//img.uscri.be/pth/73af7673d8a426e3abf792a6d7756013fe263e5c
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

La Dernière Bande, suivi de Cendres

De
77 pages
Se voir dans un miroir, voilà une confrontation immédiate avec soi-même relativement banale et, d'ordinaire, assez fugace. Le protagoniste de La Dernière Bande va se livrer à une confrontation avec lui-même autrement troublante. « Viens d'écouter ce pauvre petit crétin pour qui je me prenais il y a trente ans, difficile de croire que j'aie jamais été con à ce point-là. » Chaque année, le jour de son anniversaire, Krapp enregistre un compte rendu détaillé de son état et de ses agissements durant l'année écoulée. Chaque fois, il écoute l'une ou l'autre des bandes enregistrées des dizaines d'années auparavant, et il la commente. C'est dans cet éternel retour à son passé que réside maintenant sa seule lumière. Krapp, qui jadis déclarait ne plus rien vouloir de ce qu'il avait vécu, ne peut aujourd'hui exister que s'il parvient à être de nouveau ce qu'il fut : « Sois de nouveau, sois de nouveau. » Il lui faut surtout être encore celui qui, « quand il y avait encore une chance de bonheur », a vécu un instant d'amour.
- La Dernière Bande : pièce en un acte pour un personnage avec magnétophone, écrite en anglais en 1958.
- Cendres : pièce radiophonique en un acte pour cinq personnages, écrite en anglais en 1959.
La traduction française de l’auteur (avec le concours de Robert Pinget pour Cendres) est parue en 1959.
Voir plus Voir moins
La dernière bande
OUVRAGES DE SAMUEL BECKETT
Romans et nouvelles Bande et sarabande Murphy o Watt (“double”, n 48) Premier amour o Mercier et Camier (“double”, n 38) o Molloy (“double”, n 7) o Malone meurt (“double”, n 30) o L’Innommable (“double”, n 31) Nouvelles (L’expulsé, Le calmant, La fin) et Textes pour rien L’Image Comment c’est Têtes-mortes (D’un ouvrage abandonné, Assez, Imagination morte imaginez, Bing, Sans) Le Dépeupleur Pour finir encore et autres foirades (Immobile, Foirades I-IV, Au loin un oiseau, Se voir, Un soir, La falaise, Plafond, Ni l’un ni l’autre) Compagnie Mal vu mal dit Cap au pire Soubresauts Poèmes Les Os d’Écho Peste soit de l’horoscope et autres poèmes Poèmes,suivi demirlitonnades Essais Proust Le Monde et le pantalon,suivi dePeintres de l’empêchement Trois dialogues Théâtre, télévision et radio Eleutheria En attendant Godot Fin de partie Tous ceux qui tombent La Dernière bande,suivi deCendres Oh les beaux jours,suivi dePas moi Comédie et actes divers (Va-et-vient, Cascando, Paroles et musique, Dis Joe, Acte sans paroles I, Acte sans paroles II, Film, Souffle) Pas,suivi deQuatre esquisses (Fragment de théâtre I, Fragment de théâtre II, Pochade radiophonique, Esquisse radiophonique) Catastrophe et autres dramaticules (Cette fois, Solo, Berceuse, Impromptu d’Ohio, Quoi où) Quad et autres pièces pour la télévision (Trio du Fantôme, ... que nuages..., Nacht und Träume),suivi deL’épuisépar Gilles Deleuze
SAMUEL BECKETT
La dernière bande suivi de Cendres
LES ÉDITIONS DE MINUIT
r1959 by LESÉDITIONS DEMINUIT www.leseditionsdeminuit.fr
La dernière bande Traduit de l’anglais par l’auteur
Un soir, tard, d’ici quelque temps. La turne de Krapp. À l’avant-scène, au centre, une petite table dont les deux tiroirs s’ouvrent du côté de la salle. Assis à la table, face à la salle, c’est-à-dire du côté opposé aux tiroirs, un vieil homme avachi : Krapp. Pantalon étroit, trop court, d’un noir pis-seux. Gilet sans manches d’un noir pis-seux, quatre vastes poches. Lourde montre d’argent avec chaîne. Chemise blanche crasseuse, déboutonnée au cou, sans col. Surprenante paire de bottines, d’un blanc
9
LA DERNIÈRE BANDE sale, du 48 au moins, très étroites et poin-tues. Visage blanc. Nez violacé. Cheveux gris en désordre. Mal rasé. Très myope (mais sans lunettes). Dur d’oreille. Voix fêlée très particulière. Démarche laborieuse. Sur la table un magnétophone avec microphone et de nombreuses boîtes en carton contenant des bobines de bandes impressionnées. La table et environs immédiats baignés d’une lumière crue. Le reste de la scène dans l’obscurité. Krapp demeure un moment immobile, pousse un grand soupir, regarde sa montre, farfouille dans ses poches, en sort une enveloppe, la remet, farfouille de nouveau, sort un petit trousseau de clefs, l’élève à hauteur des yeux, choisit une clef, se lève et va vers le devant de la table. Il se baisse,
10