Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

L'éveil culturel. Théâtre et presse à Montréal, 1898-1914

De
353 pages
Dans les années précédant la Première Guerre mondiale, les arts de la scène connaissent un essor étonnant à Montréal. Visible dans les journaux, un éveil culturel sans précédent prend la forme d’articles en tous genres qui mènent à la naissance de la critique théâtrale professionnelle au Canada français. Objet de suspicion, le théâtre ne manque pas de provoquer dans les journaux des prises de position singulières et d’âpres discussions quant aux modèles à suivre et à la voie à prendre pour faire de Montréal une métropole culturelle digne de ce nom. Les discours sur le théâtre qui peuplent la presse hebdomadaire permettent de saisir cet élan et de découvrir les journalistes qui l’ont soutenu. À travers eux, c’est un pan méconnu de l’histoire culturelle montréalaise qui s’offre au lecteur.
Journaliste culturel au Devoir pendant vingt ans, Hervé Guay est professeur à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Son amour du théâtre et de la littérature l’a incité à s’intéresser à l’histoire culturelle ainsi qu’à la dramaturgie et aux pratiques scéniques contemporaines.
Voir plus Voir moins
Extrait de la publication
L’éveil culturel
Extrait de la publication
La collection Nouvelles études québécoises accueille des ouvrages individuels, et à l'occasion des ouvrages collectifs, qui proposent de nouvelles pistes d' interpré-tation et témoignent des recerces actuelles dans le domaine de la littérature et de la culture québécoises. Créée aux Éditions Fides en, la collection est éditée par les Presses de l'Université de Montréal depuiset elle demeure sous la responsabilité du CRILCQ.
Direction Pierre Nepveu, Université de Montréal
Secrétaire Patrick Poirier, CRILCQ , Université de Montréal
Comité éditorial Marie-Andrée Beaudet, Université Laval E. D. Blodgett, University of Alberta Karim Larose, Université de Montréal Ginette Micaud, Université de Montréal Élisabet Nardout-Lafarge, Université de Montréal François Paré, University of Waterloo
Comité scientifique Bernard Andrès, Université du Québec à Montréal Patrick Coleman, University of California Jean-Marie Llinkenberg, Université de Liège Lucie Robert, Université du Québec à Montréal Rainier Grutman, Université d’Ottawa François Dumont, Université Laval Racel Killick, University of Leeds Hans Jürgen Lüsebrink, Université de Sarrebrück Micel Biron, Université McGill
NOUVELLES ÉTUDES QUÉBÉCOISES
Extrait de la publication
Hervé Guay
L’éveil culturel
héâtre et presse à Montréal, -
Les Presses de l’Université de Montréal
Extrait de la publication
Catalogage avant publication de Bibliotèque et Arcives nationales du Québec et Bibliotèque et Arcives Canada
Guay, Hervé L’éveil culturel : téâtre et presse à Montréal, - (Nouvelles études québécoises)
Comprend des réf. bibliogr.  ---- eISBN 9782760625952
. héâtre dans la presse - Québec (Province) - Montréal. . Critique dramatique - Québec (Province) - Montréal. . héâtre - Québec (Province) - Montréal -e Histoire -  siècle. I. Titre.
PN.TG 
.’
e Dépôt légal :  trimestre  Bibliotèque et Arcives nationales du Québec © Les Presses de l’Université de Montréal, 
C--
Les Presses de l’Université de Montréal reconnaissent l’aide financière du gou-vernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada pour leurs activités d’édition. Les Presses de l’Université de Montréal remercient de leur soutien financier le Conseil des Arts du Canada et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC).
     
Extrait de la publication
À Kevin
Remerciements
J’aimerais exprimer ma gratitude envers Monik Bruneau et Gilbert David qui ont dirigé la tèse dont est tiré cet ouvrage. Leur super-vision amène et éclairée et leur appui indéfectible m’ont permis de me rendre jusqu’au bout de cette aventure exigeante. Je salue en outre l’apport d’André-G. Bourassa et d’Isabelle Lasvergnas qui m’ont guidé à diverses étapes de ce projet. Je tiens à témoigner ma reconnaissance à Miceline Cambron pour l’attention qu’elle a portée à mon manuscrit et pour les amé-nagements qu’elle a suggérés afin de le transformer en livre. La perspicacité de ses observations et les demandes de clarification qu’elle a formulées m’ont aidé à préciser ma pensée et rendront sans doute plus agréable la lecture de ces analyses. Je dois aussi une fière candelle aux étudiants et amis qui m’ont assisté tout au long de mes recerces. Je remercie tout spécialement Danièle Cayer. Je suis également redevable à l’endroit d’Hugo Couturier, d’Alexandre Cadieux, de Sylvain Lavoie, d’Annette Laflamme, de Jean Sirois, de Robert Labelle et de David Platts. Je voudrais également souligner l’affabilité du personnel de la Bibliotèque nationale du Québec, Collection des revues, journaux et publications gouvernementales, qui s’est incarnée dans la coo-pération bienveillante de Jeannine Rivard et de Denise Paquet. Toute aussi attentionnée s’est révélée Micèle Guertin de la média-tèque de la Bibliotèque des lettres et des sciences umaines de l’Université de Montréal. Un mot pour finir à l’intention de toutes celles et de tous ceux – elles et ils se reconnaîtront aisément – dont les encouragements m’ont procuré la force d’entreprendre la conversion de cette tèse en livre. Sans vous tous, cela n’en aurait pas valu la peine.
Maintenant si vous voulez que je vous parle plus sérieusement, je vous dirai que l ’on redoute l ’ influence du téâtre français, non à cause de sa prétendue immoralité – ce qui n’est qu’un prétexte –, mais parce que dans les œuvres modernes, on étudie les différents problèmes sociaux dont la solution préoccupe les esprits umanitaires, parce qu’on discute, même librement, des questions scientifiques. Ce sont des pièces trop savantes pour être ortodoxes, trop inspirées par l ’esprit de justice et de liberté pour ne pas être dangereuses. Si on laissait le héâtre Moderne faire à sa guise, empoisonner l ’ âme de ces bons Canadiens en les abituant, peu à peu, à penser, à raisonner quand on veut leur faire entendre que deux et deux font cinq, mais ce serait une véritable révolution dans toute la province de Québec. Et le mouton ne voudrait plus se laisser tondre, que deviendrait le berger ?… Non, il vaut mieux, pour ceux qui s’engraissent de l ’ état des coses actuel, encourager les cirques, les danseurs nègres, les mélodrames stupides, en un mot tout ce qui abrutit le peuple, le maintient dans cet état de béate ignorance indispensable à l ’asservissement complet du troupeau maleureux, mais résigné. A B,Le débutant()
Extrait de la publication
Page laissée blanche
Extrait de la publication
Introduction
La presse et le téâtre ont plus de deux siècles d’istoire commune au Québec. Pourtant, peu de travaux ont porté sur les liens qui les unissent. Le manque est encore plus criant en ce qui a trait à la critique téâtrale au Canada français. Jean-Marc Larrue a en effet signé le seul article spécialisé qui existe sur la naissance de cette e 1 activité professionnelle à Montréal à la fin du  siècle . J’ai voulu combler ce vide en remontant aux sources de la critique téâtrale au Canada français. Pour ce faire, à l’instar de Larrue, j’ai centré mes recerces sur la période allant de  à , qui coïncide avec l’avènement d’une activité téâtrale professionnelle de langue française durable à Montréal. J’ai jugé indispensable de situer l’émergence de la critique téâtrale montréalaise de langue fran-çaise dans l’ensemble des discours sur le téâtre parus dans la presse de cette période. Ce livre aborde le traitement réservé au téâtre dans les e journaux montréalais au début du  siècle. En introduction, je présente l’éventail des discours sur le téâtre que l’on retrouve dans la presse ebdomadaire d’expression française, tandis que, dans le corps de cet ouvrage, je m’attarde aux écrits des sept
1. Jean-Marc Larrue, « Les débuts de la critique dramatique (-). Un o contexte difficile »,Caiers de téâtre Jeu, , p. -. L’auteur a aussi, n consacré quelques paragrapes au pénomène dans « heatre Criticism in Quebec e - », dans lequel il décrit les premières années du  siècle comme le moment où les quotidiens affectent des critiques aux différentes disciplines artistiques en énumérant une longue liste de quotidiens. En revance, il ne juge pas opportun de nommer, à l’appui de ses dires, les critiques recrutés par ces journaux. Cet article fait partie de l’ouvrage d’Anton Wagner (dir.),Contemporary Canadian heatre : New World Visions, Toronto : Simon & Pierre, .