ce nécessaire d’entendre, et consentez ainsi quemo hyménée. HARPAGON. – Il faut, pour me donner conseil,q cassette. CLÉANTE. – Vous la verrez saine et entière.
HARPAGON. – Je n’ai point d’argent à donner enm enfants.
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.